TURING ALAN MATHISON (1912-1954)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Débuts de l'informatique

Au lendemain de la guerre, en 1945, Turing est recruté par le Laboratoire national de physique (National Physical Laboratory, N.P.L.), à Londres, pour concevoir et mettre au point un calculateur électronique. Les plans de la machine de calcul automatique (Automatic Computing Engine, A.C.E.) qu'il dessine constituent les premières spécifications relativement complètes d'un calculateur numérique à programme destiné à un usage général. Si l'A.C.E. de Turing avait été construite selon ses plans, elle aurait disposée d'une mémoire et d'une vitesse de calcul bien supérieures à celle de tout autre calculateur de la première heure. Les collègues de Turing au N.P.L. pensent cependant que sa mise au point est trop complexe et construisent une machine beaucoup plus simple, le modèle pilote A.C.E.

Le laboratoire finit par se laisser distancer dans la course à la construction du premier ordinateur électronique programmable opérationnel, exploit qui revient à un laboratoire de l'université de Manchester, le Royal Society Computing Machine Laboratory, en juin 1948. Découragé par le retard pris par le N.P.L., Turing accepte le poste le directeur adjoint du laboratoire de Manchester la même année, sachant que le poste de directeur est vacant. Son concept théorique de machine de Turing a eu dès le départ une influence fondamentale sur le projet de calculateur de Manchester. Après son entrée en fonction, Turing travaille essentiellement à la conception du système de programmation du Ferranti Mark-I, le premier ordinateur commercialisé au monde.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : professeur de philosophie et de directeur des archives Turing pour l'histoire de l'informatique à l'université Canterbury de Christchurch (Nouvelle-Zélande)

Classification


Autres références

«  TURING ALAN MATHISON (1912-1954)  » est également traité dans :

TURING MACHINE DE

  • Écrit par 
  • Bernard PIRE
  •  • 197 mots

Dans l'article « On computable numbers, with an application to the Entscheidungsproblem », publié en 1936 dans les Proceedings of the Mathematical Society, Alan Mathison Turing (1912-1954) montre qu'il existe des nombres définissables qui ne sont pas calculables. Cela implique qu'il n'existe pas de solution au célèbre problèm […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/machine-de-turing/#i_32390

APPLE

  • Écrit par 
  • Pierre MOUNIER-KUHN
  •  • 2 539 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Du bricolage à l’entreprise »  : […] La société Apple Computer a été créée le 1 er avril 1976 à Cupertino (Californie) par Steve Jobs, Steve Wozniak et Ronald G. Wayne – ce dernier, détenant 10 p. 100 des parts, se retire rapidement en les revendant deux semaines plus tard. Jobs avait travaillé comme programmeur pour Hewlett-Packard (HP) et pour Atari (société pionnière et fondatrice de l’industrie des jeux vidéo), tout en s’intére […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/apple/#i_32390

COGNITIVES SCIENCES

  • Écrit par 
  • Daniel ANDLER
  •  • 19 239 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le cognitivisme »  : […] Le cognitivisme conçoit la cognition comme un calcul sur des représentations internes ou mentales : un organisme, ou système cognitif, agit intelligemment dans son environnement en en formant des représentations (partielles, modèles des aspects pertinents eu égard à la tâche en cours) et en les modifiant, compte tenu de ses croyances et de ses désirs (ou des buts qui lui sont ou qu'il s'est assig […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sciences-cognitives/#i_32390

CRYPTOLOGIE

  • Écrit par 
  • Jacques STERN
  •  • 5 754 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le XXe siècle »  : […] Les techniques qui viennent d'être présentées – transpositions, substitutions et répertoires – sont celles qui ont été utilisées durant la Première Guerre mondiale. Des historiens ont même relié certains événements du conflit à la faiblesse des cryptographes ou à la sagacité des cryptanalystes. C'est ainsi qu'on explique l'issue de la bataille de Tannenberg par les carences de l'état-major russe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cryptologie/#i_32390

DEEP BLUE, superordinateur

  • Écrit par 
  • Pierre MOUNIER-KUHN
  •  • 1 072 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le défi de l’intelligence artificielle »  : […] Dès les débuts de l’informatique, des chercheurs comme Alan Turing (1912-1954) ont envisagé la possibilité pour un ordinateur de jouer aux échecs, comme test d’intelligence de la machine. Dans les années 1950, la mise au point d’une méthode mathématique améliorant l’algorithme minimax de recherche du meilleur coup a constitué un progrès. En 1962 ont été présentés, au Massachusetts Institute of Te […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/deep-blue-superordinateur/#i_32390

GÖDEL KURT (1906-1978)

