ALEXANDRE II NIKOLAÏEVITCH (1818-1881) empereur de Russie (1855-1881)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Aucun monarque européen n'a été mieux préparé à sa tâche qu'Alexandre II. Sa mère charge le poète et humaniste Joukovski de dresser un plan complet d'éducation et d'instruction pour l'héritier du trône, et le pédagogue veillera à l'exécution de son programme. Il veut faire de son pupille un homme dans le sens le plus noble du terme. Son instruction est variée et adaptée aux besoins du pays qu'il doit gouverner. Un voyage à travers les provinces de l'Empire donne au jeune prince la possibilité de connaître les besoins des diverses régions. En visitant les pays étrangers, il pourra comparer la vie russe à celle des autres pays. Faut-il y voir un succès de la pédagogie ? Le règne d'Alexandre II sera en tout cas une époque de réformes qui transfigureront entièrement la vie de l'Empire.

Dès le début de son règne, l'empereur s'attaque au problème le plus grave et le plus difficile : le servage. L'acte d'émancipation du 19 février 1861, qui met fin à un siècle de servitude légale (1761-1861), a une portée morale incontestée. Mais l'application en est défectueuse. Tous les partis, de la droite à l'extrême gauche, préconisent le renforcement de la commune rurale sans demander l'avis des intéressés, et les paysans, libérés du joug des propriétaires, retombent sous celui de la commune, souvent plus dur que le précédent.

La deuxième réforme concerne la justice. L'appareil judiciaire, vétuste et vénal, est remplacé par des institutions nouvelles qui, de l'avis même des opposants et des étrangers, sont excellentes. La justice est indépendante, prompte et égale pour tous les citoyens.

La troisième réforme réorganise la vie des provinces et institue le régime des zemstvos (conseils et assemblées locales), sur lesquels le pouvoir se décharge de la plupart des affaires locales telles que création et gestion des hôpitaux, service vétérinaire, voirie et, en général, tout ce qui concerne le bien-être de la population. Les zemstvos font rapidement leurs preuves, et leur action sera bienfaisante.

La quatrième réforme réorganise le service militaire. Le recrutement par tirage au sort, qui enrôle le soldat pour vingt-cinq ans, est remplacé par le service général de cinq ans. Cette période sera mise à profit pour apprendre aux conscrits à lire et à écrire, abaissant notablement le pourcentage d'illettrés. Les visées extérieures d'Alexandre ne sont pas moins ambitieuses. Elles sont expansionnistes à la fois vers le Caucase, qui est conquis en 1864, vers la Sibérie et l'Extrême-Orient : la rive gauche de l'Amour est annexée, en 1865 est créé le Turkestan russe, enfin, les khānats de Boukhara et de Khiva passent sous le protectorat russe. Fidèle à l'idée d'un équilibre européen, Alexandre se rapproche de la France dès 1857, politique contrariée par les affaires de Pologne et par la politique pro-allemande du général Gortchakov, mais qui sera reprise après la guerre de 1870 et surtout après le traité de San Stefano. En effet, après avoir travaillé à l'indépendance des pays balkaniques, Alexandre voit son œuvre ruinée par la coalition des intérêts anglais et allemands, qui, à la Conférence de Berlin (1878), font annuler la plupart des clauses de ce traité.

La dernière réforme, qui devait couronner l'ensemble, concerne la convocation des élus dans un conseil qui préfigure la Douma. Le jour même de la signature de l'acte constitutionnel (1er mars 1881), l'empereur est assassiné par un petit groupe de terroristes, guidé par Sophie Perovsky. La mort de l'empereur est douloureusement ressentie par la population et surtout par la paysannerie qui a donné au tsar le surnom de Libérateur. Une réaction violente se produit immédiatement sous l'influence de Pobiedonostsev et de l'extrême droite, et les réformes d'Alexandre II subiront des amputations sensibles sous le règne de son fils Alexandre III.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : docteur ès lettres, chargé de conférences à l'université de Paris-III, doyen de l'Institut Saint-Denis, Paris

Classification

Autres références

«  ALEXANDRE II NIKOLAÏEVITCH (1818-1881) empereur de Russie (1855-1881)  » est également traité dans :

FINLANDE

  • Écrit par 
  • Régis BOYER, 
  • Maurice CARREZ, 
  • Lucien MUSSET, 
  • Yvette VEYRET-MEKDJIAN
  •  • 22 480 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « L'éveil national »  : […] La période de la présence russe en Finlande fut longtemps plus bénéfique que ne pourrait le laisser penser sa triste fin. Elle fut en effet marquée par l'essor des forces productives, de la vie culturelle et du sentiment national jusqu'au tournant néfaste des années 1890. Le tsar Alexandre I er , souverain réaliste, accorda au pays un statut plutôt favorable, eu égard aux conditions générales de l […] Lire la suite

POLOGNE

  • Écrit par 
  • Jean BOURRILLY, 
  • Georges LANGROD, 
  • Michel LARAN, 
  • Marie-Claude MAUREL, 
  • Georges MOND, 
  • Jean-Yves POTEL, 
  • Hélène WLODARCZYK
  •  • 44 246 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « Les révolutions romantiques (1815-1864) »  : […] L'économie du royaume se développa rapidement après 1815 : mesures de protection douanière, ouverture de la Banque de Pologne, progrès agronomique et essor des cultures nouvelles (betterave à sucre), exploitation du charbon de Dabrowa, usines métallurgiques fondées par l'industriel belge J. Cockerill, entreprises textiles à Łódý et ̣Zyrardów (du nom du Français Philippe de Girard). La population […] Lire la suite

RUSSIE (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Michel LESAGE, 
  • Roger PORTAL
  •  • 20 260 mots
  •  • 27 médias

Dans le chapitre « Le populisme »  : […] Tandis que le mécontentement entretient à la campagne et dans les usines des troubles passagers et sans gravité pour le gouvernement, un fort courant d'opposition se développe au cours de la seconde moitié du xix e  siècle, dans une intelligentsia nouvelle, recrutée parmi les éléments des classes moyennes, popes, fils de popes, cadets d'écoles militaires, nobles ruinés, médecins, instituteurs, gen […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre KOVALEWSKY, « ALEXANDRE II NIKOLAÏEVITCH (1818-1881) - empereur de Russie (1855-1881) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/alexandre-ii-nikolaievitch/