ESPAGNE, chronologie contemporaine

 

2020

11-29 mai 2020
Espagne. Début du processus de déconfinement.

Le 11, le processus de déconfinement débute, sauf dans les régions autonomes de Madrid et de Castille-León, et dans certaines provinces des régions de Castille-La Manche, de Catalogne, d’Andalousie et de la Communauté valencienne. À partir du 15, un isolement de quatorze jours est imposé aux voyageurs arrivant de l’étranger.Le 18, l’Andalousie, la Communauté valencienne et la Castille-La Manche pa […] Lire la suite

13-28 avril 2020
Espagne. Présentation du plan de déconfinement.

Le 13, certaines entreprises appartenant à des secteurs non-essentiels, notamment l’industrie et la construction, et qui ne peuvent recourir au télétravail, sont autorisées à reprendre leurs activités. Le ministre de la Santé Salvador Illa estime que le pic de la pandémie de Covid-19 est passé.Le 28, le gouvernement présente son plan de déconfinement en quatre étapes, espacées chacune d’une quinza […] Lire la suite

4-15 mars 2020
Espagne. Renoncement de Felipe VI à l’héritage de son père Juan Carlos.

Le 4, le quotidien suisse laTribune de Genève révèle que la justice genevoise a engagé une enquête pour soupçon de blanchiment d’argent aggravé en 2018, à la suite de la découverte d’un don de 65 millions de dollars effectué en 2012 par l’ancien monarque espagnol Juan Carlos au profit de sa maîtresse Corinna Larsen, une chef d’entreprise allemande. L’argent  […] Lire la suite

3-25 mars 2020
Espagne. Lutte contre l’épidémie de Covid-19.

Le 3, un changement de méthode de diagnostic du Covid-19 révèle que le premier mort de cette épidémie dans le pays est survenu le 13 février.Le 9, Madrid impose la fermeture des crèches et des établissements scolaires et universitaires à Madrid, principal foyer de l’épidémie, ainsi que dans deux villes basques.Le 14, l’Espagne, deuxième pays européen le plus touché par l’épidémie de Covid-19 derri […] Lire la suite

7-13 janvier 2020
Espagne. Investiture du gouvernement de Pedro Sánchez.

Le 7, le Congrès des députés investit, au second tour et à la majorité simple, le gouvernement de coalition – le premier dans l’histoire du pays – formé par le Parti socialiste (PSOE) du Premier ministre sortant Pedro Sánchez et Unidas Podemos (gauche radicale), par 167 voix contre 165 et 18 abstentions. Ce score est obtenu grâce à l’abstention des 13 élus de la Gauche républicaine de Catalogne qu […] Lire la suite

2-16 janvier 2020
Belgique – Espagne – Union européenne. Suspension de l’exécution du mandat d’arrêt visant l’ancien dirigeant catalan Carles Puigdemont.

Le 2, un juge d’instruction bruxellois suspend l’exécution des mandats d’arrêt émis en octobre 2019 par Madrid à l’encontre de l’ancien président catalan Carles Puigdemont et de son ancien ministre Toni Comín, exilés en Belgique. Ces mandats avaient été lancés à la suite de la condamnation par le Tribunal suprême espagnol des dirigeants catalans indépendantistes. Parmi ceux-ci figurait l’ancien vi […] Lire la suite

2019

19 décembre 2019
Union européenne – Espagne. Reconnaissance de l’immunité d’Oriol Junqueras par la CJUE.

Répondant à une question préjudicielle du Tribunal suprême espagnol, la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) confirme que l’eurodéputé espagnol Oriol Junqueras, président de la Gauche républicaine de Catalogne, bénéficie de l’immunité parlementaire, et ordonne sa libération – seul le Parlement européen peut lever cette immunité. Ancien vice-président du gouvernement catalan de Carles Puigd […] Lire la suite

2-15 décembre 2019
Espagne. Réunion de la COP 25 à Madrid.

Du 2 au 15 se tient à Madrid la vingt-cinquième Conférence des parties (COP 25) à la convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques. Elle est présidée par le Chili où elle n’a pas pu se dérouler en raison de la crise sociale que traverse le pays. La COP 25 ne donne lieu à aucune avancée significative. Seuls quatre-vingts des cent quatre-vingt-seize États participants, qui ne so […] Lire la suite

10-12 novembre 2019
Espagne. Élections législatives.

Le 10, les élections législatives, convoquées à la suite de l’incapacité du Premier ministre socialiste Pedro Sánchez de former un gouvernement après le scrutin d’avril, aboutissent à une représentation encore plus émiettée. Le Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) est en recul avec 28 p. 100 des suffrages et 120 sièges sur 350. Le Parti populaire (conservateur) de Pablo Casado progresse sensib […] Lire la suite

14-18 octobre 2019
Espagne. Condamnation des leaders indépendantistes catalans.

Le 14, le Tribunal suprême rend son verdict dans le procès des dirigeants catalans accusés d’avoir organisé un référendum d’autodétermination illégal et proclamé l’indépendance de la Catalogne en octobre 2017. Il condamne, pour sédition et malversation, l’ancien vice-président du gouvernement Oriol Junqueras à treize ans de prison, cinq anciens ministres-conseillers à des peines de dix à douze ans […] Lire la suite

24 septembre-24 octobre 2019
Espagne. Autorisation de l’exhumation de Franco.

Le 24, la Cour suprême rejette les recours intentés par la famille de Francisco Franco contre la décision prise par le gouvernement socialiste de Pedro Sánchez, en août 2018, d’exhumer du mausolée d’El Valle de los Caídos la dépouille momifiée du Caudillo mort en novembre 1975. En septembre 2018, un décret avait fait de ce monument un lieu de réconciliation où ne peuvent reposer que des victimes d […] Lire la suite

17-23 septembre 2019
Espagne. Convocation d’élections anticipées.

Le 17, le roi Felipe VI reconnaît qu’aucun candidat ne dispose des soutiens nécessaires à la formation d’un gouvernement à la suite des élections législatives d’avril. Le 23, deux mois après l’échec de la première tentative d’investiture du Premier ministre socialiste sortant Pedro Sánchez, le Parlement est dissous et de nouvelles élections sont convoquées pour novembre. […] Lire la suite

23-25 juillet 2019
Espagne. Rejet de l’investiture de Pedro Sánchez.

Le 23, puis une seconde fois le 25, le Congrès des députés rejette l’investiture de Pedro Sánchez à la tête du gouvernement. Un seul député régionaliste vote en sa faveur, en plus des membres de son groupe ; les élus de Podemos (gauche radicale) s’abstiennent. Le Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE), qui a remporté les élections législatives d’avril, doit obtenir l’appui de Podemos et de parti […] Lire la suite

28 avril 2019
Espagne. Victoire socialiste aux élections législatives.

Le Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) du Premier ministre Pedro Sánchez remporte les élections législatives anticipées convoquées à la suite de la chute du gouvernement de Mariano Rajoy (Parti populaire, PP, conservateur) en juin 2018 et du rejet du budget par le Congrès des députés en février. Le PSOE progresse, obtenant 28,7 p. 100 des suffrages et 123 sièges sur 350. Avec 16,7 p. 100 des  […] Lire la suite

5-15 février 2019
Espagne. Dissolution du Parlement.

Le 5, le Premier ministre Pedro Sánchez (Parti socialiste ouvrier espagnol, PSOE) accepte la désignation d’un « rapporteur » extérieur chargé de suivre les négociations entre les forces politiques en vue de trouver une issue à la crise catalane. C’est l’une des conditions posées par les indépendantistes catalans pour soutenir le budget présenté par le gouvernement – ceux-ci exigent également la re […] Lire la suite

9-16 janvier 2019
Espagne. Accord de gouvernement en Andalousie.

Le 9, le Parti populaire (PP, conservateur) signe avec Ciudadanos (« Citoyens », centre) un accord de gouvernement de la région autonome d’Andalousie. Les deux partis ont réuni 47 sièges sur 109 aux élections régionales de décembre 2018. Le PP signe également un accord avec Vox (extrême droite), qui a obtenu 12 sièges au Parlement régional, en vue de gagner son soutien lors de l’élection du présid […] Lire la suite

2018

2-27 décembre 2018
Espagne. Percée de l’extrême droite aux élections régionales en Andalousie.

Le 2, les résultats des élections régionales en Andalousie sont marqués par la percée de l’extrême droite qui entre pour la première fois depuis 1982 dans un Parlement espagnol. Avec 11 p. 100 des suffrages, Vox, une formation anti-immigration, antiféministe, souverainiste et favorable à la recentralisation de l’État, créée en 2013 par des transfuges du Parti populaire (PP, conservateur), obtient  […] Lire la suite

16-17 octobre 2018
Espagne – Belgique. Levée du statut diplomatique du délégué flamand à Madrid.

Le 16, le ministre espagnol des Affaires étrangères Josep Borrell informe l’ambassadeur de Belgique à Madrid de la levée du statut diplomatique du délégué du gouvernement de la Flandre au sein de l’ambassade de Belgique à Madrid. Cette décision est justifiée par les propos jugés « inacceptables et inconvenants » tenus par le président du Parlement flamand Jan Peumans (Alliance néo-flamande) dans u […] Lire la suite

25 septembre 2018
France – Espagne. Annonce de la candidature de Manuel Valls à la mairie de Barcelone.

L’ancien Premier ministre Manuel Valls annonce sa candidature à la mairie de Barcelone en vue des élections municipales qui doivent se tenir en mai 2019. Il entend se présenter en candidat indépendant, à la tête d’une plateforme citoyenne, avec le soutien, notamment, du parti unioniste libéral Ciudadanos. Le député de l’Essonne né dans la capitale catalane annonce dans le même temps l’abandon de t […] Lire la suite

4-16 septembre 2018
Espagne – Arabie Saoudite. Polémique au sujet d’un contrat d’armement.

Le 4, le ministère de la Défense confirme l’annulation d’un contrat de 9,2 millions d’euros avec l’Arabie Saoudite, relatif à la livraison de bombes à guidage laser qui risqueraient d’être utilisées dans le conflit au Yémen.Le 4 également, le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane s’insurge contre cette décision, exige la démission de la ministre espagnole de la Défense Margarita Robles et  […] Lire la suite

3-11 septembre 2018
Espagne. Annonce d’un référendum sur un accroissement de l’autonomie de la Catalogne.

Le 3, le Premier ministre socialiste Pedro Sánchez promet l’organisation d’un référendum sur un nouveau statut de la Catalogne garantissant plus d’autonomie à la province. Dirigée par les indépendantistes, celle-ci a été le théâtre d’une tentative de sécession en octobre 2017. Le président catalan Quim Torra répond que « le processus d’indépendance est irréversible ». À Madrid, seul Podemos (gauch […] Lire la suite

26 juillet 2018
Maroc – Espagne. Entrée massive de migrants dans l’enclave de Ceuta.

Quelque six cents migrants africains pénètrent dans l’enclave espagnole de Ceuta, dans le nord du Maroc, à l’issue d’un assaut violent. Il s’agit du franchissement de frontière le plus important depuis celui de février 2017 au cours duquel plus de huit cent cinquante migrants étaient entrés dans l’enclave. L’Espagne est devenue la première porte d’entrée des migrants en Europe depuis que l’Italie  […] Lire la suite

9-28 juillet 2018
Allemagne – Espagne. Retrait du mandat d’arrêt international contre Carles Puigdemont.

Le 9, le président du gouvernement espagnol Pedro Sánchez reçoit à Madrid le président de la Généralité de Catalogne Quim Torra, afin de donner « une réponse politique à une crise politique ».Le 12, le Tribunal supérieur du Land allemand du Schleswig-Holstein autorise l’extradition vers l’Espagne de l’ex-président du gouvernement catalan Carles Puigdemont pour malversation de fonds publics, mais p […] Lire la suite

12-18 juin 2018
Espagne. Incarcération du beau-frère du roi Felipe VI.

Le 12, le Tribunal suprême condamne en appel Iñaki Urdangarin, le mari de l’infante Cristina, sœur du roi Felipe VI, à cinq ans et dix mois de prison pour corruption. Celui-ci est reconnu coupable d’avoir détourné des subventions attribuées à la fondation Nóos qu’il présidait. Il avait été condamné en première instance en février 2017. À la suite de l’affaire Nóos, qui a contribué à l’abdication d […] Lire la suite

1er-13 juin 2018
Espagne. Élection du socialiste Pedro Sánchez à la tête du gouvernement.

Le 1er, le Parlement adopte la motion de défiance à l’encontre du président du gouvernement Mariano Rajoy. Celle-ci avait été déposée par le secrétaire général du Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) Pedro Sánchez à la suite de la condamnation, en mai, du Parti populaire (PP) au pouvoir dans le procès de l’« affaire Gürtel ». La motion recueille 180 voix contre 169 – cel […] Lire la suite

24 mai 2018
Espagne. Condamnation du Parti populaire dans le procès de l’« affaire Gürtel ».

