ABŪ NUWĀS (entre 747 et 762-env. 815)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un libertin au cœur des antagonismes

Cette œuvre porte un témoignage sur bien des aspects d'une civilisation islamique encore à l'heure des choix. Toute la poésie d'Abū Nuwās exprime une vision du monde. Cette vision est d'abord marquée de « citadinité ». L'Islam a fait passer les Arabes de l'oralité à l'univers du graphisme, du tribalisme socio-politique à l'exercice étatique du pouvoir, de la mentalité bédouine au comportement citadin. Le discours scientifique règle avec fermeté le développement culturel. En cette fin du iie siècle de l'hégire, aucun des grands affrontements qui secouent la société n'est achevé. Dans ce contexte, Abū Nuwās est le poète qui exprime avec le plus de relief les antagonismes pensés et vécus.

Il revendique le droit au plaisir contre l'angoisse existentielle que ne rassure pas le dogme. Il prend la liberté de l'insolence que ne tolère pas la loi. Il ridiculise le mode de vie bédouin et vise, ce faisant, l'ethnie arabe prise à la fois dans sa bédouinité originelle et dans sa prétention à la primauté culturelle et politique. Ainsi l'hédonisme d'Abū Nuwās ne désigne pas les seules pulsions d'un individu. Il témoigne d'une résistance à un dogmatisme qui entend régir la société.

Au demeurant, le poète n'hésite pas à prendre part à la lutte féroce que les Arabes d'origine yéménite menaient contre les Arabes du Nord dans un conflit d'origine tribale sensiblement aggravé depuis l'islam. Sa longue et célèbre satire des ‘Adnān, où il fait un éloge marqué des Qaḥṭān, lui valut d'être longuement emprisonné sur l'ordre du calife Hārūn ar-Rāšid. Dans ce genre si arabe de la diatribe mêlée de jactance, Abū Nuwās déploie sa verve, et ses flèches font mouche. On peut mesurer, à cette occasion, combien on se trompe en insistant exagérément sur l'iranisme du poète.

Car, situé au cœur de ces antagonismes, il ne se laisse réduire par aucune proposition simpliste. Arabe de langue et de culture, il est rebelle aux lois du clan, hostile à la domination de l'ethnie. Citadin jusqu'au bout des ongles dans le raffinement comme dans l'excès provocateur, il garde du bé [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  ABU NUWAS (entre 747 et 762-env. 815)  » est également traité dans :

ARABE (MONDE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH, 
  • Hachem FODA, 
  • André MIQUEL, 
  • Charles PELLAT, 
  • Hammadi SAMMOUD, 
  • Élisabeth VAUTHIER
  •  • 29 287 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La poésie en quête d'elle-même »  : […] Les mêmes textes qui codifient la poésie officielle laissent deviner l'existence d'une autre écriture qui serait le fait d'une génération ayant connu la notoriété au cours de la deuxième moitié du ii e / viii e  siècle. Emmenée par des hommes tels que Abū Nuwās, al-‘Abbās b. al-Aḥnaf, Abū l-‘Atāhiya..., elle aurait introduit un modernisme suspect à plus d'un titre. En premier lieu, parce que ses p […] Lire la suite

ÉROTISME

  • Écrit par 
  • Frédérique DEVAUX, 
  • René MILHAU, 
  • Jean-Jacques PAUVERT, 
  • Mario PRAZ, 
  • Jean SÉMOLUÉ
  •  • 19 795 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La généralisation des interdits »  : […] Qu'en est-il à ce moment de l'érotisme littéraire du monde oriental ? Civilisation plutôt récente, la culture japonaise ne prend son véritable essor qu'à partir du moment où les Chinois abordent l'archipel nippon, vers le vii e  siècle. Nourrie aussi de la culture coréenne, le Japon développe très vite des aspects bien personnels. À partir des environs de 1200 y apparaît, avec la fin du régime des […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jamel Eddine BENCHEIKH, « ABŪ NUWĀS (entre 747 et 762-env. 815) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/abu-nuwas/