CHRISTIE AGATHA (1891-1976)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La méthode d'Hercule Poirot

Apparu dès le premier roman, le personnage du détective belge se retrouve dans une trentaine des meilleurs ouvrages d'Agatha Christie. Proclamant que pour découvrir un coupable il suffit de s'asseoir dans un fauteuil et de réfléchir en utilisant rationnellement les « petites cellules grises » de son cerveau, Hercule Poirot s'oppose à l'héroïsme du détective aventurier ainsi qu'à Sherlock Holmes, son prédécesseur le plus illustre dans la littérature policière anglaise : même s'il semble l'imiter en se donnant pour compagnon, dans plusieurs romans, un doublet de Watson, le capitaine Hastings, dont la naïveté sert de repoussoir à la logique de ses déductions, il considère comme secondaire la chasse aux indices matériels si importante chez Conan Doyle et lui préfère l'enquête psychologique. Ce petit homme vieillissant, tiré à quatre épingles, prosaïque et maniaque, soucieux de son confort autant que de la morale, restera fameux par son crâne en forme d'œuf, son dandysme, ses cheveux teints, son énorme moustache ; personnage ambigu, vaniteux, paternel, non dépourvu de ridicules qui peuvent conduire son adversaire à le sous-estimer.

Sa méthode est guidée par un amour de l'ordre, des lignes droites et de la symétrie, qui lui fait percevoir la moindre irrégularité d'un ensemble par ailleurs cohérent : elle vise essentiellement à l'inventaire de ces « petits faits », détails qui peuvent paraître insignifiants ou négligeables, et à leur classement, avant de les agencer les uns aux autres selon la technique du puzzle. Ils seront patiemment rassemblés à l'occasion d'interrogatoires ou de confidences que Poirot sait provoquer, qui lui donnent les armes d'une interprétation psychologique du crime et pourront lui permettre de jouer à la fin d'une enquête le rôle paternel d'entremetteur ou de marieur, autant que celui de justicier. Justicier d'ailleurs privé, dont les critères sont parfois plus sentimentaux que juridiques, qui peut laisser l'assassin s'échapper ou décider de clore l'affaire si le coupable lui paraît avoir le droit de son côté, ainsi dans [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  CHRISTIE AGATHA (1891-1976)  » est également traité dans :

ROMAN - Essai de typologie

  • Écrit par 
  • Jean CABRIÈS
  •  • 5 922 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « De la chambre close à la violence ouverte »  : […] Le coupable et le justicier, l'indice et la déduction, l'énigme et l'enquête : ces couples ont une vieille existence dans la littérature, si l'on songe au Soga monogatari du xiv e siècle japonais, aux Mille et Une Nuits , à Zadig et aux romans noirs de Mrs Radcliffe (1764-1823). Toutefois, le roman policier proprement dit appartient par essence aux villes modernes, où une police très organisée g […] Lire la suite

Pour citer l’article

Marianne ALPHANT, « CHRISTIE AGATHA - (1891-1976) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 mai 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/agatha-christie/