BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

ÉPURATION (1944-1945)

En France, répression des actes de collaboration avec l'ennemi, en particulier à partir de l'été 1944. Dès le début de 1943, la mise à l'index de tous ceux qui avaient occupé de hautes fonctions dans le gouvernement de Vichy était décidée par les résistants et les gaullistes. En novembre 1943, l'Assemblée consultative d'Alger se prononce pour la condamnation sans appel de Vichy et des vichystes (« Vichy, c'est l'anti-France »). La Tunisie puis la Corse sont libérées. Pour les civils, comme pour les militaires, les législateurs d'Alger mettent au point les critères qui seront ceux de l'épuration en France. En juillet 1943, deux ordonnances proclament la légitimité des actes accomplis pour la cause de la libération de la France, puis deux autres instaurent les premières mesures de dissolution d'organismes représentant le gouvernement de Vichy. En août 1943, le cas de Pucheu est à l'ordre du jour ; le procès revêtira une importance capitale. De Gaulle dit dans ses Mémoires : « La raison d'État exige un rapide exemple. » Pucheu, secrétaire d'État à l'Intérieur de Vichy, sera jugé et fusillé à Alger en mars 1944. L'Assemblée consultative met en place les dispositions essentielles de l'épuration administrative, politique, et des mesures visant la collaboration économique ; enfin on introduit dans le dispositif juridique la notion d'inéligibilité. À la fin de 1943, les préliminaires à l'épuration l'annoncent impitoyable et totale. Et d'abord, que représentait le gouvernement de Vichy ? Il fallait une rupture universelle avec ceux qui s'étaient placés sous l'autorité de Pétain. Le 1er mars 1942, le général de Gaulle n'avait-il pas déclaré : « La libération nationale est inséparable de l'insurrection nationale » ? Cette épuration ne sera pas monolithique ; pour certains, ce sera une volonté de justice ; pour d'autres, une fureur vindicative de punir ; pour d'autres enfin, une volonté révolutionnaire. Ces conceptions se juxtaposent pendant les premiers mois de la libération d […]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  2 pages…

Pour citer cet article

Armel MARIN, « ÉPURATION (1944-1945)  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/epuration/

Classification thématique de cet article :

 

Offre essai 7 jours

« ÉPURATION (1944-1945) » est également traité dans :

ART SOUS L'OCCUPATION

Écrit par :  Laurence BERTRAND DORLÉAC

Dans le chapitre "La résistance"  : …  de Fougeron, qui réunissait les gravures de Pignon, Taslitzky, Goerg, Desnoyer, Montagnac et Walch. *C'est à ce titre que le Parti communiste eut en charge des opérations d'épuration du milieu artistique à la Libération, dirigées essentiellement contre les artistes qui avaient fait le voyage en Allemagne en 1941 et ceux du comité d'honneur de l'… Lire la suite
COMITÉ FRANÇAIS DE LIBÉRATION NATIONALE (C.F.L.N.)

Écrit par :  Armel MARIN

… *La première séance du Comité français de Libération nationale (C.F.L.N.), créé le 3 juin 1943, eut lieu le 4 juin à Alger, sous la coprésidence du général de Gaulle, représentant les Français de Londres, et du général Giraud, représentant ceux d'Alger. Il comportait cinq membres : général Catroux, général Georges, Massigli, Monnet, Philip. Le 7, il… Lire la suite
GUINGOUIN GEORGES (1913-2005)

Écrit par :  Charles-Louis FOULON

…  Tillon ; exclu du Parti communiste (P.C.) pour « titisme, aventurisme et trotsko-hitlérisme », *Georges Guingouin est alors attaqué pour sa participation à l'épuration. Accusé d'avoir fait du Limousin une « terre d'épouvante », il est incarcéré en décembre 1953, à propos d'une double affaire d'exécutions sommaires. Victime de sévices en prison… Lire la suite
INTELLECTUEL

Écrit par :  Jean Marie GOULEMOT

Dans le chapitre "La guerre et l'Occupation"  : …  le champ intellectuel se remodela. Pour la nouvelle génération, l'engagement devient un devoir. *Le Comité national des écrivains établit la liste des écrivains coupables de collaboration, qui compta 165 noms. Parallèlement à des interdictions morales de publier, des poursuites judiciaires furent engagées contre ceux qui avaient servi l'occupant… Lire la suite
LIBÉRATION, France (1944-1946)

Écrit par :  Jean-Marie GUILLON

Dans le chapitre "Épuration"  : …  La stigmatisation de *l'épuration sert généralement de prétexte pour tenter de disqualifier la Résistance. Éruptive, massive, elle a été diverse dans ses formes, inégale selon les lieux, les milieux et les moments. Les trois quarts des quelque 9 000 à 10 000 exécutions sommaires se produisent avant ou pendant les combats de la Libération. Les… Lire la suite
POLICE SOUS VICHY

Écrit par :  Jean-Marc BERLIÈRE

Dans le chapitre "Les bases de l'organisation policière contemporaine"  : …  les 19 août et rappelé par la fourragère rouge des gardiens de la paix, ne suffira pas à éviter une *épuration longue, profonde et d'autant plus violente qu'elle fut menée en grande partie par les collègues. Les conséquences de l'insurrection de la police parisienne et de l'épisode traumatique de l'épuration allaient s'avérer très lourdes en termes… Lire la suite
TEITGEN PIERRE-HENRI (1908-1997)

Écrit par :  Charles-Louis FOULON

…  ce compagnon de la Libération avait été un élément essentiel des gouvernements provisoires. *Garde des Sceaux de juin 1945 à décembre 1946, il dirigea l'action publique des procureurs des cours de justice et eut à définir, pour les procès de presse et grâce à l'ordonnance du 5 mai 1945, la responsabilité morale des sociétés éditrices de… Lire la suite

Afficher la liste complète (7 références)

 

Voir aussi

 

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
Consulter les articles d'Encyclopædia Britannica.
© 2014, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.

chargement du média