  • Écrit par 
  • Daniel ANDLER
  •  • 2 293 mots

Dans le chapitre « L'œuvre »  : […] Les travaux de Gödel ont été exposés et situés dans leur contexte mathématique et épistémologique (cf. logique mathématique , hilbert , fondements des mathématiques et problèmes de hilbert ). Aussi nous contenterons-nous ici d'un bref aperçu. Le premier grand résultat est celui de la complétude du calcul des prédicats. Dans leur Grundzüge der Theoretischen Logik , paru en 1928, Hilbert et Ackerm […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kurt-godel/#i_32390

INFORMATIQUE - Principes

  • Écrit par 
  • Jacques HEBENSTREIT
  •  • 3 097 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Automates de Turing »  : […] Les automates définis dès 1936 par le mathématicien anglais Alan Mathison Turing se sont révélés d'excellents modèles abstraits des ordinateurs réalisés à partir de 1943. Un automate de Turing est composé d'un automate à nombre fini d'états, muni d'une tête de lecture-écriture devant laquelle se trouve un ruban divisé en cellules et qui peut se déplacer de droite à gauche et de gauche à droite. Ce […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/informatique-principes/#i_32390

INTELLIGENCE ARTIFICIELLE (IA)

  • Écrit par 
  • Jean-Gabriel GANASCIA
  •  • 5 073 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les précurseurs  »  : […] Cette discipline scientifique qu’est l’intelligence artificielle ne surgit pas de nulle part. Elle a emboîté le pas à la cybernétique, science des systèmes complexes et de leur commande, fondée dans les années 1940 et particulièrement active au début des années 1950. Celle-ci aspirait à modéliser la régulation des systèmes biologiques, psychiques, politiques ou sociaux avec des flux d’information […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/intelligence-artificielle-ia/#i_32390

LITTÉRATURE NUMÉRIQUE

  • Écrit par 
  • Jean CLÉMENT, 
  • Alexandra SAEMMER
  •  • 4 340 mots

Dans le chapitre « Une littérature générée »  : […] Les premiers essais de littérature numérique sont aussi anciens que l’informatique elle-même. Dès les années 1940, Alan Turing, logicien et pionnier de l’informatique, découvre les potentialités de l’ordinateur dans le domaine de la combinatoire en programmant des Lettres d ’ amour sous forme de « cadavres exquis », ce montage ludique de phrases ou de dessins inventé par les surréalistes. Mais c’ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-numerique/#i_32390

PENSÉE

  • Écrit par 
  • Pascal ENGEL
  •  • 8 282 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Pensée, machines et fonctionnalisme »  : […] Tout cela peut-il être tenu comme une réfutation définitive du cartésianisme ? Jusqu'à un certain point seulement. Ce dernier s'accorde avec la psychologie du sens commun quand il traite les états mentaux comme des causes du comportement. Mais la difficulté propre au dualisme a toujours été d'expliquer l'interaction entre le mental et le physique, qu'il rend mystérieuse. Supprime-t-on le problème […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pensee/#i_32390

PREMIERS ORDINATEURS - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Pierre MOUNIER-KUHN
  •  • 1 106 mots

1904 Le Britannique John Ambrose Fleming invente la diode, premier tube à vide comportant deux électrodes, qui permet de capter et de redresser un signal radio. 1906 L'Américain Lee De Forest invente la triode, tube à vide à trois électrodes, qui permet d'amplifier un faible courant électrique. Les tubes ou « lampes » de De Forest et de Fleming constituent le point de départ de l'électronique. 1 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/premiers-ordinateurs-reperes-chronologiques/#i_32390

PROGRAMMATION

  • Écrit par 
  • Jean-François MONIN
  •  • 7 832 mots

Dans le chapitre « Programme, interpréteur et compilateur »  : […] Un programme est tout d'abord un texte, c'est-à-dire une séquence de symboles. Pour prendre son sens en tant que programme, ce texte doit être mis en présence d'un mécanisme capable de le décoder et de produire un certain nombre de transformations. Ce mécanisme est appelé un interpréteur et l'ensemble des symboles utilisés est appelé le vocabulaire . Toutes les séquences de symboles ne forment pa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/programmation/#i_32390

RÉCURSIVITÉ, logique mathématique

  • Écrit par 
  • Kenneth Mc ALOON, 
  • Bernard JAULIN, 
  • Jean-Pierre RESSAYRE
  •  • 9 371 mots

Dans le chapitre « Quelques exemples de généralisation et d'application de la récursivité »  : […] On peut étendre la notion de calcul par machine en introduisant la possibilité de « consulter un oracle ». Par oracle, nous entendons ici un ensemble X d'entiers ; permettre à la machine de consulter l'oracle X, c'est l'autoriser à poser la question «  n  ∈ X ? » et à poursuivre son calcul selon la réponse qui lui est faite. On introduit, à cet effet, la notion de récursivité relative : on dira qu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/recursivite-logique-mathematique/#i_32390

Voir aussi

Pour citer l’article

B. Jack COPELAND, « TURING ALAN MATHISON - (1912-1954) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/alan-mathison-turing/