9-10 novembre 1992

C.E.E.. Réduction des programmes spatiaux

Les 9 et 10, les ministres de l'Europe spatiale se réunissent à Grenade pour arrêter le nouveau plan à long terme (1993-2000) de l'Agence spatiale européenne (E.S.A.). Chaque participant tente de concilier un souci d'économies dicté par la conjoncture avec la défense de son industrie spatiale. La poursuite du programme de lanceur lourd Ariane-V et la décision de mettre en œuvre un vaste projet d'observation de la Terre font l'unanimité. Mais le programme de L'Homme dans l'espace donne lieu à d'âpres négociations entre les trois principaux contributeurs de l'E.S.A., la France, l'Allemagne et l'Italie. Le projet de navette spatiale Hermes défendu par la France est réduit à de simples « études technologiques » jusqu'en 1995, date à laquelle une coopération avec la Russie sera envisagée. L'Allemagne et l'Italie sauvent le projet de module habitable Colombus, qui doit se greffer sur la future station spatiale américaine Freedom, mais des économies devront être réalisées. Enfin, le projet principalement italien de satellite de transmission de données D.R.S. est lancé, à la condition de lui trouver d'autres utilisateurs potentiels, américain ou soviétique.

— Universalis

Événements précédents