WILLETTE ADOLPHE (1857-1926)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De tous les caricaturistes de son temps, Willette a été sans doute celui qui a connu l'activité la plus variée : décorations pour le Chat-Noir et l'auberge du Clou, verrière du cabaret le Veau d'or, peintures murales de la salle des Communications de l'Hôtel de Ville de Paris et, bien entendu, activités graphiques pour différents journaux dont le plus célèbre demeure Le Courrier français. Toutes ces manifestations associées au fait que leur auteur a été président-fondateur du Salon des humoristes semblent accréditer l'idée selon laquelle l'œuvre est placée sous le signe d'une certaine tradition française faite de légèreté et de grivoiserie. Les noms de Boucher et de Watteau ont été souvent prononcés à propos de Willette. On ferait volontiers de lui le chef de file des caricaturistes « légers » comme Albert Guillaume, Abel Faivre, Ferdinand Bac et Chéret, habituels exposants du Salon des humoristes. Et pourtant un examen attentif de ses productions nous révèle une œuvre empreinte d'ambiguïté. Ambiguïté au niveau du mode d'expression d'abord : sa peinture, murale la plupart du temps, reflète la dualité graphisme/chromatisme ; ambiguïté de son activité de caricaturiste rarement teintée d'esprit satirique, ensuite.

Caricaturiste, il se défend d'ailleurs de l'être. Peut-on appeler « caricatures » ces silhouettes aimables de grisettes, ses nus plus grivois qu'érotiques ? Le trait façonne le sujet avec précision et trahit un goût pour le modelé traditionnel, ou bien, feignant la maladresse, donne l'impression de l'inachevé.

L'identification de l'artiste au personnage de Pierrot, dans le costume duquel il aime se montrer, renforce l'impression d'apesanteur que donne l'œuvre. Et cependant tous ces signes, toutes ces évidences pourraient bien dissimuler une réalité douloureuse. Certains dessins très dramatiques que Willette publie dans Le Courrier français, par exemple, déchirent brutalement l'image rassurante qu'il s'efforce de donner de lui. Un dessin comme Pour le roi de Prusse projette tout à coup une ombre sinistre sur toutes les gr [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  WILLETTE ADOLPHE (1857-1926)  » est également traité dans :

CARICATURE

  • Écrit par 
  • Marc THIVOLET
  •  • 8 333 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Rôle paradoxal de la caricature »  : […] La caricature joue dans la société un rôle paradoxal. Elle déforme, certes, mais c'est pour mieux fustiger. Elle s'abreuve aux sources morales d'un certain puritanisme, voire d'un certain conformisme. L'exploitation du mécontentement va souvent de pair avec le confusionnisme politique. Au cours de l'affaire Dreyfus, les caricaturistes ( Forain, Léandre, Caran d'Ache, Willette), qui prenaient l'ord […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/caricature/#i_307

Pour citer l’article

Marc THIVOLET, « WILLETTE ADOLPHE - (1857-1926) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/adolphe-willette/