OSTROVSKI ALEXANDRE NIKOLAÏEVITCH (1823-1886)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fondateur du théâtre de mœurs, auteur de plus de cinquante pièces, Ostrovski donne à la scène russe le répertoire qui lui manquait. Fils d'un avocat au tribunal civil de Moscou, où il est employé lui-même, le jeune Ostrovski étudie le comportement de ses clients, les marchands. Cette classe, restée à l'écart des courants d'européanisation, semble avoir conservé les traditions de la Russie prépétrovienne. Dans ses comédies, Ostrovski insiste sur deux traits ; d'une part, l'improbité commerciale ressentie non pas comme un vice, mais comme une règle juste et nécessaire pour satisfaire la soif d'argent ; d'autre part, la cruauté des relations familiales : régie par l'orgueil tyrannique du maître « qui n'en fait qu'à sa tête » (samodur), la vie est encore fondée sur les préceptes de l'antique ménagier du xvie siècle, le Domostroï et l'épouse cloîtrée est réduite à la ruse ou à la rébellion. Tels sont les thèmes de On s'arrangera entre siens (Svoi ljudi-sočtëmsja, 1850), Pauvreté n'est pas vice (Bednost' ne porok, 1854) L'Orage (Groza, 1860). L'ignorance, la superstition, la bonne conscience d'un despote, encouragées par la passivité des victimes (enfants, domestiques, proches), donnent un sombre tableau de ces mœurs patriarcales que certains idéalisaient pour condamner les modes occidentales. Le démocrate révolutionnaire Dobrolioubov les dénonce à son tour dans un célèbre article : Le Royaume des ténèbres (Temnoe carstvo, 1859). Le champ d'observation s'élargit. Comme le romancier Pissemski, Ostrovski traite de la concussion des fonctionnaires dans Une place lucrative (Dokhodnoe Mesto, 1857), de la décadence de la noblesse ruinée dans La Pupille (Vospitannica, 1859) et Loups et brebis (Volki i ovcy, 1875), et même du théâtre provincial dans La Forêt (Les, 1871). Manquent au tableau les paysans et l'intelligentsia.

A. N. Ostrovski

A. N. Ostrovski

Photographie

Sur cette photo de groupe, on reconnaît: debout, de gauche à droite, L. N. Tolstoï et D. Grigorovich; assis, de gauche à droite, I. A. Gontcharov, I. S. Tourguéniev, A. V. Droujinine et A.N. Ostrovski. 

Crédits : De Agostini

Afficher

Ni slavophile, quoiqu'il ait collaboré jusqu'en 1854 à la revue Le Moscovite (Moskvitjanin), ni attiré véritablement par les idées progressistes, malgré ses relations étroites avec les revues occidentalistes tels Les Annales de la patrie (Otčestvennye Zapiski) [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, docteur ès lettres, maître de conférences à l'université de Grenoble-III

Classification


Autres références

«  OSTROVSKI ALEXANDRE NIKOLAÏEVITCH (1823-1886)  » est également traité dans :

FOMENKO PIOTR (1932-2012)

  • Écrit par 
  • Béatrice PICON-VALLIN
  •  • 1 080 mots

Piotr Fomenko appartient à la grande histoire du théâtre russe d'après le dégel. Metteur en scène-pédagogue, réalisateur de plusieurs films de cinéma et de télévision, il dirigeait depuis 1993 une jeune troupe, l'Atelier Piotr Fomenko, aujourd'hui couronnée de nombreux prix – apothéose d'une carrière difficile dans la Russie brejnevienne. Né le 13  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/piotr-fomenko/#i_38726

RUSSIE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Michel AUCOUTURIER, 
  • Marie-Christine AUTANT-MATHIEU, 
  • Hélène HENRY, 
  • Hélène MÉLAT, 
  • Georges NIVAT
  •  • 25 103 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La littérature de l'intelligentsia (1825-1890) »  : […] Soumise jusque-là à des canons littéraires étrangers, la littérature russe doit son émancipation à trois écrivains qui ont subi et dépassé, chacun à sa manière, l'influence du romantisme et dont l'œuvre constituera, pour les auteurs du xix e  siècle, un système de normes et de références nationales. Alexandre Pouchkine (Puškin, 1799-1837) crée, av […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/russie-arts-et-culture-la-litterature/#i_38726

Pour citer l’article

Alexandre BOURMEYSTER, « OSTROVSKI ALEXANDRE NIKOLAÏEVITCH - (1823-1886) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/alexandre-nikolaievitch-ostrovski/