BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

GAULOISE LANGUE

Au moment de la conquête romaine, la langue celtique qui était parlée en Gaule cisalpine et transalpine est le gaulois. C'est l'un des témoins connus du « celtique continental », avec le celtibère et le lépontique.

Tandis que les différents rameaux du celtique insulaire sont attestés plus tardivement et par des documents abondants (certains rameaux sont encore vivants), les documents du celtique continental remontent à l'Antiquité et sont de nature très fragmentaire. Il s'agit principalement de quelques inscriptions (une centaine pour le gaulois) ; les inscriptions latines de Gaule, infiniment plus nombreuses, fournissent beaucoup de noms propres gaulois (toponymes, anthroponymes, théonymes) ; les auteurs gréco-latins et certains glossaires anonymes nous ont transmis plusieurs mots gaulois ; beaucoup moins sûrs sont les toponymes reconstitués à partir de formes médiévales, ou les mots gaulois supposés par la reconstruction étymologique à partir de mots français modernes.

Les inscriptions proprement gauloises sont écrites d'abord en alphabet grec (emprunté aux colons grecs de Marseille), puis en alphabet latin. On peut les dater approximativement entre le iiie siècle avant J.-C. et le iiie siècle après J.-C. Ce sont des documents généralement brefs, et stéréotypés : on retrouve la même formule dans toutes les dédicaces à un dieu, dans toutes les signatures de potiers ; les inscriptions funéraires se contentent en général de dénommer le défunt (avec le nom individuel et le patronyme). Aussi notre connaissance du gaulois est-elle très limitée, notamment en ce qui concerne sa morphologie et sa syntaxe. On doit s'aider à la fois de la comparaison avec les autres langues celtiques et de la comparaison avec les autres dialectes indo-européens pour interpréter les désinences ou les thèmes lexicaux.

Certains documents importants sont encore mal élucidés, car il nous manque de connaître à fond la culture gauloise pour pouvoir les interpréter de façon satisfaisante. Le plus lo [...]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  1 page…

 

Pour citer cet article

Pierre-Yves LAMBERT, « GAULOISE LANGUE  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/langue-gauloise/

Classification thématique de cet article :

  

Offre essai 7 jours

« GAULOISE LANGUE » est également traité dans :

BORVO

Écrit par :  Christian-Joseph GUYONVARC'H

Dans la mythologie celtique, Borvo, Bormo ou encore Bormanus est connu en tant que surnom d'Apollon par une dizaine d'inscriptions gallo-romaines et des toponymes divers : Borvo-ialum, La Bourboule (Puy-de-Dôme) ; Borvo-cetum, Burtscheid (près d'Aix-la-Chapelle) ; Bormenacum, Wormerich (… Lire la suite
CELTES

Écrit par :  Christian-Joseph GUYONVARC'HPierre-Yves LAMBERTStéphane VERGER

Dans le chapitre "Celtique ancien ou celtique continental"  : …  longs, comme le Bronze celtibère de Botorrita (trouvé en 1971), la Tablette gauloise de Chamalières ou celle de L'Hospitalet du Larzac. L'interprétation de ces documents repose largement sur des hypothèses comparatives, appuyées soit sur les autres dialectes indo-européens, soit sur les langues celtiques insulaires qui, elles, sont beaucoup mieux… Lire la suite
DRUIDES

Écrit par :  Christian-Joseph GUYONVARC'H

Dans le chapitre "Conception celtique du temps"  : …  il a donné son nom à l'écriture irlandaise traditionnelle, les ogam). Le gaulois, langue sacrée et savante, a disparu avec toute sa littérature parce qu'il n'a jamais été une langue écrite et, sans la christianisation qui a propagé l'étude des Écritures, l'irlandais aurait subi le même sort ou au moins n'aurait presque rien laissé de sa… Lire la suite
FRANCE (Arts et culture) - La langue française

Écrit par :  Gérald ANTOINEJean-Claude CHEVALIERLoïc DEPECKERFrançoise HELGORSKY

Dans le chapitre "Du latin au français"  : …  parlée dans la partie occidentale de l'Empire romain. De l'ancienne langue celtique gauloise, qui n'était pas écrite, il n'est resté que quelques mots. Les invasions germaniques en Gaule entraînent, avec le morcellement et la faiblesse du pouvoir politique, la ruine des lettres et des études latines et une accélération de l… Lire la suite
GALLO-ROMAINE RELIGION

Écrit par :  Christian-Joseph GUYONVARC'H

Les documents directs que nous ont laissés les Celtes (et donc les Gaulois) antérieurement à la conquête romaine sont archéologiques et relèvent de la protohistoire. Ils excluent également les témoignages littéraires et la sculpture monumentale. La civilisation matérielle des Celtes a été à l'origine… Lire la suite
LUG(US), irl. LUG

Écrit par :  Christian-Joseph GUYONVARC'H

Désignant l'équivalent de Mercure dans le schéma religieux de César, le théonyme gaulois Lug(us) est attesté : par le toponyme latinisé Lugu-dunum (« forteresse de Lugus »), dont on connaît une quinzaine d'exemplaires — les principaux sont Lyon (Rhône), Laon (Aisne), Laudun (Gard), Loudun (Vienne), Loudon (Sarthe), Leiden (Pays-… Lire la suite
VINDONNUS

Écrit par :  Christian-Joseph GUYONVARC'H

Surnom d'Apollon dans la religion celtique, l'appellation Vindonnus est attestée localement par trois inscriptions gallo-romaines à Essarois (Côte-d'Or). C'est un dérivé suffixé de *vindo- (« blanc »), largement représenté dans l'onomastique gauloise et dans toutes les langues celtiques (irlandais,… Lire la suite

Afficher la liste complète (7 références)

  

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2017, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.