STÖCKER ADOLF (1835-1909)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Pasteur luthérien, Adolf Stöcker fonda en Allemagne, en 1878, avec l'appui discret de la Cour, le Parti social-chrétien dont le but déclaré était de lutter contre le Parti libéral et le Parti socio-démocrate et de promouvoir le progrès social « dans le sens de la doctrine évangélique ». En réalité, ce parti devint la première organisation antisémite du pays et de toute l'Europe. Dans les années 1870-1890, en Allemagne comme en Autriche et en France, la réaction nationaliste, cléricale et antilibérale s'en prenait, en effet, à la cause de l'émancipation des juifs, cause issue des mouvements de 1848. Propagandiste habile, voyageur et orateur infatigable, prédicateur à la Cour, Stöcker prit bientôt la tête du courant antisémite, utilisant l'antijudaïsme, principalement sous sa forme chrétienne, pour endiguer la montée du courant en faveur de la laïcité et pour « réconcilier le prolétariat avec l'Église et l'État ». Il se joignit, en 1879, à la Ligue antisémite fondée par Wilhelm Marr et lança, en 1880, la « pétition antisémite », qui, forte de 250 000 signatures, demandait au gouvernement de prévoir des lois contre les juifs. Il organisa à Dresde en 1882 le premier « congrès antisémite international », dont il fut élu président. Mais ses excès de langage, surtout ses attaques contre certains riches israélites, banquiers attitrés de la Cour, tels Bleichröder, une condamnation pour faux témoignage et les réserves émises sur sa personne par le Conseil suprême des Églises évangéliques provoquèrent sa disgrâce et sa disparition de la scène politique.

—  Abraham TSITRONE

Écrit par :

  • : maître assistant à l'université de Jérusalem, docteur de l'université de Montpellier, lecteur à l'université de Provence

Classification

Autres références

«  STÖCKER ADOLF (1835-1909)  » est également traité dans :

ANTISÉMITISME

  • Écrit par 
  • Esther BENBASSA
  •  • 12 221 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Un phénomène international »  : […] Constitutionnellement attachés à la liberté de conscience depuis l'origine, les États-Unis, nation profondément imprégnée de biblisme protestant, n'en ont pas moins gardé jusqu'à la fin de la guerre de Sécession des lois discriminatoires contre les juifs concernant le droit de vote et l'accès aux charges publiques. L'antisémitisme importé d'Europe à la fin du siècle est présent dans le discours po […] Lire la suite

JUDAÏSME - Histoire du peuple juif

  • Écrit par 
  • Gérard NAHON
  •  • 11 236 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre «  La guerre contemporaine à partir de 1880 »  : […] Ce qu'on peut appeler la guerre contemporaine débute le 25 avril 1881 par une pétition signée de 250 000 personnes réclamant au chancelier de l'Empire allemand le retrait des mesures d'émancipation des Juifs et l'interdiction de toute immigration nouvelle. Appuyé par Bismarck, qui est en conflit avec les libéraux, Adolf Stöcker, prédicateur à la cour impériale, avait fondé l'Union des travailleur […] Lire la suite

Pour citer l’article

Abraham TSITRONE, « STÖCKER ADOLF - (1835-1909) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 décembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/adolf-stocker/