BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

Chiffres du MondeAltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

ESQUIMAUX ou ESKIMO

Le terme « eskimo » (ou, selon l'orthographe française : esquimau, esquimaude, esquimaux), par référence à une culture et une famille linguistique particulières, désigne un ensemble de populations de l'Arctique qui, depuis la Sibérie orientale, se sont disséminées progressivement, par migrations successives, à travers le détroit de Béring, le long des côtes sud-ouest de l'Alaska et vers le grand nord de l'Alaska, du Canada, jusqu'au Groenland. L’habitat de ces populations, situé entre 210 de longitude ouest et 1720 de longitude est, et entre 560 et 730 de latitude nord, couvre un immense territoire totalisant environ 15 000 kilomètres de côtes. Cet immense territoire subit aujourd’hui un changement climatique accéléré (fonte des glaciers, recul de la banquise, réchauffement des sols, tempêtes...) qui bouleverse les conditions de vie et sème le désarroi. Les quelque cent quarante mille Eskimos recensés au début du xxie siècle sont rattachés politiquement à quatre États : la Russie, pour les Eskimo sibériens ; les États-Unis d’Amérique, pour ceux d’Alaska ; le Canada, pour ceux de l’Arctique central et du Labrador ; le Danemark, enfin, pour les Groenlandais.

Depuis les années 1970, certains groupes rejettent l'appellation eskimo, qu'ils estiment péjorative. Au Canada, ils préfèrent se désigner eux-mêmes par le terme inuit (singulier inuk) et au Groenland par le terme kalaallit (singulier kalaaleq). En Alaska, l'appellation « eskimo » est toujours utilisée, avec la distinction géographique et culturelle inupiat (pour les communautés du Nord) et yuit ou yupiit (pour celles de l'Ouest et du Sud-Ouest). Les Eskimo sibériens adoptent aussi, de nos jours, le terme yuit ou yupiget pour se désigner.

1.  Famille linguistique

Il fut longtemps admis que le terme « esquimau », connu depuis le début du xviie siècle par les Français établis en Nouvelle-France, aurait été attribué à ces populations du grand nord canadien (qui elles-mêmes se désignaient simplement du nom d'Inuit, c'est-à-dire les « êtres humains ») par leurs voisins, leurs ennemis héréditai […]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  8 pages…

Classification thématique de cet article :

 

Offre essai 7 jours

« ESQUIMAUX ou ESKIMO » est également traité dans :

ALASKA

Écrit par :  Claire ALIXYvon CSONKA

Dans le chapitre "Histoire"  : …  rhinocéros laineux, le cheval, le renne et autres gros gibiers dont on a retrouvé les squelettes. *Les ancêtres des Eskimos et des Aléoutes sont arrivés, eux, vers le milieu de l'Holocène, et leurs cultures particulières, fondées sur la chasse aux mammifères marins, se sont développées sur place. Après l'an mille, les Eskimos/Inuit, par vagues… Lire la suite
ARCTIQUE (géopolitique)

Écrit par :  François CARRÉ

Dans le chapitre "Les pays de l'Arctique et l'éveil des peuples autochtones"  : …  moins de 500 000 individus, répartis entre plusieurs dizaines de peuples, parmi lesquels les *Inuits, appelés autrefois Esquimaux ou Eskimos, en Amérique du Nord et au Groenland, sont les plus nombreux (150 000). Mais il y a aussi les Sâmes (dénommés autrefois Lapons) en Scandinavie et jusqu'en Russie (60 000) et les divers « petits peuples… Lire la suite
CANADA - Réalités socio-économiques

Écrit par :  Ludger BEAUREGARDAlain PAQUETHenri ROUGIER

Dans le chapitre "La mosaïque ethno-linguistique canadienne"  : …  mesures politiques et juridiques qui ont incité les Métis à faire valoir leur identité. Les Inuit (*Esquimaux),parlant l'inuktitut, vivent en petits groupes dans le delta du Mackenzie, les îles de l'Arctique et sur le littoral des Territoires du Nord-Ouest et au Nunavut. On en rencontre également sur les rivages québécois des baies d'Hudson et d'… Lire la suite
FLAHERTY ROBERT (1884-1951)

Écrit par :  Guy GAUTHIER

Dans le chapitre "Une relation personnelle au monde"  : …  qui souhaitait concurrencer la Hudson's Bay Company dans le commerce des fourrures. Un film sur les *esquimaux pouvait devenir un moyen de publicité : ainsi naquit Nanook of the North. « Cette fois, il emportait des appareils pour développer, tirer et projeter ses films, en sorte qu'il pouvait voir ce qu'il prenait au fur et à mesure,… Lire la suite
GESSAIN ROBERT (1907-1986)

Écrit par :  Joëlle ROBERT-LAMBLIN

…  mammifères marins – alors à peine connus du monde extérieur et vivant encore essentiellement comme *leurs ancêtres eskimos au cours des millénaires précédents –, Robert Gessain rapportera de ce premier séjour une moisson d'observations anthropologiques, ethnologiques, linguistiques, complétée par de remarquables photographies, qui feront l'objet de… Lire la suite
GROENLAND

