LIU XIE [LIEOU HIE] (465 env.-522)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Liu Xie affirme dans le chapitre intitulé « Une critique compréhensive » que les ouvrages littéraires qui obtiennent le plus de suffrages sont aussi les plus beaux. On peut appliquer ce jugement à l'œuvre même de Liu Xie : les plus exigeants et les plus fins parmi les auteurs qui l'ont suivi font de lui l'arbitre du goût pendant la période des Six Dynasties. Quant au Si ku quan shu, le répertoire bibliographique qui fait autorité pour les ouvrages chinois anciens, il parle du Wen xin diao long comme du livre qui contient l'essence même du principe de la littérature et de la rhétorique.

Il y a quelques décennies, un spécialiste chinois reprit à son compte ce jugement en considérant le Wen xin comme le meilleur traité de critique littéraire de toute l'histoire de Chine.

Une vie simple

Liu Xie fait partie de la lignée des critiques littéraires chinois, très florissants à l'époque qui se situe entre la fin de la dynastie Han (220 apr. J.-C.) et l'avènement de la dynastie Tang (618). On sait peu de choses sur sa vie, relatée dans le Nan shi et l'Histoire des Liang. La date de sa mort (522) est plus certaine que celle de sa naissance (465 env.) ; il naquit dans une famille lettrée à Dongguan, l'actuel Lüxian, dans le Shandong. Liu Xie perdit son père alors qu'il n'était qu'enfant, puis sa mère quelques années plus tard. Il ne se maria jamais tant à cause de sa pauvreté que de son attirance pour le bouddhisme et la vie monastique. Avant d'avoir pu acquérir un poste à la Bibliothèque impériale, il occupa longtemps une place des plus modestes comme bibliothécaire dans un grand temple de la capitale. Il était lié d'amitié avec Xiao Tong, le fils de l'empereur Wu des Liang, auteur de la célèbre anthologie littéraire intitulée Wenxuan. À la fin de sa vie, il se retira à nouveau dans un monastère et cette fois se fit moine.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : maître assistant honoraire de l'Institut national des langues et civilisations orientales

Classification

Autres références

«  LIU XIE [ LIEOU HIE ] (465 env.-522)  » est également traité dans :

CHINOISE (CIVILISATION) - La littérature

  • Écrit par 
  • Paul DEMIÉVILLE, 
  • Jean-Pierre DIÉNY, 
  • Yves HERVOUET, 
  • François JULLIEN, 
  • Angel PINO, 
  • Isabelle RABUT
  •  • 45 738 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Perspectives historiques »  : […] La notion de littérature ne se dégage que progressivement au sein de la culture de la Chine ancienne et, à l'origine, la tradition chinoise du commentaire intègre le fait littéraire à des considérations plus générales, d'ordre moral et politique : quand Confucius recommande la lecture du Classique de la poésie , le Shi , c'est pour utiliser ce texte comme référence fondatrice de son propre discou […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Odile KALTENMARK, « LIU XIE [LIEOU HIE] (465 env.-522) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/liu-xie-lieou-hie/