L’Audience nationale condamne vingt-neuf personnes impliquées dans un « authentique et efficace système de corruption institutionnelle au travers d’un mécanisme de contrats publics » dans la région de Madrid de 1999 à 2005. Le principal responsable du réseau de corruption, l’entrepreneur Francisco Correa, – dont la traduction du patronyme en allemand donne son nom à l’« affaire Gürtel » – est cond […] Lire la suite

10 mai-2 juin 2018
Espagne. Investiture de Quim Torra à la présidence de la Catalogne.

Le 10, depuis Berlin où il se trouve en liberté sous contrôle judiciaire, le président destitué de la Catalogne Carles Puigdemont déclare renoncer à se porter de nouveau candidat à ce poste et apporte son soutien à la candidature du député de Junts per Catalunya (« Ensemble pour la Catalogne ») Quim Torra, ancien président de l’association catalane Omnium cultural. Il le charge de « défendre le ma […] Lire la suite

3-4 mai 2018
Espagne. Dissolution de l’ETA.

Le 3, l’organisation armée indépendantiste basque Euskadi ta Askatasuna (ETA) – « Pays basque et liberté » –, considérée comme terroriste en Espagne et en France notamment, annonce sa dissolution. Fondée en juillet 1959, elle avait annoncé « l’arrêt définitif de son activité armée » en octobre 2011. Elle appelle à poursuivre la lutte pour un Pays basque indépendant par « d’autres voies ». Huit cen […] Lire la suite

5 avril 2018
Allemagne – Espagne. Remise en liberté de Carles Puigdemont.

Le tribunal régional supérieur du Schleswig-Holstein ne s’oppose pas à l’extradition de l’ancien président indépendantiste catalan Carles Puigdemont, arrêté en mars. Il ne retient toutefois contre lui que l’accusation de « détournement de fonds publics » et non celle de « rébellion », en raison de l’absence de violence dans les actes concernés. Cela empêcherait Madrid de le juger pour ce dernier m […] Lire la suite

8 mars 2018
Espagne. Mobilisation en faveur de l’égalité salariale.

Environ cinq millions trois cent mille femmes répondent à l’appel à la grève, sans précédent dans le pays, lancé par la Commission 8M – pour « 8 mars », journée internationale des femmes – en vue de réclamer l’égalité entre les sexes et principalement l’égalité salariale. Cinq femmes ministres du gouvernement de Mariano Rajoy refusent de travailler par solidarité. […] Lire la suite

1er-28 mars 2018
Espagne. Arrestation de Carles Puigdemont en Allemagne.

Le 1er, le président destitué de la Catalogne Carles Puigdemont, réfugié en Belgique, annonce qu’il renonce « provisoirement » à briguer la tête de la Généralité. Il indique que la coalition indépendantiste Junts per Catalunya présentera la candidature à ce poste de Jordi Sànchez, ancien président de l’association indépendantiste Assemblée nationale catalane (ANC), qui est e […] Lire la suite

21 février 2018
Espagne – Suisse. Mandat d’arrêt contre l’ex-députée catalane Anna Gabriel.

Le Tribunal suprême espagnol émet un mandat d’arrêt à l’encontre de l’ancienne députée indépendantiste catalane et porte-parole de la Candidature d’unité populaire (extrême gauche) Anna Gabriel, réfugiée en Suisse, qui n’a pas répondu à sa convocation devant la justice. Anna Gabriel est poursuivie pour « rébellion, sédition et malversation de fonds » dans le cadre de la proclamation unilatérale d’ […] Lire la suite

16-30 janvier 2018
Espagne. Ajournement du débat d’investiture du président de la Catalogne

Le 16, la coalition indépendantiste Junts per Catalunya (« Ensemble pour la Catalogne ») formée autour du Parti démocrate européen catalan (PDeCAT) et la Gauche républicaine de Catalogne (ERC) s’accordent pour soutenir la candidature de Carles Puigdemont (PDeCAT) à la tête de l’exécutif de la région. Poursuivi par la justice espagnole, le président destitué de la Généralité s’est réfugié à Bruxell […] Lire la suite

2017

21-26 décembre 2017
Espagne. Élections régionales en Catalogne.

Le 21 se déroulent des élections régionales anticipées en Catalogne, organisées à la suite de la proclamation unilatérale de l’indépendance par le Parlement catalan en octobre, suivie de la dissolution de celui-ci par le gouvernement de Madrid et du placement de la région sous la tutelle de l’État. Pour la première fois depuis le retour de la démocratie dans le pays, une formation non nationaliste […] Lire la suite

5 décembre 2017
Espagne. Retrait du mandat d’arrêt européen contre Carles Puigdemont.

Le Tribunal suprême annule le mandat d’arrêt européen émis en novembre à l’encontre de l’ex-chef de l’exécutif catalan Carles Puigdemont et de ses quatre ministres réfugiés en Belgique en octobre. La justice belge devait se prononcer sur leur extradition le 14. Le Tribunal craint que la justice belge ne retienne pas l’ensemble des chefs d’inculpation prononcés à leur encontre, ce qui risquerait de […] Lire la suite

18 novembre 2017
Venezuela – Espagne. Fuite de l’opposant Antonio Ledezma.

L’opposant vénézuélien Antonio Ledezma, ancien maire de Caracas, arrive en Espagne via la Colombie. Il a fui son pays où il avait été assigné à résidence après avoir été arrêté pour conspiration en février 2015. Il dénonce la « dictature » du président Nicolás Maduro et appelle l’opposition de la Table de l’unité démocratique (MUD) à l’« autocritique ». Antonio Ledezma a fondé le mouvement d’oppos […] Lire la suite

2-12 novembre 2017
Espagne. Placement en détention d’ex-ministres catalans.

Le 2, l’Audience nationale ordonne le placement en détention provisoire de huit ex-ministres de l’exécutif catalan, dont l’ancien vice-président Oriol Junqueras, qui sont accusés de « rébellion, sédition et détournement de fonds publics » depuis la destitution de la Généralité consécutive au vote par le Parlement catalan de l’indépendance de la région en octobre. Des milliers d’indépendantistes se […] Lire la suite

1er-30 octobre 2017
Espagne. Référendum d’autodétermination en Catalogne.

Le 1er, l’exécutif catalan organise un référendum relatif à l’instauration d’un « État indépendant sous la forme d’une république », consultation qui est interdite par le gouvernement de Madrid. Tandis que les Mossos d’Esquadra – la police catalane – se montrent passives, la police nationale tente violemment d’empêcher la tenue du scrutin. Des centaines de personnes sont ble […] Lire la suite

6-25 septembre 2017
Espagne. Montée des tensions en Catalogne avant le référendum d’autodétermination.

Le 6, le Parlement régional catalan adopte, selon une procédure d’urgence dénoncée par l’opposition, le projet de loi approuvant l’organisation, le 1er octobre, d’un référendum d’autodétermination en Catalogne, que Madrid et la Cour constitutionnelle jugent illégal. Le texte, qui définit le peuple catalan comme « sujet souverain », précise que le résultat du référendum sera  […] Lire la suite

17-26 août 2017
Espagne. Attentats terroristes à Barcelone et Cambrils.

Le 17, à Barcelone, un homme au volant d’une camionnette fauche des passants sur l’artère touristique des Ramblas, tuant ou blessant mortellement treize personnes. Le chauffeur prend la fuite. Les victimes – tués ou blessés – présentent une trentaine de nationalités. L’organisation État islamique (EI) revendique l’attentat mené « en réponse à l’appel à cibler les États membres de la coalition » co […] Lire la suite

4-14 juillet 2017
Espagne. Publication du projet de loi de référendum d’autodétermination en Catalogne.

Le 4, le gouvernement catalan de Carles Puigdemont publie le texte du projet de loi devant être soumis au Parlement catalan, qui prévoit les modalités d’organisation du référendum d’autodétermination annoncé en juin. La question qui doit être posée est : « Voulez-vous que la Catalogne soit un État indépendant sous la forme d’une république ? ». La date du scrutin est fixée au 1er […] Lire la suite

21 mai 2017
Espagne. Réélection de Pedro Sánchez à la tête du PSOE.

Pedro Sánchez est réélu à la direction du Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) à l’issue de primaires internes. Il l’emporte largement sur sa principale rivale, la présidente de l’Andalousie Susana Díaz. Pedro Sánchez avait été poussé à la démission en octobre 2016 par l’appareil du parti qui contestait son refus de faciliter l’investiture du chef du Parti populaire Mariano Rajoy, arrivé en tê […] Lire la suite

13 mars 2017
Espagne. Condamnation d’Artur Mas.

Le tribunal supérieur de justice de Catalogne condamne l’ancien président de la province Artur Mas (Convergence démocratique de Catalogne) à deux ans d’interdiction d’exercice d’une fonction publique élective et à une amende pour « désobéissance ». Celui-ci avait organisé, en novembre 2014, une « consultation populaire » sur l’indépendance de la Catalogne, que la Cour constitutionnelle avait inter […] Lire la suite

23 février 2017
Espagne. Condamnation du banquier Rodrigo Rato.

Le tribunal de l’Audience nationale condamne à quatre ans et demi de prison, pour détournements de fonds, l’ancien directeur général du FMI Rodrigo Rato. Ancien ministre de l’Économie et ancien vice-président du gouvernement, celui-ci était poursuivi dans l’affaire des cartes bancaires de complaisance, en tant qu’ancien président de la caisse d’épargne Caja Madrid, puis du groupe bancaire Bankia,  […] Lire la suite

17 février 2017
Espagne. Condamnation du mari de l’infante Cristina.

Le tribunal de Palma de Majorque rend son jugement dans l’affaire du détournement, entre 2004 et 2007, de plusieurs millions d’euros de subventions publiques à l’institut Nóos, fondation à but non lucratif dirigée par le mari de l’infante Cristina de Bourbon. Il relaxe la sœur du roi Felipe VI du chef de complicité de fraude fiscale, mais condamne son mari Iñaki Urdangarin à six ans et trois mois  […] Lire la suite

17-20 février 2017
Maroc – Espagne. Entrée en force de migrants dans l’enceinte de Ceuta.

Du 17 au 20, plus de huit cent cinquante migrants parviennent à franchir la barrière séparant le Maroc de l’enclave espagnole de Ceuta, porte d’entrée dans l’Union européenne. Il s’agit des entrées de migrants les plus massives enregistrées ces dernières années. Le jour du Nouvel An, plus d’un millier de candidats à l’exil avait tenté en vain de pénétrer dans l’enclave. […] Lire la suite

2016

23-29 octobre 2016
Espagne. Investiture du gouvernement de Mariano Rajoy.

Le 23, le Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) décide de ne plus s’opposer à l’investiture au poste de Premier ministre de Mariano Rajoy, chef du Parti populaire (PP) arrivé en tête aux élections législatives de juin. Si aucun gouvernement n’était formé avant le 31 octobre, les électeurs seraient appelés aux urnes pour la troisième fois depuis décembre 2015. Les partisans de l’abstention ont r […] Lire la suite

25-28 septembre 2016
Espagne. Revers du PSOE lors d’élections régionales.

Le 25, aux élections régionales en Galice, le Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) est devancé par la formation En Marea, alliée locale du parti anti-austérité Podemos – le Parti populaire conforte sa majorité absolue. Aux élections régionales au Pays basque, le PSOE, en fort recul, est également précédé par Podemos qui fait son entrée au Parlement régional – le Parti nationaliste basque et la […] Lire la suite

28-31 août 2016
Espagne. Rejet de l’investiture de Mariano Rajoy comme Premier ministre.

Le 28, le Parti populaire (PP, conservateur) de Mariano Rajoy et le parti Ciudadanos (centre) d’Albert Rivera, qui ne disposent pas d’une majorité absolue au Parlement, s’accordent sur un programme de gouvernement. Celui-ci comprend un pacte anti-corruption exigé par Ciudadanos, le PP étant visé par de nombreuses procédures à ce sujet. Mariano Rajoy, qui a été chargé par le roi Felipe VI de former […] Lire la suite

26 juin 2016
Espagne. Nouvelles élections législatives.

De nouvelles élections législatives sont organisées en raison de l’incapacité des forces politiques à constituer une majorité parlementaire à l’issue du scrutin de décembre 2015. Le Parti populaire (conservateur) de Mariano Rajoy, en progrès, arrive en tête avec 33 p. 100 des suffrages et 137 sièges sur 350. Le Parti socialiste ouvrier espagnol de Pedro Sánchez conserve sa deuxième place malgré so […] Lire la suite

3-9 mai 2016
Espagne. Convocation de nouvelles élections législatives.

