Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

6-25 septembre 2017

Espagne. Montée des tensions en Catalogne avant le référendum d’autodétermination

Le 6, le Parlement régional catalan adopte, selon une procédure d’urgence dénoncée par l’opposition, le projet de loi approuvant l’organisation, le 1er octobre, d’un référendum d’autodétermination en Catalogne, que Madrid et la Cour constitutionnelle jugent illégal. Le texte, qui définit le peuple catalan comme « sujet souverain », précise que le résultat du référendum sera contraignant quel que soit le taux de participation.

Le 7, le Tribunal constitutionnel suspend la loi votée la veille par le Parlement catalan. Le parquet général de l’État dépose plainte contre le bureau du Parlement et le gouvernement catalans pour « désobéissance, abus de fonction et malversation de fonds publics ». Le Premier ministre conservateur Mariano Rajoy affirme : « Il n’y aura pas de référendum. »

Le 8, le Parlement catalan adopte le projet de loi de transition juridique et constitutive de la République qui doit régir la mutation de la province en État indépendant. Le Tribunal constitutionnel suspendra le texte le 12.

Le 11, jour de la fête de la Catalogne, la Diada, entre trois cent cinquante mille et un million de personnes manifestent à Barcelone en faveur de l’indépendance, à l’appel, notamment, de deux puissantes associations issues de la société civile, l’Assemblée nationale catalane et Omnium Cultural.

Le 13, le procureur général de l’État convoque, aux fins de mise en examen, plus de sept cents maires catalans – sur quelque neuf cent cinquante – qui se sont engagés à céder leurs locaux municipaux pour l’organisation du référendum.

Le 20, la Guardia Civil procède à des perquisitions, notamment de ministères régionaux, à des arrestations de hauts fonctionnaires, fournisseurs et responsables du gouvernement de la Généralité, et à des saisies de bulletins de vote. En réaction, des dizaines de milliers de personnes manifestent dans les villes de Catalogne.

Le 20 également, le gouvernement central suspend le versement de la contribution de l’État au financement de la Généralité et prend le contrôle des finances de la province.

Le 25, la Cour des comptes somme l’ancien président de la Catalogne Artur Mas de rembourser dans les quinze jours 5,2 millions d’euros engagés par son gouvernement pour l’organisation du référendum illégal sur l’indépendance de novembre 2014.

— Universalis

Événements précédents

  • 17-26 août 2017 Espagne. Attentats terroristes à Barcelone et Cambrils

    Le 17, à Barcelone, un homme au volant d’une camionnette fauche des passants sur l’artère touristique des Ramblas, tuant ou blessant mortellement treize personnes. Le chauffeur prend la fuite. Les victimes – tués ou blessés – présentent une trentaine de nationalités. L’organisation État islamique (EI)...

  • 4-14 juillet 2017 Espagne. Publication du projet de loi de référendum d’autodétermination en Catalogne

    Le 4, le gouvernement catalan de Carles Puigdemont publie le texte du projet de loi devant être soumis au Parlement catalan, qui prévoit les modalités d’organisation du référendum d’autodétermination annoncé en juin. La question qui doit être posée est : « Voulez-vous que la Catalogne soit un État indépendant...

  • 21 mai 2017 Espagne. Réélection de Pedro Sánchez à la tête du PSOE

    Pedro Sánchez est réélu à la direction du Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) à l’issue de primaires internes. Il l’emporte largement sur sa principale rivale, la présidente de l’Andalousie Susana Díaz. Pedro Sánchez avait été poussé à la démission en octobre 2016 par l’appareil du parti qui contestait...

  • 13 mars 2017 Espagne. Condamnation d’Artur Mas

    Le tribunal supérieur de justice de Catalogne condamne l’ancien président de la province Artur Mas (Convergence démocratique de Catalogne) à deux ans d’interdiction d’exercice d’une fonction publique élective et à une amende pour « désobéissance ». Celui-ci avait organisé, en novembre 2014, une « consultation...

  • 23 février 2017 Espagne. Condamnation du banquier Rodrigo Rato

    Le tribunal de l’Audience nationale condamne à quatre ans et demi de prison, pour détournements de fonds, l’ancien directeur général du FMI Rodrigo Rato. Ancien ministre de l’Économie et ancien vice-président du gouvernement, celui-ci était poursuivi dans l’affaire des cartes bancaires de complaisance,...

  • 17 février 2017 Espagne. Condamnation du mari de l’infante Cristina

    Le tribunal de Palma de Majorque rend son jugement dans l’affaire du détournement, entre 2004 et 2007, de plusieurs millions d’euros de subventions publiques à l’institut Nóos, fondation à but non lucratif dirigée par le mari de l’infante Cristina de Bourbon. Il relaxe la sœur du roi Felipe VI du chef...

  • 17-20 février 2017 Maroc - Espagne. Entrée en force de migrants dans l’enceinte de Ceuta

    Du 17 au 20, plus de huit cent cinquante migrants parviennent à franchir la barrière séparant le Maroc de l’enclave espagnole de Ceuta, porte d’entrée dans l’Union européenne. Il s’agit des entrées de migrants les plus massives enregistrées ces dernières années. Le jour du Nouvel An, plus d’un millier...

  • 23-29 octobre 2016 Espagne. Investiture du gouvernement de Mariano Rajoy

    Le 23, le Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) décide de ne plus s’opposer à l’investiture au poste de Premier ministre de Mariano Rajoy, chef du Parti populaire (PP) arrivé en tête aux élections législatives de juin. Si aucun gouvernement n’était formé avant le 31 octobre, les électeurs seraient...

  • 25-28 septembre 2016 Espagne. Revers du PSOE lors d’élections régionales

    Le 25, aux élections régionales en Galice, le Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) est devancé par la formation En Marea, alliée locale du parti anti-austérité Podemos – le Parti populaire conforte sa majorité absolue. Aux élections régionales au Pays basque, le PSOE, en fort recul, est également...

  • 28-31 août 2016 Espagne. Rejet de l’investiture de Mariano Rajoy comme Premier ministre

    Le 28, le Parti populaire (PP, conservateur) de Mariano Rajoy et le parti Ciudadanos (centre) d’Albert Rivera, qui ne disposent pas d’une majorité absolue au Parlement, s’accordent sur un programme de gouvernement. Celui-ci comprend un pacte anti-corruption exigé par Ciudadanos, le PP étant visé par...