MORIMOND ABBAYE DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Créée en 1115, à la jonction de la Champagne et de la Lorraine, cette quatrième fille de Cîteaux manifesta une extraordinaire fécondité en multipliant ses fondations — au nombre de deux cent treize — dans l'Europe entière. Son influence s'exerça surtout en France, dans la péninsule Ibérique et en Europe centrale. Il s'agissait d'un effort de colonisation, mais aussi de mission, qui se développa également parmi les populations encore païennes de la Baltique. En outre, se trouvaient dans la filiation de Morimond les ordres militaires de Calatrava et d'Alcántara en Espagne, du Christ et d'Avis au Portugal.

Après la Révolution, l'abbatiale fut rasée, mais son plan a été retrouvé par Henri-Paul Eydoux au cours de fouilles conduites en 1954 et 1955. À la suite d'une nef flanquée de collatéraux et d'un vaste transept sans chapelles venait un grand chœur rectangulaire. Il était ceinturé par un déambulatoire tournant en équerre, sur lequel ouvraient douze chapelles. Ce plan, d'une rigueur bien cistercienne, fut repris, avec quelques variantes, à Cîteaux, vers 1180. À Morimond, il datait, semble-t-il, des environs de 1155. À la même époque, on avait aussi prévu des voûtes d'ogives pour l'ensemble de l'édifice. On se trouvait donc en présence d'un des exemples les plus précoces de généralisation du voûtement gothique à l'ensemble d'une abbatiale cistercienne.

De grands embellissements avaient eu lieu dans le monastère aux xviie et xviiie siècles. Il n'en reste que de rares témoins. Par chance, cependant, les œuvres maîtresses du mobilier de l'abbatiale furent sauvées et transportées dans la cathédrale de Langres.

—  Marcel DURLIAT

Écrit par :

  • : professeur émérite d'histoire de l'art à l'université de Toulouse-Le-Mirail

Classification


Autres références

«  MORIMOND ABBAYE DE  » est également traité dans :

CISTERCIENS

  • Écrit par 
  • Marie-Madeleine DAVY, 
  • Placide DESEILLE, 
  • Anselme DIMIER
  •  • 8 635 mots
  •  • 4 médias

prospérité, qui lui permit de fonder coup sur coup quatre abbayes : La Ferté (1113), Pontigny (1114), Clairvaux, dont saint Bernard était l'abbé, et Morimond (1115). Ces quatre abbayes ne tardèrent pas à essaimer à leur tour, couvrant l'Europe de leurs filiales, du Portugal à la Pologne, de la Norvège à la Sicile […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cisterciens/#i_8854

Pour citer l’article

Marcel DURLIAT, « MORIMOND ABBAYE DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/abbaye-de-morimond/