Écrit par :  Jean Maurice BIZIÈREJean CORBEL Universalis

Dans le chapitre "Une terre d'immigration"  : …  ans av. J.-C.), Independence II et Sarqaq (1 000 ans av. J.-C.), Dorset (début de notre ère) ou des *Esquimaux qui arrivèrent à partir du xe siècle ; les autres, en l'occurrence quelques colons islandais guidés par Éric le Rouge, vinrent de l'est vers 982. Deux établissements furent créés : le plus ancien et le plus important,… Lire la suite
IVOIRE

Écrit par :  Eugen von PHILIPPOVICH

Dans le chapitre "L'ivoirerie dans le monde"  : …  *Les Esquimaux du Groenland ont sculpté un grand nombre d'objets en ivoire. La matière provient en premier lieu des régions polaires ; ce sont donc des dents de cachalot, de narval, de morse, et aussi des bois de renne, de l'os et de l'ivoire d'importation. La sculpture esquimaude est exclusivement de la petite sculpture et comporte beaucoup de… Lire la suite
MUSICALES (TRADITIONS) - Musiques des Amériques

Écrit par :  Gérard BEHAGUE

Dans le chapitre "Les aires culturelles"  : …  courtes, et une organisation rythmique plus variée que celle des autres musiques indiennes. *Les musiques eskimos. Les régions polaires arctiques de l'Amérique du Nord constituent l'aire culturelle des Eskimos. Bien qu'ils soient culturellement et racialement différents des Indiens américains, les Eskimos d'Alaska, ceux de langue… Lire la suite
NANOUK L'ESQUIMAU (R. Flaherty)

Écrit par :  Joël MAGNY

  *Lorsque Robert Flaherty (1884-1951) obtient un financement des fourrures Révillon pour tourner Nanouk l'Esquimau (Nanook of the North), il explorait déjà depuis dix ans la baie d'Hudson et découvrait ses habitants. Il passe ensuite deux ans avec une famille d'Esquimaux, celle de Nanouk. Ce qui fait l'… Lire la suite
NUNAVUT

Écrit par :  Universalis

… la partie occidentale, pour une population totale de 29 474 habitants (2006) dont 85  p. 100 d'Inuit* (Esquimaux). Sur cette immense étendue se trouvent vingt-sept communautés très distantes les unes des autres et peu nombreuses (moins de 1 000 habitants pour la plupart). Les villes se trouvent principalement en bordure côtière ; la capitale, siège… Lire la suite
POLYGAMIE

Écrit par :  Roger BASTIDE

Dans le chapitre "Le résultat d'une existence précaire"  : …  s'approprier deux femmes, car il est capable, par son habileté, de les faire vivre. Ainsi, chez les* Esquimaux du Groenland, où il y a cent quatorze femmes pour cent hommes (la vie du chasseur arctique est si dure que sa mortalité est très élevée) et où, par conséquent, la polygynie de quelques-uns serait théoriquement possible, seul un excellent… Lire la suite
PRÉCOLOMBIENS - Amérique du Nord et Arctique

Écrit par :  Patrick PLUMET

Dans le chapitre "La préhistoire de l'Arctique et la formation de l'Esquimau"  : …  *L'Arctique esquimau s'étend de la Tchoukotka, la péninsule extrême-orientale de l'Eurasie, au Groenland. Dans la partie centrale et orientale de cet immense territoire dominé par la toundra ou le désert arctique, les populations désignées habituellement sous le nom d'Esquimaux furent les premiers et les seuls occupants jusqu'à l'arrivée des… Lire la suite
RASMUSSEN KNUD (1879-1933)

Écrit par :  Universalis

… langue de sa mère, il hiverne entre 1902 et 1904 avec les tribus les plus septentrionales du monde, *les Esquimaux vivant près du cercle polaire, dans le nord-ouest du Groenland. Il étudie la possibilité d'introduire l'élevage de rennes dans l'ouest du Groenland en 1905 et passe les deux années suivantes parmi les Esquimaux vivant près du pôle Nord… Lire la suite
TECHNOLOGIE CULTURELLE

Écrit par :  Robert CRESSWELL

Dans le chapitre "L'habitation"  : …  le milieu naturel est contraignant, plus la maison et les éléments de la maison sont fonctionnels.* Ainsi, dans l'igloo esquimau, non seulement les principes de construction sont très fonctionnels, techniquement très évolués, mais aussi la recherche d'efficacité est poussée à l'extrême. La lampe esquimaude est placée là où elle sera le plus… Lire la suite
THULÉEN

Écrit par :  Patrick PLUMET

…  Mathiassen à la suite de la Ve expédition de Thulé (1921-1924) au cours de laquelle *il cherchait l'origine des Esquimaux. Le site éponyme est le poste de traite de Thulé (nommé en souvenir de la mythique Thulé des anciens Grecs, de l'Ultima Thule de Virgile, mais qui reste Umanak pour les Inuit), dans le nord-ouest du… Lire la suite
VICTOR PAUL-ÉMILE (1907-1995)

Écrit par :  Thierry FOURNIER

Dans le chapitre "Une passion : l'ethnologie"  : …  1934 est déterminante : il partira au Groenland, pour y étudier les Ammassalimiut, une population *eskimo (on ne disait pas encore inuit) isolée sur la côte est et alors encore relativement méconnue. Le Pourquoi-pas ? du commandant Charcot dépose à Ammassalik, en août 1934, pour une durée d'un an, les « quatre du Groenland » : Paul-Émile… Lire la suite

Afficher la liste complète (16 références)

 

Voir aussi

 

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
Consulter les articles d'Encyclopædia Britannica.
© 2014, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.

chargement du média