BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

AKBAR (1542-1605)

En 1556, à la mort de son père, Humāyūn, Akbar prend le pouvoir. Il n'a que treize ans et, sous la tutelle de son précepteur, Bairam khān, il se lance à la reconquête de l'Empire indien. La victoire de Pānīpat, en cette même année 1556, le libère de la menace de l'usurpateur Hémou. La mort de Bairam khān, en 1561, lui permet d'exercer seul le pouvoir. À partir de 1561, il se livre à une politique de conquête et d'annexion qui aboutit, dès 1576, à étendre son autorité d'une mer à l'autre sur toute l'Inde du Nord. À la fin de sa vie, il avait rétabli le plus grand empire que l'Inde eût connu depuis Açoka. Mais, pour le protéger, il se trouva contraint à des guerres incessantes.

Il réalisa l'organisation intérieure de l'empire, effectua des réformes sociales pour la protection des paysans, favorisa les arts et les lettres, édifia des monuments, bâtit des villes, s'intéressa aux religions et à la philosophie. Son idéal était de faire oublier ses origines musulmanes et de représenter aux yeux de ses sujets un empereur véritablement indien.

1.  La reconquête de l'Empire indien

Petit-fils de Bābur, descendant à la fois de Timūr (Tamerlan) et de Chingiz khān (Gengis khān) qui, à la tête de ses cavaliers, avait quitté les steppes du Turkestan pour s'emparer de Kābul, puis de Lahore et de Delhi dans le dessein de fonder en Inde un empire mongol, Akbar naquit en exil. Son père, Humāyūn, trahi par les intrigues de ses frères, s'était vu déposséder du pouvoir par un chef afghan, Sher shāh. Mais il avait su discerner le moment où les désaccords de ses successeurs permettraient son retour. En 1555, profitant de la mort accidentelle de Sher shāh, il se présenta devant Delhi, accompagné de son fils Akbar, mais il devait mourir l'année suivante, de façon accidentelle lui aussi, laissant à Akbar le soin d'entreprendre la reconquête de l'Empire mongol.

Lors de son avènement en 1556, la situation d'Akbar semble désespérée. Menacé à la fois par les partisans du dernier usurpateur, Sikandar Sour, et par […]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  2 pages…

Pour citer cet article

Marie-Simone RENOU, « AKBAR (1542-1605)  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/akbar/

Classification thématique de cet article :

 

Offre essai 7 jours

« AKBAR (1542-1605) » est également traité dans :

'ABD-ŪS-SAMAD (XIVe s.)

Écrit par :  Universalis

… Inde, d'abord à Kaboul puis à Delhi. ‘Abd-ūs-Samad enseigne le dessin à Humāyūn et à son jeune fils,* le futur empereur Akbar. Nommé directeur de l'atelier impérial fondé par Akbar, il compte parmi ses élèves les hindous Dāsvanth et Basāwan, qui deviendront deux des plus célèbres peintres de l’école moghole. ‘Abd-ūs-Samad est comblé d'honneurs par… Lire la suite
ĀGRĀ

Écrit par :  François DURAND-DASTÈS

… *Ville de l'Union indienne (État d'Uttar Pradesh), située dans l'ouest de la plaine du Gange, densément peuplée et constituant avec le seuil qui la sépare de la vallée de l'Indus une vieille région historique où se sont très souvent centrées les grandes constructions politiques de l'Inde, Āgrā est une fondation des empereurs moghols. Au xviLire la suite
ART COLONIAL

Écrit par :  Véronique GERARD-POWELLAlexis SORNIN

Dans le chapitre "Peinture"  : …  *Une première délégation jésuite venue de Goa en 1580 offre à l'empereur moghol Akbar (règne : 1556-1605) les huit volumes abondamment illustrés de la Bible royale polyglotte de Chistophe Plantin, imprimée à Anvers en 1568-1572. Le pouvoir des images, officiellement reconnu par le concile de Trente en 1563, devient un instrument de… Lire la suite
EMPIRE MOGHOL

