9-31 janvier 1983Bolivie. Éclatement de la coalition gouvernementale et arrestation de Klaus Barbie

 

Le 9, les six ministres membres du Mouvement de la gauche révolutionnaire (M.I.R.) démissionnent de la coalition gouvernementale de gauche, au pouvoir depuis le 10 octobre 1982, en raison de désaccords avec le Mouvement nationaliste révolutionnaire de gauche (M.N.R.I.), en particulier à propos de la lutte contre les groupes paramilitaires et les trafiquants de drogue.

Le 22, le président Siles Zuazo forme un nouveau gouvernement qu'il complète le 31 : les six ministres partants sont remplacés par quatre indépendants et deux membres du M.N.R.I. Le Parti communiste, qui reste membre de la coalition au pouvoir, conserve les ministères des Mines et du Travail.

Le 25, Klaus Barbie, ancien chef de la Gestapo de Lyon réfugié en Bolivie sous le nom de Klaus Altmann, est arrêté pour escroquerie. L'ancien criminel de guerre nazi fait l'objet d'une demande d'extradition allemande. Une même demande déposée en 1972 par la France n'avait pas eu de suite, car Klaus Altmann disposait de hautes protections. Il aurait même servi de conseiller à certains gouvernements de droite. Depuis l'arrivée de la gauche bolivienne au pouvoir, ces protections n'ont plus aucun effet, d'autant moins que la « moralité » est un des maîtres mots de sa politique. Aussitôt connue son arrestation, la France décide de déposer une nouvelle demande d'extradition.

—  Universalis



Tous les événements concernant :

Tous les événements :

Pour citer l’article

«  9-31 janvier 1983 - Bolivie. Éclatement de la coalition gouvernementale et arrestation de Klaus Barbie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 juin 2021. URL : http://www.universalis.fr/evenement/9-31-janvier-1983-eclatement-de-la-coalition-gouvernementale-et-arrestation-de-klaus-barbie/