ASH‘ARĪ ABŪ L-ḤASAN ‘ALĪ BEN ISMĀ‘ĪL AL- (874 env.-935)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fondateur de l'école de théologie musulmane à laquelle se sont ralliés la majorité des sunnites. Né à Baṣra, mort à Baghdād, al-Ash‘arī, d'abord disciple d'al-Djubbā'ī, quitte le mu‘tazilisme vers 912, à la suite de trois visions qu'il aurait eues du Prophète. Il aurait compris qu'il lui était ordonné d'allier la tradition et la théologie spéculative (kalām). C'est bien, en tout cas, cette tentative qui caractérise son œuvre.

Contre la doctrine mu‘tazilite selon laquelle Dieu fait toujours le meilleur (aṣlaḥ), al-Ash‘arī aurait proposé à son maître le cas de trois frères dont l'un vit et meurt dans l'obéissance, le deuxième dans la désobéissance, tandis que le troisième meurt tout enfant. Le premier va au paradis, le deuxième en enfer ; le troisième n'obtient ni récompense ni châtiment ; aussi demande-t-il à Dieu pourquoi il ne l'a pas laissé vivre : par l'obéissance à la Loi, il aurait pu entrer au paradis. Dieu lui répond, selon les mu‘tazilites, qu'il sait que, s'il avait vécu, il serait allé en enfer ; il valait donc mieux pour lui mourir enfant. Alors le deuxième dit à Dieu : « Si tu m'avais fait mourir enfant, je ne serais pas entré en enfer. » Que répondra Dieu ? Al-Djubbā'ī ne sait que dire.

Al-Ash‘arī, s'étant ainsi séparé des mu‘tazilites, subit d'abord l'influence de la doctrine ḥanbalite, qui est la plus littéraliste et s'oppose violemment à l'autonomie de la raison et à toute doctrine philosophique étrangère à la révélation islamique. À cette époque, il admet le bien-fondé d'une théologie dans la mesure où elle est destinée à combattre l'erreur. Ghazālī reprendra ce point de vue. Il est possible que, tout en se structurant chez le maître et chez ses disciples, le kalām ash‘arīte ait gardé un peu de cette conception minimiste, essentiellement défensive, de la théologie.

L'ash‘arīsme est surtout une théorie de conciliation entre l'anthropomorphisme des uns et le rationalisme des autres : c'est le juste milieu (iqtiṣād) dont parlera Ghazālī. Entre la doctrine du Coran incréé, q [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : membre de l'Institut, professeur émérite à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification


Autres références

«  ASH'ARI ABU L-HASAN 'ALI BEN ISMA'IL AL- (874 env.-935)  » est également traité dans :

ASH‘ARISME

  • Écrit par 
  • Louis GARDET
  •  • 880 mots

L'ash‘arisme est l'école dont l'influence fut prépondérante pendant des siècles ( x e - xix e s.) en ‘ilm al-kalām , c'est-à-dire dans la théologie, ou, mieux peut-être, dans l'« apologie défensive » de l'islam sunnite. Elle fut fondée par Abū l-Ḥasan al-Ash‘arī (260-324 de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ash-arisme/#i_15053

AVICENNE, arabe IBN SĪNĀ (980-1037)

  • Écrit par 
  • Henry CORBIN
  •  • 8 898 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La vie et l'œuvre »  : […] Avicenne (Abū ‘Alī al-Ḥusayn b. ‘Abd Allāh Ibn Sīnā) est né, au mois d'août 980, près de Boukhara, en Transoxiane, c'est-à-dire à cette extrémité orientale du monde iranien qui, aujourd'hui en dehors des limites politiques de l'État iranien, est souvent désignée comme l'« Iran extérieur ». Quelques coordonnées seront utiles : en Occident latin, la fin du x […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/avicenne/#i_15053

ISLAM (La religion musulmane) - Les sciences religieuses traditionnelles

  • Écrit par 
  • Chafik CHEHATA, 
  • Roger DELADRIÈRE, 
  • Daniel GIMARET, 
  • Guy MONNOT, 
  • Gérard TROUPEAU
  •  • 12 202 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  La théologie »  : […] En islam, la théologie a été appelée curieusement « science de la parole » (‘ ilm al- kalām ), et ceux qui la pratiquent « ceux qui parlent » ( al-mutakallimūn ). On a proposé de cela plusieurs explications ; celle qui prévaut aujourd'hui est que ladite science aurait été ainsi caractérisée non par son objet, mais par son mode d'arg […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/islam-la-religion-musulmane-les-sciences-religieuses-traditionnelles/#i_15053

MU‘TAZILISME

  • Écrit par 
  • Roger ARNALDEZ
  •  • 5 844 mots

Dans le chapitre « Des ‘Abbāsides aux successeurs de Mutawakkil »  : […] Arrivés au pouvoir, les ‘Abbāsides n'eurent plus besoin de l'alliance alide. En général, les mu‘tazilites les suivirent pour combattre, sur le plan doctrinal, les shī‘ites extrémistes ( ghulāt ) et toutes les sectes qui leur étaient apparentées et avaient subi l'influence des anciennes croyances de l'Iran et de diverses gnoses (en particulier de la gnose manichéenne), sectes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mu-tazilisme/#i_15053

Pour citer l’article

Roger ARNALDEZ, « ASH‘ARĪ ABŪ L-ḤASAN ‘ALĪ BEN ISMĀ‘ĪL AL- (874 env.-935) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/al-ash-ari-abu-l-hasan-ali-ben-isma-il/