DUCCIO AGOSTINO DI (1418-1481)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Originaire de Florence, Agostino di Duccio quitta la ville très jeune, et sa première œuvre datée est le devant d'autel de la cathédrale de Modène (1442), représentant des scènes de la Vie de san Gimignano. Sa première formation n'est donc pas florentine, comme en témoignent d'ailleurs les reliefs de Modène, dont l'organisation plastique est encore gothique. En 1446, il est à Florence, mais, accusé de vol, il doit fuir à Venise : ce séjour en Italie du Nord le met en contact avec l'œuvre de Donatello, qui réside à Padoue de 1443 à 1453. On retrouve Agostino di Duccio en 1449 à Rimini, travaillant avec Alberti au Temple des Malatesta, dont il réalise le décor sculpté (1447-1454). Il y affirme un style personnel, très linéaire, graphique même dans certains reliefs « aplatis » où il déploie en ondulations mouvementées des draperies transparentes et « mouillées ». En 1457, Agostino est à Pérouse et sculpte la façade de l'oratoire dédié à saint Bernardin. Bien que l'ordonnance soit conçue en arc triomphal, comme le Temple des Malatesta, et que certains motifs en dérivent directement, la profusion des ornements, des statues, des bas-reliefs (Vierge en gloire, Annonciation, Miracles de saint Bernardin, Allégories des Vertus), en terre cuite ou en marbre de couleur, fait du petit édifice une sorte de reliquaire précieux d'un tout autre esprit. On peut dater de la même époque les reliefs de la Vierge à l'Enfant, conservés à la National Gallery de Washington et au Louvre, en raison de leurs rapports stylistiques avec les Vertus et les Anges de Pérouse. Ceux qu'il sculpta après son retour à Florence en 1463 (musée du Bargello et coll. Rothschild) montrent qu'il ne fut pas insensible à l'art de Verrocchio.

Vierge à l'Enfant, A. di Duccio

Vierge à l'Enfant, A. di Duccio

photographie

Agostino di DUCCIO, Vierge à l'Enfant, marbre. Musée du Louvre, Paris. 

Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

Afficher

—  Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE

Écrit par :

Classification


Autres références

«  DUCCIO AGOSTINO DI (1418-1481)  » est également traité dans :

ÉMILIE

  • Écrit par 
  • Noëlle de LA BLANCHARDIÈRE
  •  • 2 411 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Rimini et Ferrare »  : […] Rimini n'est plus actuellement qu'une morne plage, et de la splendeur des Malatesta, seul demeure le temple inachevé que Sigismond demanda à Alberti, qui transforma dans ce dessein la vieille église Saint-François de 1447 à 1468. Ce n'est plus un édifice religieux, comme le dénonçait Pie II, mais un « déploiement d'architecture et de symbolique à des fins de glorification personnelle. » Les raviss […] Lire la suite

GOTHIQUE ART

  • Écrit par 
  • Alain ERLANDE-BRANDENBURG
  •  • 14 842 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « L'Italie gothique »  : […] L'Italie des xiii e et xiv e  siècles soulève le délicat problème de ses choix stylistiques. Au xiii e  siècle, comme on l'a récemment mis en lumière, des références nordiques se font jour ; au xiv e  siècle, la tendance sera inversée, les artistes nordiques s'ouvrent à l'esthétique nouvelle venue de la Péninsule. L'épisode d'Avignon qui fait appel à Simone Martini apparaît comme l'aboutissement […] Lire la suite

Pour citer l’article

Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE, « DUCCIO AGOSTINO DI - (1418-1481) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/agostino-di-duccio/