AÏCHA (614-678)

Troisième femme et épouse préférée du prophète Mahomet, le fondateur de l'islam. '̄A'isha Bint Abī Bakr, née en 614 à La Mecque, morte en 678 à Médine, joue un rôle politique non négligeable après la mort de son mari.

Tous les mariages de Mahomet sont motivés par des intérêts politiques, et dans le cas d'Aïcha, il semble que cette union ait permis de sceller les liens existant entre le Prophète et Abū Bakr, père de la jeune fille et l'un des plus fervents soutiens de Mahomet. La beauté d'Aïcha et les rapports authentiquement chaleureux qu'elle entretient avec le fondateur de l'islam lui assurent une place particulière dans le cœur de Mahomet, que ne lui raviront pas les épouses ultérieures. On rapporte qu'en 627, alors qu'Aïcha accompagne son époux dans une expédition, elle se trouve séparée du groupe. Un homme la découvre errant dans le désert et l'escorte jusqu'à Médine. Les ennemis de Mahomet accusent Aïcha d'avoir été infidèle, mais le Prophète, qui a confiance en elle, reçoit une révélation prouvant son innocence et humilie publiquement ses détracteurs. Aïcha n'exerce aucune influence sur l'action politique ou religieuse de son époux du vivant de ce dernier.

À la mort de Mahomet, Aïcha est une jeune veuve sans enfants, alors âgée de dix-huit ans. Elle se tient à l'écart de la scène politique jusqu'au califat d''Uthmān, troisième successeur du Prophète et chef de la communauté musulmane de 644 à 656. Aïcha fomente le mouvement d'opposition qui conduira à l'assassinat du calife, en 656. Elle prend ensuite les armes contre son successeur, 'Alī. Elle est vaincue au cours de la bataille du Chameau, ainsi nommée à cause de la monture d'Aïcha, qui en était l'enjeu. Aïcha est faite prisonnière puis ramenée à Médine, où il lui sera permis de finir paisiblement sa vie.

—  Universalis

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Classification


Autres références

«  AÏCHA (614-678)  » est également traité dans :

MAHOMET ou MUḤAMMAD (571?-632)

  • Écrit par 
  • Maxime RODINSON
  •  • 4 075 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La personnalité et le rôle de Mahomet dans l'islam »  : […] Après la mort de Khadīdja, il épousa une veuve, bonne ménagère, Sawda, et aussi la petite ‘Ā'isha, fille d'Abū Bakr, qui avait à peine une dizaine d'années. Ses penchants érotiques, longtemps contenus, devaient lui faire contracter concurremment une dizaine de mariages. Cela n'alla pas sans jalousies, intrigues et parfois scandales avec d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mahomet-muhammad/#i_49753

Pour citer l’article

« AÏCHA (614-678) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 octobre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/aicha/