Le 3, le roi Felipe VI signe le décret ordonnant la dissolution du Parlement et convoquant de nouvelles élections pour le 26 juin. Fin avril, il avait constaté qu’aucun candidat à l’investiture du Parlement ne disposait d’une majorité suffisante, à la suite du refus des militants du parti anti-austérité Podemos de se rallier à l’accord présenté en mars par le Parti socialiste ouvrier espagnol (PSO […] Lire la suite

4 mars 2016
Espagne. Rejet de l’investiture d’un gouvernement de coalition dirigé par le socialiste Pedro Sanchez.

Le Parlement rejette l’investiture du gouvernement de coalition formé par le Parti socialiste ouvrier espagnol et le parti centriste Ciudadanos, présenté par le socialiste Pedro Sánchez. Jugeant insuffisantes les réformes proposées par ce dernier, le parti anti-austérité Podemos, notamment, vote contre. Les forces politiques ne sont pas parvenues à dégager d’accord gouvernemental depuis les électi […] Lire la suite

2-24 février 2016
Espagne. Tentative du PSOE de former un gouvernement.

Le 2, le roi Felipe VI charge Pedro Sánchez, secrétaire général du Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) arrivé deuxième aux élections législatives de décembre 2015, de tenter de former un gouvernement, à la suite du renoncement du Premier ministre sortant Mariano Rajoy en janvier. Le 24, le PSOE annonce la conclusion d’un accord de gouvernement avec le parti centriste Ciudadanos. Les deux form […] Lire la suite

26 janvier 2016
Espagne. Condamnation dans l’affaire de la marée noire du « Prestige ».

La Cour suprême espagnole, saisie par le parquet du tribunal de La Corogne et par l’État français, condamne à deux ans de prison, pour « atteinte à l’environnement par imprudence », le capitaine du Prestige, le pétrolier qui avait fait naufrage au large des côtes de Galice en novembre 2002. Celui-ci avait été acquitté en novembre 2013. La condamnation pour « désobéissance grave […] Lire la suite

22 janvier 2016
Espagne. Renoncement de Mariano Rajoy à former un gouvernement.

Le Premier ministre sortant et chef du Parti populaire Mariano Rajoy, qui a perdu la majorité dont il disposait au Parlement à l’issue des élections législatives de décembre 2015, renonce à former un gouvernement dans l’immédiat. De son côté, le chef du parti anti-austérité Podemos, Pablo Iglesias, se dit prêt à constituer avec le Parti socialiste ouvrier espagnol un gouvernement de coalition dont […] Lire la suite

3-10 janvier 2016
Espagne. Élection de Carles Puigdemont à la présidence du gouvernement catalan.

Le 3, la Candidature d’unité populaire (CUP, gauche séparatiste) annonce son refus de soutenir l’investiture d’Artur Mas à la tête du gouvernement catalan que celui-ci dirige depuis décembre 2010. Sans le soutien de la CUP, la coalition d’Artur Mas « Ensemble pour le oui » qui a remporté les élections régionales de septembre 2015 ne dispose pas de majorité au Parlement. La CUP reproche à Artur Mas […] Lire la suite

2015

20 décembre 2015
Espagne. Éclatement du bipartisme à la faveur des élections législatives.

Les résultats des élections législatives sont marqués par le fort recul des partis politiques traditionnels et l’éclatement du bipartisme qui caractérisait la vie politique du pays. Le Parti populaire (conservateur) du Premier ministre Mariano Rajoy arrive en tête, mais perd le tiers de ses représentants et sa majorité absolue, avec 28,7 p. 100 des suffrages et 123 sièges sur 350. Le Parti sociali […] Lire la suite

9 novembre 2015
Espagne. Vote par le Parlement catalan d’une résolution de rupture avec Madrid.

Le Parlement catalan dominé par les formations indépendantistes depuis les élections régionales de septembre adopte, par 72 voix sur 135, une résolution qui lance « le processus de création de la République catalane ». Le Parlement de Barcelone ne se déclare plus lié par les « décisions des institutions de l’État espagnol, en particulier du Tribunal constitutionnel » et s’engage à doter la région  […] Lire la suite

27-29 septembre 2015
Espagne. Élections régionales en Catalogne.

Le 27, la liste indépendantiste « Ensemble pour le oui », dirigée par le président de la Généralité de Catalogne Artur Mas, remporte les élections régionales avec 39,5 p. 100 des suffrages et 62 sièges sur 135. Rassemblant les indépendantistes de droite de la Convergence démocratique de Catalogne (C.D.C.) et les séparatistes de la Gauche républicaine, elle enregistre toutefois une baisse d’audienc […] Lire la suite

24 mai 2015
Espagne. Fort recul du Parti populaire aux élections locales.

Les résultats des élections municipales et régionales sont marqués par le fort recul du Parti populaire (P.P.) du Premier ministre Mariano Rajoy, et la relative perte d’audience du Parti socialiste ouvrier espagnol (P.S.O.E.) au profit de la formation de la gauche radicale Podemos – « Nous pouvons » – de Pablo Iglesias et du parti de centre droit Ciudadanos – « Citoyens » – d’Albert Rivera. S’il a […] Lire la suite

31 janvier 2015
Espagne. Manifestation massive des partisans de Podemos.

La manifestation à laquelle a appelé le mouvement anti-austérité Podemos – « Nous pouvons » –, dirigé par Pablo Iglesias, réunit entre cent mille et trois cent mille personnes sur la place de la Puerta del Sol, à Madrid, siège emblématique des rassemblements des « Indignés » en 2011. Ce succès reflète l'élan suscité par la victoire électorale du mouvement Syriza en Grèce, alors que des élections l […] Lire la suite

2014

9 novembre 2014
Espagne. Vote symbolique sur l'indépendance de la Catalogne.

Le président de la Généralité de Catalogne Artur Mas organise un vote symbolique sur l'indépendance de la province, en dépit de l'avis négatif donné par le Tribunal constitutionnel. Le 29 septembre, ce dernier avait déjà interdit la tenue d'un référendum d'autodétermination annoncé par Artur Mas en décembre 2013 sans l'accord du gouvernement de Madrid. Plus de deux millions de personnes – sur cinq […] Lire la suite

23 septembre 2014
Espagne. Abandon du projet de loi restreignant le droit à l'avortement.

Le président du gouvernement Mariano Rajoy annonce l'abandon du projet de loi restreignant le droit à l'avortement, en raison de l'absence de « consensus » sur le sujet. Présenté en décembre 2013, celui-ci prévoyait d'autoriser l'avortement dans les seuls cas de viol ou de risque pour la santé de la mère. Le ministre de la Justice Alberto Ruiz-Gallardón, qui avait porté ce projet, présente sa démi […] Lire la suite

2-25 juin 2014
Espagne. Abdication du roi Juan Carlos en faveur de son fils Felipe.

Le 2, le roi Juan Carlos, très impopulaire en raison de divers scandales, annonce son intention d'abdiquer en faveur de son fils Felipe, alors que les idées républicaines progressent dans le pays. Le 7, des manifestations en faveur de l'instauration de la République rassemblent des milliers de personnes dans les grandes villes du pays. Le 11, le Congrès des députés, puis, le 17, le Sénat approuven […] Lire la suite

27 février 2014
Espagne. Restriction de la notion de « juridiction universelle ».

Le 27, le Parlement adopte une loi restreignant la notion de « juridiction universelle » qui permettait à la justice d'enquêter notamment sur des crimes contre l'humanité et des génocides commis à l'étranger. En novembre 2013, la justice espagnole avait émis un mandat d'arrêt international contre cinq dirigeants chinois, dont l'ancien président Jiang Zemin, pour leur participation présumée à la ré […] Lire la suite

6-13 février 2014
Espagne. Mort de migrants au large de l'enclave de Ceuta.

Le 6, au moins douze migrants d'origine subsaharienne meurent en tentant de rejoindre l'enclave espagnole de Ceuta à la nage depuis la côte marocaine. Des associations de défense des droits de l'homme dénoncent les pratiques de la police espagnole. La pression migratoire sur les deux enclaves de Ceuta et Melilla s'intensifie depuis plusieurs mois. Le 12, les autorités espagnoles reconnaissent que  […] Lire la suite

7 janvier 2014
Espagne. Nouvelle mise en examen de l'infante Cristina.

Le tribunal de Palma de Majorque met en examen l'infante Cristina, fille du roi Juan Carlos, pour blanchiment de capitaux et fraude fiscale dans le cadre de l'affaire de corruption impliquant la fondation Noos présidée par son époux, Iñaki Urdangarin, déjà mis en examen. Une partie de l'argent détourné aurait été blanchi par la société Aizoon que les deux époux détiennent en commun. Une première m […] Lire la suite

2013

14 novembre 2013
Union européenne. Fin des plans d'aide européens à l'Irlande et à l'Espagne.

Les ministres des Finances de l'Eurogroupe approuvent la clôture des plans d'aide qui avaient été proposés par la Commission et la Banque centrale européennes ainsi que par le F.M.I. à l'Irlande, en novembre 2010, et à l'Espagne, en juin 2012. D'un montant respectif de 85 milliards et de 41 milliards d'euros, ils avaient été mis en place pour sauver leur secteur bancaire en difficulté.  […] Lire la suite

13 novembre 2013
Espagne. Acquittement général dans le procès du naufrage du « Prestige ».

Le 13, le tribunal de justice de La Corogne (Galice) rend son jugement dans le procès du naufrage, au large des côtes de Galice, en novembre 2002, du pétrolier libérien Prestige battant pavillon des Bahamas. Les trois principaux accusés – le commandant du navire et le chef mécanicien, tous deux de nationalité grecque, ainsi que le directeur de la Marine marchande espagnole – so […] Lire la suite

21-27 octobre 2013
Espagne. Condamnation par la Cour européenne des droits de l'homme.

Le 21, la Cour européenne des droits de l'homme (C.E.D.H.) condamne l'Espagne à libérer la militante d'E.T.A. Inès del Rio Prada et à lui verser 30 000 euros de dédommagement pour avoir irrégulièrement prolongé sa détention. Condamnée en 1987, celle-ci aurait dû être libérée en 2008 en considération de ses remises de peine. Or, depuis une sentence du Tribunal suprême de juillet 2006, la justice es […] Lire la suite

7-19 août 2013
Espagne – Royaume-Uni. Regain de tension au sujet de Gibraltar.

Le 7, le Premier ministre britannique David Cameron appelle son homologue espagnol Mariano Rajoy pour lui faire part de sa « préoccupation » à la suite du renforcement des contrôles exercés à la frontière entre l'Espagne et l'enclave britannique de Gibraltar. Ces mesures font suite à la décision des autorités de Gibraltar de créer un récif artificiel destiné à favoriser le renouvellement de la fau […] Lire la suite

24-28 juillet 2013
Espagne. Grave accident ferroviaire à Saint-Jacques-de-Compostelle.

Le 24, le train à grande vitesse Alvia qui relie Madrid à Ferrol, en Galice, déraille à quelques kilomètres de Saint-Jacques-de-Compostelle. La vitesse excessive du train – 190 km/h dans une courbe où la vitesse est limitée à 80 km/h – semble être la cause de l'accident qui provoque la mort de soixante-dix-neuf passagers. Il s'agit de l'accident ferroviaire le plus meurtrier depuis des décennies d […] Lire la suite

7 juillet-1er août 2013
Espagne. Scandale financier mettant en cause Mariano Rajoy.

Le 7, le quotidien espagnol El Mundo publie des documents impliquant directement le Premier ministre Mariano Rajoy, transmis par Luis Bárcenas, ancien trésorier du Parti populaire (P.P.) au pouvoir. Ce dernier a été placé en détention provisoire en juin 2013 pour fraude fiscale et blanchiment d'argent dans une affaire de corruption et de financement illégal impliquant le P.P. d […] Lire la suite

3 avril 2013
Espagne. Mise en examen de l'infante Cristina.

Le 3, l'infante Cristina, fille du roi Juan Carlos Ier, est mise en examen dans l'affaire de la fondation Nóos, qui a été révélée en juillet 2010. Cette fondation présidée par l'époux de Cristina, l'ancien champion de handball Iñaki Urdangarin, mis en examen en décembre 2011, a profité de sa proximité avec la Maison royale pour obtenir, de 2003 à 2007, des contrats publics l […] Lire la suite

2012

25 novembre 2012
Espagne. Élections régionales en Catalogne.

Les formations favorables au droit à l'autodétermination remportent les élections régionales anticipées en Catalogne, avec un total de 107 sièges sur 135. Le président du gouvernement Artur Mas, président de Convergence et Union (droite nationaliste) les avaient convoquées en septembre à la suite du refus de Madrid de réduire la contribution de la région à la politique de solidarité nationale. Le  […] Lire la suite

1er-10 novembre 2012
France – Espagne. Arrestation et extradition controversées de la militante basque Aurore Martin.

