BOUTIQUECONTACTASSISTANCE
Zone de recherche

AltasAuteursRecherche thématiqueDictionnaire

CONQUES ABBAYE SAINTE-FOY DE

La chronique de l'abbaye Sainte-Foy de Conques (Aveyron), composée au xie siècle, parle d'un premier monastère bénédictin fondé de 790 à 795 par Dadon, monastère qui bénéficia très tôt de dotations royales. En 866, les moines de Conques, ayant précédemment échoué dans leur tentative de s'approprier les reliques de saint Vincent à Valence (Espagne), réussirent à s'emparer de celles d'une jeune fille martyrisée au iiie siècle à Agen, sainte Foy. Dès lors, les foules de pèlerins ne cessèrent d'affluer à Conques, et une nouvelle construction fut entreprise au xe siècle sous l'abbatiat d'Étienne, évêque de Clermont. Selon les Miracles de Bernard d'Angers, l'église était à trois nefs, couverte d'une charpente et précédée d'un clocher porche, semblable en cela aux grandes églises carolingiennes des régions septentrionales. La situation de Conques sur une des quatre grandes routes menant à Compostelle, celle qui partait du Puy-en-Velay et qui se prolongeait vers Moissac, attirait une foule toujours plus grande de pèlerins, et l'abbé Odolric (1031-1065) entreprit la construction de l'édifice actuel probablement achevé sous l'abbatiat d'Étienne II (1065-1087), tandis que Bégon III (1087-1107) édifia le cloître, dont il ne demeure que deux arcades. L'église abbatiale de Conques est formée d'une nef de six travées, la première étant prise entre les deux tours de façade, d'un transept très vaste bordé de collatéraux, d'un chœur peu profond et d'une abside entourée d'un déambulatoire sur lequel ouvrent trois chapelles rayonnantes. Deux absidioles orientées et échelonnées ouvrent sur chaque bras du transept. Tandis que le plan de l'église révèle une nef relativement courte que semble écraser un massif oriental très développé, l'intérieur saisit par sa très grande verticalité : le vaisseau central de la nef large de 6,80 m a une hauteur sous voûte de 22,10 m. Il est voûté d'un berceau longitudinal en plein cintre sur doubleaux, et son élévation a deux étages : grandes arcades repos […]

1 2 3 4 5

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  2 pages…

Pour citer cet article

Maryse BIDEAULT, « CONQUES ABBAYE SAINTE-FOY DE  », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le  . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/abbaye-sainte-foy-de-conques/

Classification thématique de cet article :

 

Offre essai 7 jours

« CONQUES ABBAYE SAINTE-FOY DE » est également traité dans :

CLOÎTRES

Écrit par :  Léon PRESSOUYRE

Dans le chapitre "Les premiers cloîtres sculptés"  : …  virent en effet s'élever, dans la France méridionale, nombre de ces cloîtres ornés : celui de *Conques, sous l'abbatiat de Bégon III (1097-1107), celui de Saint-Pons de Thomières, sous l'abbé Frotard, semble-t-il, comptent parmi les plus anciens. C'est ainsi que cet art des premiers cloîtres romans, d'une si grande conséquence pour l'histoire… Lire la suite
ÉMAUX

Écrit par :  Marie-Madeleine GAUTHIER

Dans le chapitre "L'émaillerie romane sur cuivre champlevé et le premier art gothique"  : …  peut-être transmis par des essais faits en Italie du Nord (autel portatif de sainte Foy à *Conques). Cet art emprunte aussi des motifs à l'Espagne naguère mauresque où, à la faveur des mouvements de reconquête, s'établissent des ateliers, liés d'abord à celui de Conques. Un style puissant et indépendant s'affirme à Silos vers 1170 (« urna… Lire la suite
ORFÈVRERIE

Écrit par :  Gérard MABILLE

Dans le chapitre "De l'Antiquité au Moyen Âge"  : …  les statues de bois recouvertes de feuilles de métal mises en forme, dont la célèbre sainte Foy de *Conques est l'exemple le plus célèbre (ixe s.). En revanche, l'orfèvrerie civile nous est, pour cette même période, pratiquement inconnue. Au xiie siècle, la forte personnalité de Suger (v. 1081-1151), abbé de… Lire la suite
ROMAN ART

Écrit par :  Marcel DURLIAT

Dans le chapitre "L'Aquitaine"  : …  un nombre infini de variantes se développa. La plus parfaite, celle qu'illustrent Sainte-Foy de *Conques, l'abbatiale détruite de Saint-Martial de Limoges et Saint-Sernin de Toulouse, échappe à une définition strictement régionale, puisque deux de ses exemples, Saint-Jacques de Compostelle et Saint-Martin de Tours –  démoli sous la Révolution – n… Lire la suite
SOULAGES PIERRE (1919- )

Écrit par :  Pierre ENCREVÉ

Dans le chapitre "Vers l'« outrenoir »"  : …  technique permanente (cuivres déchiquetés à l'acide). Il a aussi réalisé, entre 1987 et 1994, *les extraordinaires vitraux des 104 fenêtres de l'abbatiale Sainte-Foy de Conques (Aveyron), pour lesquels il a inventé un verre translucide sensible aux variations de la lumière naturelle, et qui ont restitué à ce sommet de l'art roman la vérité de… Lire la suite

 

Voir aussi

 

Accueil - Contact - Mentions légales
Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis
Consulter les articles d'Encyclopædia Britannica.
© 2014, Encyclopædia Universalis France. Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés.

chargement du média