21 mai 1992C.E.E. Réforme de la politique agricole commune

 

Les ministres de l'Agriculture des Douze réunis à Bruxelles adoptent une profonde réforme des principes de la politique agricole commune que trente ans de pratique ont pervertie. L'incitation à produire qui résultait de la garantie des prix agricoles aboutissait à un financement coûteux des excédents qui n'empêchait pas la baisse des revenus des agriculteurs. La réforme vise à une meilleure maîtrise de la production. Elle prévoit une forte baisse des prix – jusqu'à 29 p. 100 sur trois ans pour les céréales – qui ramènera ceux-ci au niveau mondial. L'arrêt des subventions à l'exportation que cette mesure autorisera devrait faciliter la conclusion de l'Uruguay Round, la session de négociations engagée en 1986 dans le cadre de l'Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce (G.A.T.T.), qui achoppe notamment sur le contentieux agricole opposant l'Europe aux États-Unis. De plus, 15 p. 100 des terres de grande culture devront être mis en jachère dès 1993. Ce chiffre sera revu chaque année. Ces deux mesures seront compensées par des primes qui ne favoriseront plus le rendement, mais la qualité. Selon les signataires de l'accord, les revenus agricoles seront préservés. La réforme n'est pas bien accueillie par les syndicats agricoles, notamment français, qui accusent Bruxelles d'avoir capitulé devant Washington.

—  Universalis



Tous les événements concernant :

Tous les événements :

Pour citer l’article

«  21 mai 1992 - C.E.E. Réforme de la politique agricole commune », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 décembre 2020. URL : http://www.universalis.fr/evenement/21-mai-1992-reforme-de-la-politique-agricole-commune/