Le 1er, à Mauléon (Pyrénées-Atlantiques), la gendarmerie arrête Aurore Martin, une Basque française, membre de Batasuna, la formation politique indépendantiste interdite en Espagne pour ses liens présumés avec l'E.T.A. mais légale en France. Visée par un mandat d'arrêt européen émis par la justice espagnole en octobre 2010 et validé par la Cour de cassation française et la C […] Lire la suite

21 octobre 2012
Espagne. Victoire des nationalistes aux élections régionales au Pays basque.

Les nationalistes remportent les élections régionales au Pays basque. Quoique en léger recul, le Parti nationaliste basque (centre droit) demeure la première formation, avec 34,6 p. 100 des suffrages et 27 sièges sur 75. Euskal Herria Bildu, la coalition indépendantiste de gauche issue de l'ancienne Batasuna, vitrine politique de l'E.T.A., progresse fortement, en obtenant 25 p. 100 des voix et 21  […] Lire la suite

5-26 juillet 2012
Union européenne. Poursuite de la dégradation de la situation économique dans la zone euro.

Le 5, la Banque centrale européenne (B.C.E.) baisse d'un quart de point son taux directeur – qui descend à 0,75 p. 100, son plus bas niveau historique –, afin de faciliter l'accès au crédit des entreprises et des particuliers. Cette décision ne convainc pas les marchés financiers. Le 11, le président du gouvernement espagnol Mariano Rajoy annonce un plan d'austérité supplémentaire de 65 milliards  […] Lire la suite

20 juin 2012
Espagne. Légalisation de la formation indépendantiste basque Sortu.

Le Tribunal constitutionnel légalise le parti indépendantiste basque Sortu, issu de Batasuna, l'ancienne vitrine politique d'E.T.A. interdite en mars 2003. Cette légalisation avait encore été refusée en mars 2011. E.T.A. a annoncé en octobre 2011 « l'arrêt définitif de son activité armée ».  […] Lire la suite

5-13 juin 2012
Espagne – Union européenne. Offre d'assistance financière au profit du secteur bancaire.

Le 5, alors que Madrid doit emprunter 3 milliards d'euros à moyen et à long terme sur les marchés, le ministre espagnol du Budget Cristóbal Montoro déclare que le taux élevé des emprunts à dix ans – estimé à 6,4 p. 100 – ferme le marché de la dette à son pays. Le 7, l'agence de notation Fitch abaisse de trois crans, de A à BBB, la note de l'Espagne, en raison du « coût budgétaire d'une restructura […] Lire la suite

9-31 mai 2012
Espagne. Dégradation de la situation du secteur bancaire.

Le 9, alors que les doutes sur la santé du secteur bancaire espagnol font baisser les marchés boursiers, le gouvernement de Mariano Rajoy annonce la privatisation partielle de Bankia, la quatrième banque du pays en volume d'actifs. Le 11, le gouvernement adopte une nouvelle réforme visant à assainir le secteur bancaire – la quatrième depuis le début de la crise. Celui-ci détient 184 milliards d'eu […] Lire la suite

2-29 mars 2012
Espagne – Union européenne. Renégociation du déficit budgétaire espagnol dans un climat social tendu.

Le 2, le président du gouvernement espagnol Mariano Rajoy, qui prévoit une contraction du P.I.B. de son pays de 1,7 p. 100 dans l'année, annonce un déficit budgétaire pour 2012 de 5,8 p. 100 du P.I.B. au lieu des 4,4 p. 100 que Madrid s'était engagé à ne pas dépasser. Le 12, les ministres des Finances de la zone euro autorisent l'Espagne à ramener son déficit budgétaire à 5,3 p. 100 du P.I.B. en 2 […] Lire la suite

14 février 2012
Union européenne. Dégradation de la note de six États de la zone euro.

L'agence de notation Moody's dégrade les notes de l'Italie, de l'Espagne, du Portugal, de la Slovénie, de la Slovaquie et de Malte. En revanche, elle maintient la note AAA de la France, tout en l'assortissant d'une perspective négative.  […] Lire la suite

9-27 février 2012
Espagne. Condamnation du juge Baltasar Garzón.

Le 9, le Tribunal suprême de Madrid condamne le juge Baltasar Garzón à onze ans d'interdiction d'exercer pour avoir ordonné des « écoutes illégales » dans le cadre d'une enquête engagée en février 2009 sur un réseau de corruption impliquant des élus du Parti populaire, aujourd'hui au pouvoir. Le 27, ce même Tribunal acquitte le juge Garzón de l'accusation de prévarication portée contre lui pour av […] Lire la suite

13-30 janvier 2012
Union européenne. Dégradation de la note de neuf États de la zone euro.

Le 13, l'agence de notation Standard & Poor's dégrade la note de neuf États de la zone euro. La France et l'Autriche passent de AAA à AA+; la Slovénie de AA– à A+; l'Espagne de AA– à A; la Slovaquie de A+ à A; Malte de A à A–; l'Italie de A à BBB+; Chypre de BBB à BB+; le Portugal de BBB– à BB.Le 16, l'agence abaisse, en conséquence, la note du Fonds européen de stabilité financière (F.E.S.F.) de  […] Lire la suite

2011

20 novembre 2011
Espagne. Victoire du Parti populaire aux élections législatives.

Le Parti populaire de Mariano Rajoy enregistre une victoire historique aux élections législatives anticipées en remportant la majorité absolue au Congrès des députés avec 44,6 p. 100 des suffrages et 186 sièges sur 350. Victime des effets de la crise et tenu pour responsable de la politique de rigueur instaurée par le gouvernement de José Luis Rodríguez Zapatero à partir de mai 2010, le Parti soci […] Lire la suite

17-22 octobre 2011
Espagne. Annonce par l'E.T.A. de l'arrêt définitif de la lutte armée.

Le 17 se tient à Saint-Sébastien une « conférence internationale pour promouvoir la résolution du conflit au Pays basque », qui réunit des personnalités ayant une expérience dans les processus de paix – tel l'ancien secrétaire général de l'O.N.U. Kofi Annan –, mais sans la présence du gouvernement espagnol. Les participants adoptent une résolution demandant à l'organisation séparatiste armée basqu […] Lire la suite

4-17 octobre 2011
Union européenne. Dégradation des notes des dettes souveraines de plusieurs pays européens.

Le 4, l'agence de notation Moody's abaisse de AA2 à A2 la note de la dette souveraine italienne. Le 7, l'agence de notation Fitch abaisse la note de la dette espagnole de AA+ à AA–. Le 14, l'agence Standard & Poor's ramène son estimation de la dette espagnole de AA à AA–. Le 17, l'agence Moody's annonce son intention de placer sous surveillance pendant trois mois la note de la dette française, ava […] Lire la suite

18-21 août 2011
Vatican – Espagne. Visite du pape Benoît XVI aux Journées mondiales de la jeunesse à Madrid.

Du 18 au 21, le pape Benoît XVI se rend dans la capitale espagnole où se déroulent, depuis le 15, les vingt-sixièmes Journées mondiales de la jeunesse. Il célèbre la messe de clôture de la manifestation sur l'aérodrome de Cuatro Vientos, au sud-ouest de Madrid, devant un million et demi de jeunes fidèles. Benoît XVI défend le rôle de la foi face à « une culture relativiste dominante », met en gard […] Lire la suite

8-27 août 2011
Union européenne. Tension sur les marchés financiers et plans d'austérité des gouvernements.

Le 8, alors que les valeurs boursières continuent de chuter et que la pression des marchés financiers sur l'Espagne et l'Italie s'accentue, le président de la Banque centrale européenne (B.C.E.) Jean-Claude Trichet annonce que celle-ci interviendra pour racheter de la dette espagnole et italienne sous forme d'obligations d'État. Cette décision fait suite à l'engagement pris par Madrid et Rome d'ad […] Lire la suite

15-22 mai 2011
Espagne. Mouvement de protestation et défaite des socialistes aux élections locales.

Le 15, des dizaines de milliers de personnes, mobilisées par le biais d'Internet et des réseaux sociaux, se rassemblent dans une cinquantaine de villes pour protester contre les effets de la crise économique et réclamer « Une vraie démocratie maintenant » – du nom de la plate-forme créée par des internautes en février. À l'issue de la manifestation à Madrid, quelques centaines de personnes install […] Lire la suite

6-22 mai 2011
Espagne. Participation d'une coalition basque radicale aux élections municipales.

Le 6, la Cour constitutionnelle autorise la nouvelle coalition basque Bildu à participer aux élections municipales, prévues le 22 mai, au Pays basque et en Navarre. Créée en avril pour remplacer l'alliance Sortu, jugée illégale en mars, Bildu regroupe les candidats de deux partis indépendantistes qui rejettent la violence, ainsi que des candidats sans étiquette. Les indépendantistes basques radica […] Lire la suite

9 février 2011
Espagne. Nouvel échec dans la formation d'un parti indépendantiste basque.

La gauche « patriote », dont Batasuna était l'expression politique jusqu'à son interdiction en mars 2003, dépose auprès du ministère de l'Intérieur les statuts d'un nouveau parti, Sortu (« naître », en basque), en vue de participer aux élections locales du 22 mai. Ses précédentes tentatives en ce sens avaient échoué en raison de son refus de condamner la violence. Ses promoteurs déclarent aujourd' […] Lire la suite

10 janvier 2011
Espagne. Annonce d'un « cessez-le-feu permanent » par l'E.T.A.

L'organisation séparatiste basque E.T.A. décrète un « cessez-le-feu permanent et de caractère général, qui peut être vérifié par la communauté internationale ». En septembre 2010, l'E.T.A. avait annoncé une trêve des « actions armées offensives ». Cette initiative répond à la volonté de sa branche politique, Batasuna, interdite depuis mars 2003 en raison de ses liens avec l'E.T.A., d'obtenir le dr […] Lire la suite

2010

29 novembre 2010
Royaume-Uni – Espagne. Fusion entre les compagnies aériennes British Airways et Iberia.

Les actionnaires des compagnies aériennes britannique British Airways et espagnole Iberia donnent leur accord à la fusion de celles-ci. Le capital de la nouvelle entité, baptisée International Airlines Group, appartiendra pour 55 p. 100 aux actionnaires de British Airways et pour 45 p. 100 à ceux d'Iberia. Celle-ci se situera au troisième rang européen en matière de chiffre d'affaires – 14 milliar […] Lire la suite

28 novembre 2010
Espagne. Victoire électorale de l'opposition de centre droit en Catalogne.

Les nationalistes de centre droit de Convergència i Unió remportent les élections provinciales en Catalogne, battant les socialistes qui dirigeaient la région depuis novembre 2003 à la tête d'une coalition de gauche. Le Parti populaire (centre droit) progresse fortement, arrivant en troisième position. Il s'agit du premier test électoral pour le gouvernement socialiste depuis l'adoption du plan d' […] Lire la suite

6-7 novembre 2010
Vatican – Espagne. Visite du pape Benoît XVI en Espagne.

Le 6, faisant étape à Saint-Jacques-de-Compostelle au premier jour de sa visite, le pape Benoît XVI évoque l'époque des pèlerinages et appelle à ce que « cette foi retrouve une nouvelle vigueur sur ce continent ». Le 7, à Barcelone, le pape consacre la Sagrada Familia, l'œuvre d'Antonio Gaudí, qui est élevée au rang de basilique. Alors que sur son parcours des homosexuels le traitent de « pédophil […] Lire la suite

29 septembre 2010
Espagne. Journée de grève générale.

Les principaux syndicats appellent à une journée de grève générale, la première depuis l'arrivée au pouvoir du Premier ministre socialiste José Luis Rodríguez Zapatero en avril 2004. Ils protestent contre la réforme du marché du travail, la baisse des salaires des fonctionnaires, le gel des pensions de retraite et le projet de recul de l'âge de départ à la retraite.  […] Lire la suite

5-18 septembre 2010
Espagne. Annonce d'une trêve de l'E.T.A.

Le 5, l'organisation séparatiste basque E.T.A. annonce une trêve des «actions armées offensives» – son dernier attentat remonte à août 2009. Elle répond ainsi en partie au souhait de son aile politique, la gauche abertzale ou «patriote» – notamment le parti Batasuna, interdit depuis mars 2003 en raison de son soutien à l'E.T.A. et de son refus de condamner la violence –, qui so […] Lire la suite

23 août 2010
Espagne. Libération de deux otages d'A.Q.M.I. enlevés en Mauritanie.

Les deux otages retenus prisonniers au Mali et libérés par l'organisation Al-Qaida au Maghreb islamique (A.Q.M.I.) arrivent à Barcelone. Membres de l'organisation humanitaire Accio Solidaria, Albert Vilalta et Roque Pascual avaient été enlevés en Mauritanie en novembre 2009 avec une collègue, Alicia Gomez, relâchée en mars. Leur libération a été précédée de celle – exigée par A.Q.M.I. – de leur ra […] Lire la suite

14 mai 2010
Espagne. Suspension du juge Baltasar Garzón.

Le Conseil général du pouvoir judiciaire suspend de façon « préventive » le juge Baltasar Garzón de ses fonctions auprès de l'Audience nationale, la plus haute instance pénale du pays. Le magistrat est accusé d'abus de pouvoir par le Tribunal suprême pour avoir ouvert, en octobre 2008, une procédure pénale relative aux disparus, victimes des crimes commis par les franquistes pendant la guerre civi […] Lire la suite

2009

13 décembre 2009
Espagne. Organisation de référendums citoyens pour l'indépendance catalane.

Les nationalistes catalans organisent dans plusieurs communes des référendums citoyens – sans valeur juridique – afin de savoir si la population de la région est « favorable à ce que la Catalogne soit un État souverain, social et démocratique, intégré dans l'Union européenne ». Le taux de participation est d'environ 30 p. 100 et le oui l'emporte à près de 90 p. 100. Cette consultation populaire, q […] Lire la suite

29 juillet-9 août 2009
Espagne. Attentats de l'E.T.A. dans le cadre de son cinquantenaire.

Le 29, une voiture piégée, garée près d'une caserne de la Garde civile de Burgos (Castille), explose, faisant soixante-quatre blessés légers et ravageant la façade du bâtiment. Le gouvernement attribue cet attentat à l'organisation séparatiste basque E.T.A.Le 30, un attentat de l'E.T.A. tue deux gardes civils et fait plusieurs blessés dans la station balnéaire de Palmanova, sur l'île de Majorque,  […] Lire la suite

1er mars-5 mai 2009
Espagne. Élections régionales en Galice et au Pays basque.

Le 1er, lors des scrutins régionaux en Galice et au Pays basque, les socialistes, à la tête du gouvernement espagnol, pâtissent de la crise économique. Ils subissent un net revers en Galice, qu'ils gouvernaient depuis 2005 grâce à une alliance avec le parti régionaliste Bloc nationaliste galicien, au profit du Parti populaire (P.P.) qui remporte la majorité absolue avec 39 s […] Lire la suite

2008

5-17 novembre 2008
France – Espagne. Arrestation du chef militaire d'E.T.A.

Le 5, l'organisation séparatiste basque E.T.A. revendique une série de dix attentats, dont un mortel, commis au cours des derniers mois en Espagne. Le 17, la police française arrête, près de Cauterets (Hautes-Pyrénées), Miguel de Garikoitz Aspiazu Rubina, dit « Txeroki », considéré comme le chef militaire de l'organisation séparatiste basque E.T.A. Celui-ci était activement recherché pour sa parti […] Lire la suite

3-28 novembre 2008
Crise économique mondiale. Plans de relance.

Le 3, la Commission européenne publie des prévisions de croissance en baisse: ramenées à 1,2 p. 100 au titre de 2008 pour la zone euro comme pour l'ensemble des pays de l'U.E. les augmentations du produit intérieur brut (P.I.B.) devraient être respectivement de 0,1 p. 100 et 0,2 p. 100 en 2009. Le 5, le gouvernement allemand adopte un plan de relance de 31 milliards d'euros sur deux ans. Celui-ci  […] Lire la suite

16-22 septembre 2008
Espagne. Interdiction de formations basques et attentat de l'E.T.A.

Le 16, le Tribunal suprême déclare illégal le parti séparatiste de l'Action nationaliste basque (Acción Nacionalista Vasca, A.N.V.), considéré, en raison de sa proximité avec l'E.T.A., comme un avatar de Batasuna, la vitrine politique de l'organisation armée, interdit en mars 2003. Le 18, le Tribunal suprême déclare également illégal, pour les mêmes raisons que l'A.N.V., le Parti communiste des te […] Lire la suite

3-31 juillet 2008
Chypre – Pays-Bas – Belgique – Espagne – Italie – Union européenne. Ratifications nationales du traité de Lisbonne.

Le 3, à Chypre, le Parlement autorise la ratification du traité de Lisbonne sur la réforme des institutions européennes par 31 voix contre 17.Le 5, aux Pays-Bas, la Chambre des députés fait de même par 111 voix contre 39, suivie par le Sénat le 8.Le 10, la Belgique achève le processus de ratification du traité de Lisbonne après le vote favorable des deux chambres du Parlement fédéral – la Chambre  […] Lire la suite

14-20 mai 2008
Espagne. Arrestation du numéro un présumé de l'E.T.A.

Le 14, un attentat contre une caserne à Legutiano (Villarreal de Álava), dans la province basque d'Álava, cause la mort d'un garde civil. Le 20, la police française et la garde civile espagnole arrêtent à Bordeaux Francisco Javier Lopez Peña, dit « Thierry », considéré par Madrid comme le numéro un de l'organisation séparatiste basque armée E.T.A., ainsi que trois autres terroristes présumés. « Th […] Lire la suite

24 avril 2008
France – Espagne. Cession d'Éditis à l'espagnol Planeta.

Le 24, le fonds d'investissement Wendel annonce l'ouverture de négociations exclusives avec Planeta, premier éditeur en langue espagnole, en vue de la cession d'Éditis, qui comprend notamment Nathan, Bordas, Le Robert, Robert Laffont, Plon. Cet achat du numéro deux français de l'édition, pour un coût un peu supérieur à 1 milliard d'euros, doit permettre à Planeta de devenir le huitième éditeur mon […] Lire la suite

7-9 mars 2008
Espagne. Victoire socialiste aux élections législatives.

Le 7, un ancien conseiller municipal socialiste Isaias Carrasco est tué par balles à Mondragón, au Pays basque espagnol. Les enquêteurs soupçonnent l'organisation séparatiste basque E.T.A. d'être responsable de cet assassinat. Les autorités décident la clôture immédiate de la campagne en vue des élections législatives. L'ensemble des forces politiques et des partenaires sociaux signent une déclara […] Lire la suite

2007

1er-14 décembre 2007
Espagne – France. Deux policiers espagnols tués par l'E.T.A.

Le 1er, à Capbreton (Landes), un garde civil espagnol est tué et un autre mortellement blessé par trois membres présumés de l'E.T.A. Les deux policiers effectuaient une mission de surveillance de l'organisation séparatiste basque armée, en collaboration avec les Renseignements généraux français.Le 5, deux des meurtriers présumés sont arrêtés en Lozère. Le 14, l'E.T.A. revend […] Lire la suite

31 octobre 2007
Espagne. Jugement des auteurs des attentats islamistes de mars 2004 à Madrid.

L'Audience nationale condamne vingt et un des vingt-neuf accusés dans le cadre du procès des attentats perpétrés en mars 2004 à Madrid et revendiqués par Al-Qaida. Deux auteurs matériels des attentats et un complice sont notamment condamnés à des peines plafonnées à quarante ans de prison. L'un des instigateurs présumés des attentats, Rabei Osman Al-Sayed, dit « Mohamed l'Égyptien », est relaxé. S […] Lire la suite

28-31 octobre 2007
Espagne. Retour mémoriel sur la guerre civile.

Le 28 a lieu au Vatican la plus grande cérémonie de béatification collective de l'histoire de l'Église catholique; elle concerne quatre cent quatre-vingt-dix-huit religieux espagnols « martyrs » de la guerre civile et tués par « haine de la foi » en 1936 et 1937. Le 31, le Parlement espagnol adopte le projet de loi « sur la mémoire historique », qui établit une reconnaissance publique de la mémoir […] Lire la suite

24 août 2007
Espagne. Reprise des attentats de l'E.T.A.

Une camionnette piégée explose devant une caserne de la Guardia Civil à Durango, au Pays basque. Il s'agit du premier attentat perpétré par l'organisation séparatiste basque E.T.A. depuis l'annonce faite par celle-ci, en juin, de la fin de la trêve qu'elle observait depuis mars 2006. Depuis juin, trois tentatives d'attentats ont été déjouées et dix-huit membres d'E.T.A. ont été arrêtés en Espagne  […] Lire la suite

5-11 juin 2007
Espagne. Fin de la trêve de l'E.T.A.

Le 5, l'organisation séparatiste basque E.T.A. déclare dans un communiqué qu'elle met fin au « cessez-le-feu permanent » décrété en mars 2006, les « conditions minimales » n'étant pas, selon elle, remplies pour poursuivre un processus de négociation. Le processus, engagé à la suite de l'annonce de la trêve par l'E.T.A., avait été rompu par le gouvernement après l'attentat meurtrier de décembre 200 […] Lire la suite

10 mars 2007
Espagne. Manifestation contre l'aménagement de la peine d'un détenu membre de l'E.T.A.

À Madrid, des centaines de milliers de personnes manifestent à l'appel du Parti populaire à la tête duquel Mariano Rajoy a succédé à José María Aznar après les élections perdues de 2004. Elles dénoncent la décision du gouvernement socialiste d'autoriser, le 1er, le placement sous un régime de détention à domicile d'Iñaki de Juana Chaos, membre de l'E.T.A. condamné pour une v […] Lire la suite

2006

20-30 décembre 2006
Espagne. Rupture de la trêve par l'E.T.A.

Le 20, deux quotidiens basques annoncent qu'une première rencontre entre des membres du gouvernement espagnol et de l'organisation séparatiste E.T.A. s'est tenue le 14 dans un pays européen. L'information n'est pas démentie par Madrid. L'E.T.A., suspendant son activité terroriste, a annoncé en mars un « cessez-le-feu permanent ». Le dialogue, dont le gouvernement avait annoncé l'ouverture en juin, […] Lire la suite

1er-28 novembre 2006
Espagne. Reconduction de la coalition de gauche à la tête de la Catalogne.

Le 1er, en Catalogne, se déroulent des élections législatives anticipées, à la suite de l'éclatement de la coalition tripartite au pouvoir à Barcelone. La crise avait été causée par un désaccord sur le nouveau statut de la Généralité adopté en juin, les indépendantistes de gauche d'Esquerra Republicana de Catalunya souhaitant que la mention d'une « nation catalane » apparais […] Lire la suite

8-9 juillet 2006
Vatican – Espagne. Visite de Benoît XVI en Espagne.

Les 8 et 9, le pape Benoît XVI se rend à Valence à l'occasion de la clôture de la Rencontre mondiale des familles catholiques. Il déplore la « sécularisation rapide » de l'Espagne et défend les valeurs de la famille et du mariage dans un pays où des législations récentes – légalisation du mariage homosexuel, libéralisation du divorce et de l'interruption volontaire de grossesse, autorisation des r […] Lire la suite

29 juin 2006
Espagne. Annonce de l'ouverture officielle d'un dialogue avec l'E.T.A.

Le Premier ministre José Luis Rodríguez Zapatero annonce que son gouvernement « va ouvrir un dialogue avec l'E.T.A. », comme le Parlement lui en avait donné l'autorisation en mai 2005. L'organisation séparatiste armée basque respecte le « cessez-le-feu permanent » qu'elle a proclamé en mars. Le dernier attentat mortel de l'E.T.A., responsable de quelque huit cents assassinats depuis 1968, remonte  […] Lire la suite

11 avril 2006
Espagne. Inculpation des responsables des attentats de Madrid.

Au terme de deux ans d'enquête, la justice inculpe vingt-neuf personnes – vingt Marocains et neuf Espagnols – dans le dossier des attentats islamistes de mars 2004 à Madrid. Ceux-ci auraient été perpétrés à moindre coût par un groupe local formé en Espagne, proche du Groupe islamique combattant marocain déjà responsable des attentats de Casablanca en mai 2003. Leurs auteurs auraient été inspirés p […] Lire la suite

22 mars 2006
Espagne. Annonce par l'E.T.A. d'un « cessez-le-feu permanent ».

Le 22, l'organisation séparatiste basque E.T.A. annonce un « cessez-le-feu permanent » en vue de « lancer un processus démocratique ». Le communiqué propose d'« édifier un nouveau cadre au sein duquel soient reconnus les droits qui nous reviennent en tant que peuple », ajoutant qu'« à la fin de ce processus, les citoyens basques doivent avoir la parole et le pouvoir de décision sur leur avenir ».  […] Lire la suite

22 janvier 2006
Espagne. Accord sur la réforme du statut de la Catalogne.

Le gouvernement et la plupart des partis de la généralité de Catalogne parviennent à un accord au sujet de la réforme du statut de la région autonome adopté en 1979. Deux des points du projet voté par le Parlement catalan en septembre 2005 faisaient l'objet d'une controverse avec Madrid. D'une part, le texte affirmait que les Catalans forment une « nation », terme que la Constitution réserve à l'e […] Lire la suite

2005

5 octobre 2005
Espagne. Compétence de la justice espagnole en matière de crimes contre l'humanité.

Le Tribunal constitutionnel de Madrid confirme la validité du principe de compétence universelle qui permet aux États de poursuivre les auteurs de crimes contre l'humanité, quelles que soient leur nationalité et celle de leurs victimes. Statuant en mars 2003 sur une plainte concernant de présumés crimes contre l'humanité commis au Guatemala entre 1978 et 1986, déposée en décembre 1999 devant la ju […] Lire la suite

27-29 septembre 2005
Maroc – Espagne. Tentatives d'immigration africaine dans les enclaves espagnoles au Maroc.

Le 27, environ mille cinq cents candidats africains à l'immigration tentent, en deux vagues, de franchir en force la clôture séparant le Maroc de l'enclave espagnole de Melilla. Quelque trois cents d'entre eux y parviennent. Il s'agit du neuvième assaut collectif en un mois.Le 29, cinq clandestins sont tués – dont deux par balle – lors d'une tentative d'infiltration de cinq cents immigrés environ  […] Lire la suite

30 juin 2005
Espagne. Adoption de la loi autorisant le mariage homosexuel.

Le Parlement adopte définitivement le projet de loi autorisant le mariage entre personnes de même sexe et l'adoption d'enfants par des couples homosexuels. L'Espagne est le quatrième pays à légaliser le mariage homosexuel après les Pays-Bas, la Belgique et le Canada. La Belgique n'a pas légalisé l'adoption par des homosexuels. […] Lire la suite

4-18 juin 2005
Espagne. Manifestation contre l'ouverture de discussions avec l'E.T.A.

Le 4, à Madrid, quelque six cent mille personnes manifestent à l'appel de l'Association des victimes du terrorisme pour s'opposer à l'ouverture de négociations avec l'organisation séparatiste basque armée E.T.A. Le gouvernement socialiste nie tout contact avec l'organisation séparatiste. Le 17 mai, le Congrès des députés avait adopté une résolution – que seul le Parti populaire, opposition de droi […] Lire la suite

7 mai 2005
Espagne. Achèvement du processus de demandes de régularisation massive d'immigrés clandestins.

Le délai pour le dépôt des dossiers de régularisation par les immigrés clandestins s'achève. En trois mois, quelque 565 000 demandes ont été déposées dans le cadre d'un processus extraordinaire engagé par le gouvernement socialiste pour « faire affleurer l'économie souterraine ». Les candidats devaient réunir un certificat de domiciliation en Espagne, un extrait de casier judiciaire vierge de leur […] Lire la suite

19 avril 2005
Espagne – Argentine. Condamnation en Espagne d'un militaire argentin pour crimes contre l'humanité.

L'Audience nationale, la plus haute instance pénale espagnole, condamne l'ancien capitaine de corvette argentin Adolfo Scilingo à six cent quarante années de prison pour crimes contre l'humanité, détentions arbitraires et tortures. Il est le premier militaire argentin jugé contradictoirement à l'étranger pour des crimes commis sous la dictature, entre 1976 et 1983. Quelque cinq mille personnes sur […] Lire la suite

17 avril 2005
Espagne. Élections régionales au Pays basque.

Le 17, la coalition nationaliste modérée au pouvoir, formée du Parti nationaliste basque et d'Eusko Alkartasuna, arrive en tête lors des élections régionales au Pays basque, avec 29 sièges sur 75 (— 4 sièges par rapport au scrutin de mai 2001). Son allié Ezker Batua, proche des communistes, conserve ses 3 sièges. Le Parti socialiste basque devient la deuxième formation de la région avec 18 députés […] Lire la suite

1er-20 février 2005
Slovénie – Espagne – Union européenne. Ratification du projet de traité constitutionnel par la Slovénie et l'Espagne.

Le 1er, le Parlement slovène ratifie le projet de traité constitutionnel européen. La Slovénie est le troisième pays à ratifier le texte par voie parlementaire après la Lituanie et la Hongrie, respectivement en novembre et décembre 2004.Le 20, les Espagnols approuvent par référendum consultatif le projet de traité constitutionnel européen par 76,7 p. 100 des voix. Le taux de […] Lire la suite

1er février 2005
Espagne. Rejet du « plan Ibarretxe » pour le Pays basque.

Le Congrès des députés rejette massivement le plan de « libre association du Pays basque à l'État espagnol », auquel le Parti socialiste, au pouvoir, comme le Parti populaire, dans l'opposition, sont hostiles. Cette proposition de nouveau statut politique, présentée par le président du gouvernement régional Juan José Ibarretxe, qui aurait instauré une quasi-indépendance de la province, avait été a […] Lire la suite

2004

14 novembre 2004
Espagne. Appel de Batasuna au « dialogue politique ».

La formation indépendantiste radicale basque Batasuna, qui est interdite en Espagne en raison de ses liens avec l'organisation terroriste E.T.A., appelle à « ouvrir une voie politique et démocratique, et [à] fermer une page de vingt-cinq ans dans l'histoire récente du Pays basque ». Batasuna prône l'abandon de « la confrontation politique et armée », et l'engagement d'un processus de paix avec les […] Lire la suite

26 octobre 2004
Espagne. Régularisation de travailleurs clandestins.

Le gouvernement signe avec l'organisation patronale et les deux principaux syndicats du pays un accord qui vise à régulariser au début de 2005 la situation de centaines de milliers de travailleurs étrangers clandestins entrés dans le pays avant juin 2004. « C'est la première fois, commente le ministre de Travail, Jesus Caldera, qu'un processus de légalisation se fait strictement sur la situation d […] Lire la suite

7-17 avril 2004
Espagne. Investiture de José Luis Rodriguez Zapatero à la présidence du gouvernement.

Le 7, le roi Juan Carlos propose le socialiste José Luis Rodriguez Zapatero, dont le parti a remporté les élections législatives de mars, comme président du gouvernement.Le 15, José Luis Rodriguez Zapatero présente son programme de gouvernement, dans lequel la lutte contre le terrorisme occupe une place prioritaire. Il insiste sur l'« engagement européen » de l'Espagne et confirme que les soldats  […] Lire la suite

1er-3 avril 2004
Espagne. Élimination de terroristes responsables des attentats de mars.

Le 1er, le juge espagnol chargé de l'enquête sur les attentats perpétrés à Madrid en mars lance un mandat d'arrêt à l'encontre de Serhane Ben Abdelmajid Fakhet, responsable présumé de l'opération. Ce Tunisien aurait reçu l'aide d'une cellule du Groupe islamique combattant marocain (G.I.C.M.), qui est soupçonné d'avoir organisé les attentats de Casablanca en mai 2003. Le G.I. […] Lire la suite

11-24 mars 2004
Espagne. Attentats meurtriers à Madrid et défaite de José María Aznar aux législatives.

Le 11, à Madrid, à trois jours des élections législatives, l'explosion simultanée de dix bombes, dont sept frappent deux trains de passagers dans la gare centrale d'Atocha et trois autres visent deux gares de banlieue, fait cent quatre-vingt-onze morts et quelque mille cinq cents blessés. La police localise et fait exploser trois autres bombes. La plupart des responsables politiques imputent aux s […] Lire la suite

2003

14-16 décembre 2003
Espagne. Alternance en Catalogne.

Le 14, le Parti socialiste catalan (P.S.C.), Esquerra Republicana de Catalunya (E.R.C., indépendantistes de gauche) et Initiative pour une Catalogne verte (I.C.V., communistes réformateurs et Verts) concluent un accord de gouvernement, un mois après les élections régionales. Convergence et Union (nationalistes modérés) de Jordi Pujol dirigeait le gouvernement catalan depuis 1980.Le 16, Pasqual Mar […] Lire la suite

16 novembre 2003
Espagne. Élections législatives en Catalogne.

Le 16, Convergences et Union, le parti nationaliste conservateur d'Artur Mas, successeur de Jordi Pujol, arrive en tête aux élections régionales en Catalogne, malgré la perte de 10 sièges par rapport aux précédentes élections, avec 46 sièges sur 135. Il est talonné par le Parti socialiste catalan de Pasquel Maragall, qui obtient 42 élus, perdant également 10 sièges. La formation indépendantiste, r […] Lire la suite

3-25 mai 2003
Espagne. Élections locales.

Le 3, le Tribunal suprême espagnol, saisi par le gouvernement, annule la quasi-totalité des listes présentées par le nouveau parti Autodeterminaziorako Bilgunea au Pays basque et en Navarre en vue des élections locales. Ces listes sont considérées comme des émanations de Batasuna, le parti indépendantiste basque radical, vitrine politique de l'E.T.A., interdit en mars.Le 25, les résultats des élec […] Lire la suite

3-4 mai 2003
Vatican – Espagne. Visite du pape Jean-Paul II en Espagne.

Les 3 et 4, le pape Jean-Paul II effectue, à Madrid, sa cinquième visite en Espagne. Devant 600 000 jeunes venus l'écouter, il déclare que « la spirale de la violence, du terrorisme et de la guerre provoque la haine et la mort » et dénonce « toute forme de nationalisme exacerbé », allusion aux groupes extrémistes basques. Lors de la cérémonie de canonisation de cinq religieux fondateurs de congrég […] Lire la suite

17 mars 2003
Espagne. Dissolution de Batasuna.

Le Tribunal suprême prononce à l'unanimité la dissolution de la coalition indépendantiste basque Batasuna, considérée comme la vitrine politique de l'E.T.A. En août 2002, le Congrès des députés avait demandé l'interdiction de cette formation qui n'avait pas condamné un attentat meurtrier perpétré, au début du mois, par l'organisation armée clandestine. Ayant ainsi fait preuve de son « soutien acti […] Lire la suite

2002

1er-14 décembre 2002
Espagne. Conséquences de la marée noire du « Prestige ».

Le 1er, quelque 200 000 personnes manifestent, à Saint-Jacques-de-Compostelle, contre la volonté du gouvernement de minimiser la gravité de la marée noire causée par le naufrage du pétrolier le Prestige, en novembre, ainsi que pour protester contre l'inorganisation des secours et le manque d'informations.Le 2, le roi Juan Carlos se rend en Galice.Le 3, la […] Lire la suite

13-26 novembre 2002
Espagne. Marée noire après le naufrage du « Prestige ».

Le 13, l'équipage du pétrolier le Prestige, en difficulté au large de la Galice, est évacué, tandis que des remorqueurs tentent d'éloigner le navire des côtes. Battant pavillon des Bahamas et affrété par une société russe, le navire est la propriété d'un armateur grec. Il transporte 77 000 tonnes de fioul lourd de Lettonie vers l'Asie via Gibraltar. Construit en 1976, il n'est  […] Lire la suite

7 novembre 2002
Royaume-Uni – Espagne. Référendum illégal relatif à la co-souveraineté sur Gibraltar.

Le référendum organisé par le gouverneur de Gibraltar, Peter Caruana, sur le principe d'une co-souveraineté de Londres et Madrid sur la colonie britannique mobilise 88 p. 100 des électeurs et recueille 99 p. 100 d'avis défavorables. La consultation est considérée comme illégale tant par le Royaume-Uni que par l'Espagne. En juillet, le gouvernement britannique avait annoncé un accord dans le sens d […] Lire la suite

4-27 août 2002
Espagne. Suspension de la coalition indépendantiste basque Batasuna.

Le 4, l'explosion d'une voiture piégée stationnée près d'une caserne de la Guardia Civil, à Santa Pola, près d'Alicante, fait deux morts, dont une fillette. Attribué à l'E.T.A., cet attentat porte à trois morts le bilan humain des opérations de l'organisation séparatiste depuis le début de l'année, avec l'assassinat à Orio, au Pays basque, le 21 mars, d'un conseiller socialiste.Le 6, tandis que le […] Lire la suite

11-22 juillet 2002
Maroc – Espagne. Crise diplomatique consécutive à l'occupation de l'îlot du Persil.

Le 11, l'armée marocaine occupe l'îlot du Persil – îlot Leila pour Rabat –, proche de l'enclave espagnole de Ceuta, dans le cadre d'une « campagne de lutte anti-émigration clandestine ». Madrid exige le respect du statu quo qui exclut l'occupation de l'îlot par un des deux pays. De son côté, Rabat prétend que la souveraineté sur l'îlot est revenue au Maroc à la fin du protectorat espagnol sur le n […] Lire la suite

20 juin 2002
Espagne. Mouvement de grève générale.

La grève générale à laquelle appellent les principaux syndicats – les Commissions ouvrières (communiste) et l'Union générale des travailleurs (socialiste) – est très suivie. Il s'agit du premier mouvement de cette ampleur organisé depuis l'arrivée au pouvoir de José María Aznar, en 1996. Cette grève marque l'aboutissement d'une vague de protestations consécutive à l'adoption par décret-loi, en mai […] Lire la suite

2001

12-30 juillet 2001
Espagne. Entrée en fonctions du gouvernement basque et attentats de l'E.T.A.

Le 12, le nationaliste modéré Juan José Ibarretxe est réélu à la présidence du gouvernement de Vitoria, à la suite de la victoire du Parti nationaliste basque (P.N.V.) aux élections régionales, en mai. Le P.N.V. défend le principe de l'autodétermination en vue de l'octroi de la souveraineté au Pays basque. Le gouvernement ne disposera plus de l'appui d'Euskal Herritarrok, branche politique de l'E. […] Lire la suite

6-24 mai 2001
Espagne. Victoire des nationalistes basques modérés aux élections régionales.

Le 6, le responsable en Aragon du Parti populaire, au pouvoir, Manuel Gimenez Abad, est tué à Saragosse. Il s'agit du trentième attentat mortel attribué à l'E.T.A. depuis la rupture, en décembre 1999, de la trêve observée par l'organisation séparatiste basque.Le 7, près de 400 000 personnes manifestent, à Saragosse, contre le terrorisme.Le 13, les élections régionales au Pays basque sont marquées  […] Lire la suite

7-20 mars 2001
France – Espagne. Nouvelles actions de l'E.T.A.

Le 7, un commando de l'organisation séparatiste basque E.T.A. vole 1,6 tonne d'explosifs dans une entreprise de Veurey, près de Grenoble (Isère). Un de ses membres est arrêté au cours de sa fuite.Le 17, un attentat à la voiture piégée cause la mort d'un policier à Rosas, en Catalogne. Il s'agit de la vingt-septième victime de l'E.T.A. depuis la fin de la trêve, en décembre 1999. L'explosif utilisé […] Lire la suite

22 février 2001
Espagne – France. Arrestation du chef militaire présumé de l'E.T.A.

Le chef présumé de l'appareil militaire de l'E.T.A., Xavier Garcia Gaztelu, dit « Txapote », est arrêté à Anglet (Pyrénées-Atlantiques). Représentant de la nouvelle génération de l'E.T.A., il avait succédé à ce poste à Francisco Javier Arizcuren, arrêté en 1999.Le 22 également, un attentat dirigé contre un conseiller municipal socialiste, et attribué à l'organisation séparatiste basque, fait deux  […] Lire la suite

2000

11-18 décembre 2000
Espagne. Poursuite des actions violentes de l'E.T.A.

Le 11, les parents du footballeur français Bixente Lizarazu, qui habitent Hendaye (Pyrénées-Atlantiques), reçoivent un courrier menaçant de l'E.T.A. qui reproche au joueur basque de porter le maillot d'un « État ennemi » – la France – et qui exige de lui le versement d'une « aide financière ».Le 14, Francisco Cano, élu municipal de Viladecavalls, près de Barcelone, membre du Parti populaire, est a […] Lire la suite

21-23 novembre 2000
Espagne. Assassinat d'un ancien ministre socialiste.

Le 21, un ancien ministre socialiste et militant antifranquiste, Ernest Lluch, est assassiné par balles à Barcelone. Cet attentat attribué à l'E.T.A. intervient peu après l'extradition par la France d'un ancien dirigeant de l'organisation séparatiste, José Arregui Erostarbe « Fitipaldi ».Le 23, quelque 900 000 personnes manifestent, dans la capitale catalane, contre les violences perpétrées par l' […] Lire la suite

9-30 octobre 2000
Espagne. Poursuite des attentats de l'E.T.A.

Le 9, le procureur du tribunal supérieur de justice d'Andalousie, Luis Portero, est assassiné par balles à Grenade. L'attentat est attribué à l'E.T.A. L'organisation indépendantiste basque prouve ainsi qu'elle est encore capable de frapper malgré les arrestations opérées dans ses rangs en septembre. Un précédent « commando Andalousie » de l'E.T.A. avait été démantelé en 1998.Le […] Lire la suite

13-23 septembre 2000
Espagne – France. Coups portés contre l'E.T.A.

Le 13, la police espagnole interpelle vingt personnes appartenant à la structure politique de l'E.T.A., lors d'une opération menée au Pays basque, en Navarre et à Madrid.Le 14, un attentat attribué à l'E.T.A. vise, à San Sebastián, un ancien conseiller à la Justice du gouvernement basque, José Ramon Recalde, qui est gravement blessé.Le 15, à Bidart (Pyrénées-Atlantiques), la police française arrêt […] Lire la suite

7-29 août 2000
Espagne. Poursuite de la vague d'attentats de l'E.T.A.

Le 7, quatre membres de l'E.T.A. sont tués, à Bilbao, dans l'explosion de leur voiture qui contenait des armes et des explosifs. L'un d'eux, Francisco « Patxi » Rementeria, était le chef d'un commando particulièrement meurtrier.Le 8, un attentat à la voiture piégée cause la mort d'un entrepreneur basque connu pour ses prises de position en faveur d'une solution négociée au conflit opposant les sép […] Lire la suite

31 juillet-4 août 2000
Espagne. Régularisation des immigrés clandestins et nouvelle loi sur l'immigration.

Le 31 prend fin l'opération exceptionnelle de régularisation des immigrés clandestins prévue par une loi sur l'immigration adoptée en janvier sous la précédente législature, sous la pression de l'opposition socialiste. Près de 225 000 dossiers ont été déposés, quand les autorités en attendaient quelque 80 000. Plus de 84 p. 100 des dossiers traités ont déjà abouti à la régularisation du demandeur. […] Lire la suite

15-29 juillet 2000
Espagne. Nouvelle vague d'attentats de l'E.T.A.

Le 15, un conseiller municipal de Malaga (Andalousie), José Maria Martin Carpena, membre du Parti populaire au pouvoir, est tué par balles dans sa ville par un membre présumé de l'E.T.A. Il s'agit de la sixième victime du mouvement indépendantiste armé depuis la rupture de la trêve observée de septembre 1998 à novembre 1999.Le 29, un ancien gouverneur socialiste de la province basque de Guipuzcoa, […] Lire la suite

12 mars 2000
Espagne. Large victoire du Parti populaire aux élections législatives.

Le 12, le Parti populaire (P.P.) du Premier ministre José María Aznar remporte une victoire d'une ampleur inattendue aux élections législatives. Il obtient 44,54 p. 100 des suffrages et 183 sièges (+ 27 par rapport au précédent scrutin de mars 1996) sur 350. Aucun parti n'avait plus disposé de la majorité absolue au Congrès des députés depuis la victoire socialiste de 1982. Le P.P. élargit égaleme […] Lire la suite

22 février 2000
Espagne. Attentat de l'E.T.A. contre un dirigeant socialiste.

Le secrétaire général du Parti socialiste de la province d'Álava, au Pays basque, Fernando Buesa Blanco, est tué avec son garde du corps par l'explosion d'une voiture piégée, à Vitoria. Dans la soirée, des milliers d'habitants de Vitoria descendent dans la rue pour condamner la violence de l'E.T.A. Le Premier ministre José María Aznar dénonce les accords politiques passés entre les partis national […] Lire la suite

5-8 février 2000
Espagne. Émeutes raciales en Andalousie.

Le 5, le meurtre d'une jeune femme par un malade mental marocain à El Ejido, en Andalousie, provoque une flambée de violence raciste dirigée contre la communauté immigrée marocaine. Les membres de celle-ci, des travailleurs agricoles pour la plupart, souvent sans papiers, composent le quart des habitants de la ville. Trois jours d'émeutes, rassemblant quelques centaines de personnes qui mettent à  […] Lire la suite

15-23 janvier 2000
Espagne. Reprise des attentats par l'E.T.A.

Le 15, deux manifestations nationalistes regroupent quelque 100 000 personnes à Bilbao. La première, à l'appel des modérés du Parti nationaliste basque (P.N.V.), vise à obtenir de l'E.T.A. qu'elle ne recoure pas de nouveau à la violence, après la rupture, en décembre 1999, de la trêve observée depuis septembre 1998. La seconde, dirigée par Herri Batasuna (H.B.), vitrine politique de l'E.T.A., exig […] Lire la suite

1999

28 novembre 1999
Espagne. Annonce de la rupture de la trêve observée par l'E.T.A.

L'organisation séparatiste basque E.T.A., qui observait une trêve illimitée depuis septembre 1998, annonce sa « décision de réactiver l'utilisation de la lutte armée [...] à partir du 3 décembre ». Elle justifie son geste par l'attitude de la France et de l'Espagne qui « continuent leur domination, leur occupation et leurs attaques répressives ». L'E.T.A. évoque également la rupture d'un pacte sec […] Lire la suite

4-5 octobre 1999
France – Espagne. Visite d'État du président Jacques Chirac en Espagne.

Les 4 et 5, Jacques Chirac effectue la première visite d'État d'un président français en Espagne depuis 1913. Il estime que, sortant « d'un long temps de rendez-vous manqués », « les relations entre les deux pays n'ont jamais été aussi bonnes, chaleureuses et dénuées d'arrière-pensées ». Celles-ci s'illustrent notamment dans l'« exemplaire » coopération antiterroriste. Les dirigeants français et e […] Lire la suite

20 juillet 1999
Espagne. Libération des membres de la direction de Herri Batasuna.

Le Tribunal constitutionnel annule la condamnation à sept ans de prison prononcée en décembre 1997, pour « collaboration avec une organisation armée », à l'encontre des vingt-trois membres de la direction de la coalition séparatiste basque Herri Batasuna, branche politique de l'E.T.A. Ces derniers sont libérés le lendemain. Cette mesure s'inscrit dans le cadre du processus de paix au Pays basque i […] Lire la suite

1998

25 octobre-4 novembre 1998
Espagne. Élections au Pays basque.

Le 25, un peu plus d'un mois après l'annonce par l'E.T.A. d'une trêve illimitée se déroulent les élections au Parlement autonome des trois provinces basques, Alava, Biscaye et Guipuzcoa. Le Parti nationaliste basque demeure la première formation représentée, avec 27,9 p. 100 des suffrages. Mais le Parti populaire au pouvoir à Madrid crée la surprise en obtenant 20,1 p. 100 des voix, tout comme la  […] Lire la suite

12-17 septembre 1998
Espagne. Annonce par l'E.T.A. d'une trêve illimitée.

Le 12, à quelques semaines des élections au Parlement basque, Henri Batasuna, branche politique de l'E.T.A., et vingt-deux autres partis, syndicats ou collectifs nationalistes basques modérés signent, à Estella (Navarre-Nord), la déclaration de « Lizarra » dans laquelle ils appellent à un règlement négocié du conflit basque, accompagné d'une « absence permanente de toutes les expressions de violen […] Lire la suite

29 juillet-1er août 1998
Espagne. Deux anciens responsables socialistes condamnés dans l'affaire des G.A.L.

Le 29, le Tribunal suprême espagnol rend son arrêt dans l'affaire Segundo Marey, du nom du voyageur de commerce enlevé en décembre 1983 par les Groupes antiterroristes de libération (G.A.L.) qui l'avaient confondu avec un membre de l'E.T.A. Entre cette date et juillet 1987, cette organisation clandestine a commis vingt-huit assassinats, en France, dans les milieux séparatistes basques. Les enquête […] Lire la suite

25 juin 1998
Espagne. Nouvel assassinat d'un élu conservateur au Pays basque.

Un conseiller municipal de Rentería, au Pays basque, Manuel Zamarreno, membre du Parti populaire au pouvoir, est tué dans l'explosion d'un cyclomoteur piégé. L'attentat – le sixième perpétré contre un élu conservateur depuis juillet 1997 – est attribué à l'E.T.A. Il donne lieu à des manifestations de colère dans tout le pays. […] Lire la suite

6-9 mai 1998
Espagne. Nouveaux attentats de l'E.T.A.

Le 6, un conseiller municipal conservateur de Pampelune, Tomas Caballero, est assassiné par des membres présumés de l'E.T.A. En mars et encore au début du mois, plusieurs commandos de l'organisation séparatiste basque avaient été démantelés. Cette poursuite des attentats malgré les succès de la police traduit l'impuissance du gouvernement, qui refuse d'engager des négociations avec l'E.T.A. tant q […] Lire la suite

9-31 janvier 1998
Espagne. Nouveaux attentats contre des élus du Parti populaire.

Le 9, un conseiller municipal de Zarauz, au Pays basque, membre du Parti populaire (P.P.), José Ignacio Iruretagoyena, est tué dans un attentat à la voiture piégée attribué à l'E.T.A. Il est le troisième conseiller municipal du parti au pouvoir à être victime du terrorisme basque depuis juillet 1997. Le soir même, de nombreuses manifestations dénoncent, à travers toute l'Espagne, la violence terro […] Lire la suite

1997

1er-13 décembre 1997
Espagne. Condamnation des dirigeants de Herri Batasuna.

Le 1er, la Cour suprême condamne à sept ans de prison chacun des vingt-trois dirigeants de la coalition séparatiste basque Herri Batasuna (H.B.), branche politique de l'E.T.A., pour « collaboration avec une organisation armée ». Ceux-ci sont reconnus coupables d'avoir voulu consacrer une partie du temps d'antenne qui leur était alloué, lors de la campagne électorale de mars  […] Lire la suite

10-27 juillet 1997
Espagne. Assassinat d'un otage par l'E.T.A.

Le 10, l'organisation séparatiste basque E.T.A. revendique l'enlèvement d'un conseiller municipal d'Ermua, en Biscaye, Miguel Angel Blanco Garrido, membre du Parti populaire au pouvoir. Elle exige le regroupement au Pays basque, avant le 12, des quelque six cents Basques détenus dans les prisons du royaume. Le 1er, la police avait retrouvé et libéré un gardien de prison, enl […] Lire la suite

1996

7 août 1996
Espagne. Inondation meurtrière dans un camping.

Une coulée de boue dévaste un camping à Biescas, dans les Pyrénées aragonaises, à la suite de fortes précipitations. Le bilan s'élève à quatre-vingt-quatre morts au moins. Tandis que les autorités affirment que l'établissement était réglementaire et que l'inondation était imprévisible, des organisations écologistes déclarent que le camping était situé dans une zone à risques. […] Lire la suite

4-10 mai 1996
Espagne. Investiture de José Maria Aznar à la présidence du gouvernement.

Le 4, le Congrès des députés investit José Maria Aznar au poste de président du gouvernement. Vainqueur des élections législatives de mars, mais avec seulement 156 sièges sur 351, le Parti populaire (P.P.) a conclu des alliances avec les nationalistes catalans de Convergence et Union (16 sièges), le Parti nationaliste basque (5 sièges) et la Coalition canarienne (4 sièges).Le 5, le nouveau préside […] Lire la suite

3 mars 1996
Espagne. Victoire du Parti populaire aux élections législatives.

Le Parti populaire (P.P.) de José Maria Aznar remporte les élections législatives, mais moins largement que prévu. Avec 38,85 p. 100 des suffrages et 156 députés (+ 15 par rapport au scrutin de juin 1993), il lui manque 20 élus pour obtenir la majorité absolue. Le Parti socialiste ouvrier espagnol de Felipe González, président du gouvernement depuis décembre 1982, résiste mieux que les sondages ne […] Lire la suite

6-21 février 1996
Espagne. Le terrorisme basque au centre de la campagne électorale.

Le 6, l'ancien avocat et ami personnel du président du gouvernement Felipe González, Fernando Mugica, ancien responsable régional du Parti socialiste ouvrier espagnol, est assassiné à Saint-Sébastien. Les attentats de l'E.T.A. contre des hommes politiques avaient commencé en janvier 1995, avec l'assassinat, dans cette même ville, du dirigeant basque du Parti populaire, Gregorio Ordóñez.Le 14, deux […] Lire la suite

1995

9-10 août 1995
France – Espagne. Arrestation d'un commando de l'E.T.A.

Les 9 et 10, les polices espagnole et française arrêtent onze personnes membres ou proches de l'organisation indépendantiste basque E.T.A. : sous le commandement de José Rego Vidal, elles projetaient un attentat visant le roi d'Espagne, Juan Carlos, sur son lieu de vacances, à Palma de Majorque. […] Lire la suite

17-28 juillet 1995
Espagne. Annonce d'élections anticipées.

Le 17, le comité de liaison de Convergence et union, la coalition catalane dirigée par Jordi Pujol, annonce le retrait de son soutien parlementaire systématique au Parti socialiste ouvrier espagnol du président du gouvernement Felipe González. Minoritaire depuis les élections législatives de juin 1993, avec 159 députés sur 350, celui-ci ne disposait de la majorité absolue aux Cortes que grâce au r […] Lire la suite

15-30 juin 1995
Espagne. Le gouvernement de Felipe González affaibli par le scandale des écoutes illégales.

Le 15, le président du gouvernement Felipe González accepte la démission du directeur général du Centre supérieur d'information de la Défense (C.E.S.I.D.), les services spéciaux militaires, après la révélation d'écoutes téléphoniques illégales effectuées entre 1984 et 1991 et visant diverses personnalités, parmi lesquelles le roi Juan Carlos. La révélation de ce scandale menace directement le vice […] Lire la suite

28 mai 1995
Espagne. Victoire conservatrice aux élections locales.

Avec 35,26 p. 100 des suffrages, le Parti populaire (conservateur) de José María Aznar, principale formation de l'opposition, remporte les élections régionales partielles et municipales. Il s'arroge 10 des 13 régions autonomes – sur 17 – où le scrutin était organisé et 42 des 52 chefs-lieux de province. En obtenant 30,81 p. 100 des voix, le Parti socialiste ouvrier espagnol du Premier ministre Fel […] Lire la suite

19 avril 1995
Espagne. Attentat contre le chef de l'opposition conservatrice.

José María Aznar, président du Parti populaire (P.P.) et chef de l'opposition conservatrice, échappe à un attentat à la voiture piégée, à Madrid. L'opération est attribuée à l'E.T.A. En décembre 1973, le président du gouvernement du général Franco, l'amiral Carrero Blanco, avait été victime d'un attentat similaire organisé par le mouvement indépendantiste basque. Cet attentat illustre la volonté d […] Lire la suite

8-27 février 1995
Espagne. Le gouvernement socialiste affaibli à nouveau par des scandales.

Le 8, dans son discours sur l'état de la nation, le Premier ministre socialiste Felipe González rejette les accusations de collusion entre son gouvernement et les Groupes antiterroristes de libération (G.A.L.), mouvement clandestin de lutte contre l'E.T.A. reconnu responsable de l'assassinat d'au moins vingt-sept militants indépendantistes basques, en France, entre décembre 1983 et juillet 1987. E […] Lire la suite

1994

16-29 juillet 1994
France – Espagne. Nouveau conflit entre pêcheurs.

Le 16, de violents incidents opposent pêcheurs de thon français et espagnols dans les eaux internationales, au large de la Galice. Un chalutier de l'île d'Yeu, la Gabrielle, est endommagé et remorqué de force vers le port espagnol de Burela. La polémique porte sur les techniques de pêche, les Espagnols utilisant des lignes traînantes et les Français des filets dérivants qui con […] Lire la suite

4-11 mai 1994
Espagne. Le gouvernement socialiste secoué par les scandales.

Le 4, le ministre de l'Agriculture Vicente Albero, que la presse avait accusé de fraude fiscale, démissionne. Le 30 avril, le ministre de l'Intérieur Antoni Asuncion avait fait de même, entendant assumer la responsabilité politique de la fuite de Luis Roldan, directeur de la Guardia Civil de 1986 à 1993 et proche du Parti socialiste ouvrier espagnol, accusé de détournement de fonds publics, de fra […] Lire la suite

27-28 janvier 1994
Espagne. Grève générale.

Le 27, une grève générale – la quatrième depuis 1985 –, organisée à l'appel des deux principales centrales syndicales, l'Union générale des travailleurs (socialiste) et les Commissions ouvrières (communiste), perturbe la vie du pays. Lancé au terme de quatre mois de vaines négociations entre les syndicats, le patronat et le gouvernement en vue de conclure un pacte social, ce mouvement de protestat […] Lire la suite

1993

9-13 juillet 1993
Espagne. Formation du sixième gouvernement de Felipe Gonzalez.

Le 9, Felipe Gonzalez, Premier ministre depuis décembre 1982, et que le roi Juan Carlos avait chargé de former le nouveau gouvernement après les élections législatives de juin, obtient l'investiture du Parlement. Son parti ayant perdu la majorité absolue aux Cortes, le secrétaire général du Parti socialiste ouvrier espagnol (P.S.O.E.) doit avoir recours aux voix des dix-sept élus nationalistes cat […] Lire la suite

12-17 juin 1993
Vatican – Espagne. Visite du pape Jean-Paul II en Espagne.

Du 12 au 17, le pape Jean-Paul II effectue sa quatrième visite en Espagne. Le 13, à Séville, il clôt le quarante-cinquième Congrès eucharistique mondial par une messe à laquelle assistent le roi Juan Carlos et la reine Sophie. À cette occasion, il appelle les Espagnols, dont la pratique religieuse décline rapidement, à retrouver leurs racines chrétiennes. Le 14, à Huelva, près de Palos où Christop […] Lire la suite

6-21 juin 1993
Espagne. Victoire des socialistes aux élections législatives et attentat à Madrid.

Le 6 se déroulent les élections législatives anticipées. Au pouvoir depuis 1982, le Parti socialiste ouvrier espagnol (P.S.O.E.) du Premier ministre Felipe Gonzalez remporte 38,68 p. 100 des voix et cent cinquante-neuf sièges (— 16), contre 34,82 p. 100 des suffrages et cent quarante et un élus (+ 34) pour le Parti populaire (conservateur) de José Maria Aznar. Le Centre démocratique et social d'Ad […] Lire la suite

13 mai 1993
Espagne – Portugal. Dévaluation de la peseta et de l'escudo.

Le gouvernement espagnol obtient de ses partenaires de la C.E. un réaménagement des parités du S.M.E. et procède à une dévaluation de 8 p. 100 de la peseta. Avec celles du 17 septembre 1992 – 5 p. 100 – et du 22 novembre de la même année – 6 p. 100 –, la devise espagnole a perdu environ 20 p. 100 de sa valeur par rapport au « noyau dur » des monnaies européennes (deutsche Mark, francs français et  […] Lire la suite

1992

23-24 juillet 1992
Espagne. Cuba, vedette du deuxième sommet ibéro-américain.

Les 23 et 24 se tient à Madrid le deuxième sommet ibéro-américain, après celui de Guadalajara, au Mexique, en juillet 1991. Dix-neuf chefs d'État ou de gouvernement y participent. Les présidents de la Colombie, du Pérou et du Venezuela sont absents, pour des motifs de politique intérieure, ainsi que le président portugais, pour raisons de santé. La vedette du sommet est le dirigeant cubain Fidel C […] Lire la suite

20 avril 1992
Espagne. Inauguration de l'Exposition universelle de Séville.

Le roi Juan Carlos inaugure Expo'92, l'Exposition universelle de Séville organisée à l'occasion du cinq centième anniversaire de la découverte de l'Amérique par Christophe Colomb. S'étendant sur environ 215 hectares dans l'île de la Cartuja, au milieu du Guadalquivir, le site accueille quatre-vingt-quinze pavillons représentant cent onze pays – chiffre record –, vingt-quatre organismes internation […] Lire la suite

1991

29-31 mai 1991
Espagne. Démantèlement d'un commando de l'E.T.A. après un attentat en Catalogne.

Le 29, l'explosion d'une voiture piégée détruit une caserne de la garde civile, à Vic, petite ville située à soixante-cinq kilomètres au nord de Barcelone. Le bilan est particulièrement lourd : neuf morts, dont trois fillettes, et une quarantaine de blessés. Nul ne doute qu'il ne s'agisse d'une action de l'E.T.A. militaire, qui menace ainsi directement le bon déroulement, en 1992, des jeux Olympiq […] Lire la suite

1990

26-29 octobre 1990
U.R.S.S. – Espagne – France. Tournée européenne de Mikhaïl Gorbatchev.

Le 26, Mikhaïl Gorbatchev entame, à Madrid, une visite de trois jours en Espagne. Il s'entretient à plusieurs reprises avec le Premier ministre Felipe González. Le président soviétique obtient 1,5 milliard de dollars (7,5 milliards de francs) de crédit pour acheter à l'Espagne les produits de première nécessité qui font tant défaut dans les magasins soviétiques. Quinze autres accords bilatéraux so […] Lire la suite

2-5 avril 1990
France – Espagne. Démantèlement d'un commando français de l'E.T.A.

Le 2, l'arrestation, près de Séville, d'Henri Parot, un Basque de Bayonne transportant dans sa voiture 300 kilos d'explosif et des détonateurs, est suivie, les 4 et 5, d'une opération conjointe des polices française et espagnole, qui permet d'interpeller, dans les Pyrénées-Atlantiques, neuf Français membres d'un commando itinérant de l'E.T.A. particulièrement dangereux, responsable, depuis 1978, d […] Lire la suite

1989

20-21 novembre 1989
Espagne. