BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

GAZ RARES ou GAZ NOBLES

L'hélium, le néon, l'argon, le krypton, le xénon et le radon forment la famille des gaz rares, groupe zéro de la classification périodique des éléments chimiques. Tous monoatomiques, ces gaz sont caractérisés par leur très grande inertie chimique, d'où les qualificatifs de nobles ou d'inertes qui leur sont quelquefois donnés. Cette remarquable inertie s'explique par l'existence d'une couche électronique extérieure saturée, à deux électrons pour l'hélium, à huit pour les autres, configuration similaire à celle de nombreux ions stables (théorie de l'octet).

Les gaz rares ont une affinité électronique presque nulle et des potentiels d'ionisation extrêmement élevés. En conséquence, dans des conditions normales, ils ne gagnent ni ne perdent d'électrons et ne forment pas de liaisons : les seules forces qui lient les atomes entre eux sont des forces de Van der Waals. Ces gaz sont caractérisés par des points de fusion et d'ébullition très bas, ce qui, dans le cas de l'hélium, permet d'atteindre des températures très voisines du zéro absolu. L'hélium présente la particularité de n'exister à l'état solide que sous pression et de présenter à l'état liquide deux phases, dont une, l'hélium II, a des propriétés de superfluidité qui n'appartiennent à aucune autre substance. 

Produit de la désintégration du radium, le radon est lui-même radioactif : il se dégrade en polonium avec une période inférieure à quatre jours. Les autres gaz rares sont stables. Leurs principales utilisations (essentiellement celles de l'argon et de l'hélium) sont la création d'atmosphère neutre pour la soudure à l'arc> de l'aluminium, du magnésium, des aciers inoxydables, du titane, et pour l'élaboration de certains métaux.

1.   L'hélium

En 1868, Jules Janssen et Joseph Norman Lockyer observèrent indépendamment une raie jaune nouvelle dans le spectre solaire. Georges Rayet eut l'idée que cette raie pouvait être émise par un élément inconnu, mais ce furent Edward Frankland et J. N. Lockyer qui en firent la preuve, et ils appelèrent cet élément hélium (du grec hêlios, « soleil »).

C'est seulement en 1895 que  […]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  6 pages…

 

Pour citer cet article

Paul ALLAMAGNY, Albert LACAZE, Nathalie LEMAITRE, Universalis, « GAZ RARES ou GAZ NOBLES  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gaz-rares/

Classification thématique de cet article :

 

Offre essai 7 jours

« GAZ RARES ou GAZ NOBLES » est également traité dans :

AIR

Écrit par :  Jean PERROTEY

Dans le chapitre "Composition de l'air"  : …  sur de l'air suroxygéné, les oxydes d'azote formés étant absorbés par de l'eau savonneuse. *Cavendish constate, après élimination de l'oxygène en excès, la présence d'un résidu non absorbable, ce qui constitue la première mise en évidence de l'argon et des gaz rares de l'air. Jusqu'à la fin du xixe siècle, on distingue… Lire la suite
BARTLETT NEIL (1932-2008)

Écrit par :  Pierre LASZLO

… ionisation (énergie nécessaire à l'arrachement d'un électron) comparable à celui de l'oxygène. Cette* idée paraissait folle. En effet, une théorie bien établie tenait les atomes allant de l'hélium au xénon et au radon (colonne dite des gaz rares du tableau périodique) comme chimiquement inertes. Elle s'appuyait sur la présence de huit électrons à la… Lire la suite
CLAUDE GEORGES (1870-1960)

Écrit par :  Bernard BACH

… *Inventeur industriel et praticien remarquable par l'étendue et la diversité de ses travaux. Chimiste de formation (ancien élève de l'École de physique et chimie), Georges Claude commence sa carrière de technicien par ses travaux sur la dissolution de l'acétylène dans l'acétone (cette découverte a conduit à l'utilisation industrielle de ce gaz).… Lire la suite
ÉLÉMENTS CHIMIQUES

Écrit par :  René BIMBOTJacques GUILLERME

Dans le chapitre "Complications dues aux sous-couches"  : …  pour lesquelles apparaît une absence de réactivité chimique. Les éléments correspondants sont les *gaz rares (Ne, Ar, Kr, Xe, Rn), dont la neutralité chimique est bien connue. Il s'y adjoint l'hélium (He), qui, avec 2 électrons, a la première couche K saturée. Les électrons « mobilisables » sont ceux qui sont situés au-delà de la dernière… Lire la suite
GEISSLER HEINRICH (1815-1879)

Écrit par :  Georges KAYAS

… *Mécanicien et physicien allemand, né à Igelshied (Thuringe) et mort à Bonn. Fils d'un souffleur de verre, Heinrich Geissler apprit lui-même ce métier dans le duché de Saxe-Werningen et l'exerça dans plusieurs universités allemandes, parmi lesquelles l'université de Munich. Entré en tant que mécanicien à l'université de Bonn (1852), il y établit un… Lire la suite
KOSSEL WALTHER (1888-1956)

Écrit par :  Alain LE DOUARON

… *Physicien allemand, né à Berlin et mort à Kassel. Walther Kossel fut professeur à l'université de Kiel (1921), puis à Dantzig et enfin à Tübingen (1947) ; en 1916, il interprète la formule de Moseley relative à la spectroscopie des rayons X, de la même manière que N. Bohr l'avait fait pour la formule de Balmer (spectre de l'hydrogène). En 1928, il… Lire la suite
PRESSIONS PHYSIQUE & CHIMIE DES HAUTES

Écrit par :  Bernard LE NEINDREBoris OKSENGORNJacques ROMANDBoris VODAR

Dans le chapitre "Transitions électroniques"  : …  à 20,5 GPa en un métal monoatomique, avec une très faible variation de volume. Dans le cas des *gaz rares, solides sous pression, les analyses théoriques ont montré que pour le xénon on devait obtenir l'état métallique au-delà de 100 GPa. Expérimentalement, cette valeur de la pression de transition a été confirmée par l'étude du déplacement du… Lire la suite
RAMSAY WILLIAM (1852-1916)

Écrit par :  Georges BRAM

… *Chimiste britannique né à Glasgow en Écosse et mort à High Wycombe (Angleterre). Ramsay commence des études universitaires de lettres, mais s'oriente vite vers la chimie. En 1870 il se rend en Allemagne auprès de chimistes réputés, Robert W. Bunsen (1811-1899) à Heidelberg et Rudolf Fittig (1835-1910) à Tübingen, où il obtient son doctorat en 1873… Lire la suite
TABLEAU PÉRIODIQUE DES ÉLÉMENTS

Écrit par :  Séverine BLÉNEAU-SERDEL

Dans le chapitre "Un tableau désormais complet… jusqu’à preuve du contraire"  : …  par Mendeleïev (notamment l’ajout des lignes des actinides et des lanthanides et de la colonne des *gaz rares), est donc complet… jusqu’à preuve du contraire. En effet, depuis les années 1960, les scientifiques spéculent sur l’existence d’une huitième ligne et même au-delà, jusqu’à l’élément 160. Ils espèrent atteindre un « îlot de stabilité »… Lire la suite

Afficher la liste complète (9 références)

 

Voir aussi

 

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
© 2016, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.