ABŪ NUWĀS (entre 747 et 762-env. 815)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La mémoire culturelle arabe retient Abū Nuwās comme l'un de ses plus grands poètes, lui dont l'origine était persane par sa mère, dont la vie se passa à braver les règles de l'éthique dominante, et dont l'art enfin prit le contre-pied de l'académisme, bientôt et pour longtemps triomphant. Ces trois traits le situent au cœur des tensions qui désignent les sites principaux où se décida la culture arabo-islamique en cette fin du iie siècle de l'hégire.

De Bassora à la cour des califes

Abū Nuwās est né en Susiane, à Al-Ahwāz entre 130 et 145 de l'hégire (747-762) d'une mère iranienne et d'un père client d'une tribu sud-yéménite. Il vient très jeune à Bassora toute proche, puis à Koufa. C'est probablement dans cette ville qu'il se forme et reçoit les influences qui devaient marquer sa vie. Car il y fréquente un cercle de redoutables libertins, homosexuels pour la plupart d'entre eux. Il devient ainsi le protégé du poète Wāliba b. al-Ḥubāb et de H̲alaf al-Aḥmar. Il aurait suivi les cours des meilleurs philologues. Son œuvre atteste d'ailleurs de sa culture dans de nombreux domaines du savoir de l'époque. Bagdad commence à drainer tous les talents et il s'y rend. Il se lie à la famille vizirale des Barmakides qui connaît l'apogée de sa puissance et le drame de sa chute sous le calife Hārūn ar-Rāšid. Il séjourne quelque temps au Caire, puis revient à Bagdad pour y devenir l'un des commensaux attitrés du calife Al-Amīn. Il passe là des années flamboyantes qui le mènent des fastes du palais à la misère des prisons. On ne sait comment il meurt entre 198 et 200 (813-815), à l'aube de ce iiie siècle de l'hégire (ixe s.) qui s'ouvre avec l'assassinat du calife ami et l'avènement d'un temps où il n'avait plus de place. Et peu importe notre ignorance des circonstances de sa mort : le poète avait fait son œuvre.

[...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  ABU NUWAS (entre 747 et 762-env. 815)  » est également traité dans :

ARABE (MONDE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Jamel Eddine BENCHEIKH, 
  • Hachem FODA, 
  • André MIQUEL, 
  • Charles PELLAT, 
  • Hammadi SAMMOUD, 
  • Élisabeth VAUTHIER
  •  • 29 292 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La poésie en quête d'elle-même »  : […] Kufa et qui introduit dans la littérature un personnage de bohème sympathique et peu recommandable. La voie tracée allait être parcourue par les œuvres du calife al-Walīd b. Yazīd, d'Abū l-Hindī, de Muslim b. al-Walīd et enfin d'Abū Nuwās dont le génie rassemble et magnifie les traits d'une production bachique unique dans la littérature universelle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arabe-monde-litterature/#i_14875

ÉROTISME

  • Écrit par 
  • Frédérique DEVAUX, 
  • René MILHAU, 
  • Jean-Jacques PAUVERT, 
  • Mario PRAZ, 
  • Jean SÉMOLUÉ
  •  • 19 798 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « La généralisation des interdits »  : […] al-Rashid, fastueux calife de Bagdad, le prince des poètes sera Abū Nuwās (env. 762-815), tantôt bien en cour, tantôt emprisonné pour son impiété. Puis, après une période où règnera au Caire une extrême licence, tout à fait tolérée, la poésie arabe sombrera dans le conformisme. Alors que la prose connaîtra encore de voluptueux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/erotisme/#i_14875

Pour citer l’article

Jamel Eddine BENCHEIKH, « ABŪ NUWĀS (entre 747 et 762-env. 815) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/abu-nuwas/