TOURÉ AHMED SÉKOU (1919 ou 1922-1984)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Faranah (Guinée orientale) dans une famille musulmane modeste d'ethnie malinké, Sékou Touré fréquente une école technique française à Conakry mais en est expulsé au bout d'un an, en 1936, pour avoir protesté contre la mauvaise qualité de la nourriture donnée aux élèves. En 1940 il est engagé comme employé de bureau, puis occupe, l'année suivante, un emploi administratif au service des postes. Il commence alors à manifester un grand intérêt pour le mouvement ouvrier et devient secrétaire général du Syndicat des travailleurs des P.T.T. créé par lui en 1945. Il participe à la fondation de la Fédération des unions ouvrières de Guinée, affiliée à la Fédération syndicale mondiale, et en deviendra plus tard vice-président. Il assiste à Paris au congrès de la C.G.T. en 1946.

Ahmed Sékou Touré, vers 1963

Ahmed Sékou Touré, vers 1963

Photographie

Président de la République depuis l'indépendance de la Guinée (1958), Ahmed Sékou Touré (1919 ou 1922-1984) instaura un régime totalitaire de parti unique d'orientation socialiste. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Sékou Touré prend une part active aux affaires politiques après la fondation par Félix Houphouët-Boigny du Rassemblement démocratique africain (R.D.A.). En 1951, il prend la tête du Parti démocratique de Guinée (P.D.G.), section territoriale du R.D.A., et organise, en 1953, une grève générale des travailleurs de Basse-Guinée qui contraint, pour la première fois dans l'histoire africaine, l'administration française à céder. Battu aux élections législatives à l'Assemblée nationale française de 1951, il est élu conseiller général en 1954, maire de Conakry en 1955 et enfin député en 1956. À la fin de 1957 il devient vice-président du Conseil exécutif de Guinée. Grâce au P.D.G., il renforce ses positions et sape le pouvoir des chefferies. Par ailleurs, sa dimension africaine s'affirme lorsqu'il devient secrétaire général de l'Union générale des travailleurs d'Afrique noire (U.G.T.A.N.). Quand, en 1958, De Gaulle propose aux territoires français un référendum relatif à l'octroi de l'indépendance, Sékou Touré fait une campagne active en faveur de l'indépendance immédiate, cela en dépit du mot d'ordre du R.D.A. qui préconise de répon [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Classification


Autres références

«  TOURÉ AHMED SÉKOU (1919 ou 1922-1984)  » est également traité dans :

AFRIQUE (Histoire) - Les décolonisations

  • Écrit par 
  • Marc MICHEL
  •  • 12 312 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « L'Afrique noire francophone »  : […] La décolonisation de l'Afrique noire française apparaît, elle, largement comme un problème « mûri de l'extérieur » : à l'issue de la guerre, l'opinion, les partis et les gouvernants français n'étaient absolument pas prêts à envisager une perspective d'indépendance des colonies, tant la « reprise du rang » par la France dans le concert des grandes puissances s'identifiait à la grandeur de l'empire, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/afrique-histoire-les-decolonisations/#i_19861

GUINÉE

  • Écrit par 
  • Monique BERTRAND, 
  • Bernard CHARLES, 
  • Agnès LAINÉ
  • , Universalis
  •  • 19 483 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Contestation de l'ordre colonial »  : […] Dès 1945, des comportements nouveaux apparaissent. Des bouillonnements d'idées se produisent. Élections et conflits du travail en sont les révélateurs ; syndicats et partis politiques en sont les agents. Une génération de jeunes leaders se dresse face aux chefs traditionnels et aux autorités coloniales. Le contexte franco-africain a radicalement changé avec des effets d'entraînement considérables. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guinee/#i_19861

Pour citer l’article

« TOURÉ AHMED SÉKOU (1919 ou 1922-1984) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ahmed-sekou-toure/