Écrit par :  Olivier COMPAGNON

  *En 1517, la mort du sultan de Delhi bouleverse les rapports de force au sein de la noblesse de la région et fragilise la dynastie des Lodi. Le prince moghol Babur (Bāber), descendant de Tamerlan et déjà maître de l'Afghanistan, profite de ce contexte favorable pour vaincre les Lodi, en avril 1526, à la bataille de Panipat… Lire la suite
EMPIRE MOGHOL - (repères chronologiques)

Écrit par :  Olivier COMPAGNON

…  du sultan de Delhi à la bataille de Panipat, point de départ de la domination moghole en Inde. * À la mort de Babur, son fils Humayun lui succède. Battu par l'Afghan Sher Shah à Kanauj en 1540, il doit fuir en Iran mais reprend le pouvoir en 1555. Il meurt l'année suivante et laisse le pouvoir à son fils Akbar. Akbar inaugure la ville de… Lire la suite
FATEHPUR SIKRI

Écrit par :  Jeannine AUBOYER

…  les siècles, un symbole parfait de la symbiose des cultures indienne et musulmane. Le Grand Moghol *Akbar, qui régna de 1556 à 1605, aurait, dit-on, reçu du saint Cheikh Salīm Chishti la prédiction de la naissance de son premier fils ; le saint aurait même sacrifié un de ses propres fils, âgé de six mois, pour assurer cette naissance tant souhaitée… Lire la suite
INDE (Le territoire et les hommes) - Histoire

Écrit par :  Christophe JAFFRELOTJacques POUCHEPADASS Universalis

Dans le chapitre "L'âge mogol"  : …  de reconquérir son trône en 1555, peu de temps avant de disparaître à son tour. Son fils *Akbar (1556-1605) est le principal architecte de la grandeur mogole. Ses campagnes militaires élargissent l'empire précaire dont il a hérité à l'ensemble du subcontinent au nord de la Godāvarī, Afghānistān inclus. La cohésion de l'édifice est assurée… Lire la suite
INDE (Arts et culture) - L'art

Écrit par :  Marie-Thérèse de MALLMANNRita RÉGNIER

Dans le chapitre "Le style impérial mogol (1526-1857)"  : …  *Akbar (1556-1605), fils d'Humāyun, affermit sur le trône la dynastie des Mogols et reconstitua l'unité traditionnelle de l'Inde septentrionale. Tolérant, il s'entoura de penseurs et d'artistes de toutes confessions, et son éclectisme se reflète dans les constructions élevées sur son ordre. Au voisinage d'Agra, sa capitale, il fonda la ville… Lire la suite
MOGHOLS

Écrit par :  Andrée BUSSONAndré GUIMBRETIÈREMark ZEBROWSKI

Dans le chapitre "Histoire"  : …  avait pas perdu tout espoir de reconquérir son trône : il s'empare de Kaboul en 1547, puis traverse l'Indus, marche sur Lahore, met en déroute les troupes afghanes à Sarhind en juin 1555, et entre triomphalement à Delhi un mois plus tard. Un accident met fin prématurément au règne de Humāyūn en juillet 1556. Son fils *Akbar, né en exil, a treize ans… Lire la suite
MONUMENTS FUNÉRAIRES MOGHOLS - (repères chronologiques)

Écrit par :  Marianne BARRUCAND

… construit sur une terrasse au milieu d'un lac artificiel, évoque l'architecture des palais moghols. * Règne d'Akbar, le « Grand Moghol ». Personnalité à facettes multiples, hommes de lettres tout en étant illettré, profondément musulman tout en se livrant à des spéculations religieuses et mystiques, Akbar exprime, dans son architecture, son… Lire la suite

Afficher la liste complète (10 références)

 

Voir aussi

 

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
Consulter les articles d'Encyclopædia Britannica.
© 2014, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.

chargement du média