QUÉTELET ADOLPHE (1796-1874)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'idée de l'homme moyen (1844-1848)

Vers 1844 se produit dans la pensée de Quételet une inflexion significative. Jusque-là, son intérêt s'était principalement porté sur la constance des phénomènes observés et sur leurs oscillations autour de la valeur moyenne. Avec son mémoire Sur l'appréciation des documents statistiques, et en particulier sur l'application des moyennes (1844), il franchit un pas décisif. Il s'intéresse désormais à la distribution de ces observations. Pour la première fois, il remarque qu'elles se répartissent de façon symétrique par rapport à la moyenne. La forme de la distribution est à peu près celle que l'on peut prévoir à partir d'une distribution dite binomiale ou normale, représentée par la courbe couramment appelée courbe de Laplace-Gauss. En appliquant la théorie des probabilités, Quételet pouvait construire a priori une courbes théorique de distribution des fréquences pour le poids, la taille ou le tour de poitrine. Cette courbe théorique coïncidait de façon remarquable avec les distributions empiriquement observées. On voit comment la notion d'« homme moyen » est au centre du raisonnement. Jusqu'au mémoire de 1844 inclus, Quételet ne l'applique toutefois qu'à quelques caractéristiques physiques. Dans ses deux œuvres suivantes, il étend la notion d'abord à l'ensemble des caractéristiques physiques (formant ainsi la base de la « physique sociale ») et des qualités intellectuelles et morales (constituant la « statistique morale »), et plus encore à toutes les collectivités humaines, des plus petites unités à l'humanité considérée dans sa totalité, et à toutes les époques de l'histoire humaine. Ces extensions constituent la « théorie de l'homme moyen » proprement dite. Elle est exposée de façon d'abord restreinte à la physique sociale et à la statistique morale dans les Lettres à S.A.R. le duc (...) sur la théorie des probabilités... (1846), puis de façon beaucoup plus générale, dans Du système social et des lois qui le régissent (1848). Dans la préface de ce dernier ouvrage, il a lui-même identifié le concept d'« homme moyen » comme le noy [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, agrégé de l'Université, directeur de recherche au C.N.R.S.

Classification


Autres références

«  QUÉTELET ADOLPHE (1796-1874)  » est également traité dans :

FOURIER JOSEPH (1768-1830)

  • Écrit par 
  • Louis CHARBONNEAU
  •  • 1 865 mots

Dans le chapitre « L'œuvre mathématique »  : […] L'originalité de Fourier réside principalement dans sa théorie de la propagation de la chaleur dans un solide. Sur le plan purement mathématique, les résultats sont de deux ordres : d'une part, la résolution des équations aux dérivées partielles en attribuant aux conditions aux bornes l'importance qui leur revient, d'autre part, la représentation d'une «  fonction arbitraire » par une série trigo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/joseph-fourier/#i_48563

STATISTIQUE

  • Écrit par 
  • Georges MORLAT
  •  • 14 018 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Historique »  : […] On attribue souvent la création du terme « statistique » à un professeur de Göttingen, G. Achenwall, qui aurait en 1746 créé le mot Statistik , dérivé de la notion Staatskunde . En fait, l'activité correspondante de recueil de données permettant de connaître la situation des États remonte à une fort lointaine antiquité. On cite, d'une part, l'empereur ch […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/statistique/#i_48563

Voir aussi

Pour citer l’article

Bernard-Pierre LÉCUYER, « QUÉTELET ADOLPHE - (1796-1874) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/adolphe-quetelet/