BALTHUS BALTHAZAR KLOSSOWSKI DE ROLA dit (1908-2001)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La personnalité et l'œuvre de Balthus sont masquées aux yeux du grand public par la légende dont il s'est entouré et qu'il a soigneusement alimentée dès sa jeunesse. D'ascendance polonaise par son père et russe par sa mère (mais tous deux ressortissants prussiens ce qui explique que le jeune Balthus, né à Paris en 1908, ait vécu de 1914 à 1924 à Berlin puis en Suisse), il s'attribua un titre de comte et des parentés avec la plus haute noblesse slave et européenne, tout en se créant un personnage : dandy ténébreux à la Byron dans les années 1930, il devint il signor conte à la Villa Médicis, l'Académie de France à Rome, dont il fut le directeur et dont il conduisit les travaux de restauration de 1961 à 1977. Au soir de sa vie, mettant en avant l'intérêt qu'il portait depuis l'enfance à la culture extrême-orientale, il posa volontiers vêtu de somptueux kimonos, dans le « Grand Châlet » de Rossinière en Suisse, où il s'était retiré.

Parallèlement, on ne retient souvent de son œuvre, révélée tardivement au public par la rétrospective de 1983-1984 (Musée national d'art moderne, Paris, et Metropolitan Museum of Art, New York), que les représentations de très jeunes filles dénudées, faussement innocentes, dont il nia toujours l'érotisme, se démarquant ainsi de la production romanesque aussi bien que graphique de son frère aîné Pierre Klossowski.

Un réalisme onirique

Autodidacte, Balthus fut élevé par son père Erich Klossowski, peintre et historien de l'art, dans l'admiration de Cézanne, et poussé par Bonnard et Maurice Denis, auxquels ses parents étaient liés, à copier les tableaux de Poussin au Louvre et les fresques de Piero della Francesca à Arezzo. De son côté, Rilke – dont sa mère « Baladine » fut l'égérie à partir de 1922 – l'encouragea, préfaçant un petit livre de ses dessins (l'histoire de Mitsou, un chat qui devint son animal emblématique) et lui adressant chaque année une lettre à l'occasion d'un anniversaire qui fait partie de la légende balthusienne (il est né un 29 février).

Dans les années 1930, Balthus [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  BALTHUS BALTHAZAR KLOSSOWSKI DE ROLA dit (1908-2001)  » est également traité dans :

ACADÉMIE DE FRANCE À ROME

  • Écrit par 
  • Robert FOHR
  •  • 3 048 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Une difficile reconversion »  : […] Réclamée de longue date, la réforme qui s'imposait n'intervint que tardivement, à l'issue du directorat d'ailleurs fort libéral du musicien J. Ibert (1937-1961, avec une interruption sous le régime de Vichy). Il revint à André Malraux, comme en bien d'autres domaines, d'en fixer les orientations. Ce fut tout d'abord, au terme d'un retentissant conflit d'autorité qui opposa le ministre à l'Institu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/academie-de-france-a-rome/#i_11830

NATURE MORTE

  • Écrit par 
  • Robert FOHR
  •  • 5 707 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « XIXe et XXe siècles : déclin et retour de l'objet »  : […] Bien que le trompe-l'œil, avec des artistes comme Boilly et Leroy de Barde ( Réunion d'oiseaux étrangers placés dans différentes caisses , 1810, Cabinet des dessins, musée du Louvre) et la peinture de fleurs, avec l'école lyonnaise, adepte d'un faire méticuleux et porcelainé (A. Berjon, Saint-Jean), y produisent des œuvres d'un grand raffinement et d'une indéniable poésie, la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nature-morte/#i_11830

Pour citer l’article

Virginie MONNIER, « BALTHUS BALTHAZAR KLOSSOWSKI DE ROLA dit (1908-2001) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/balthus/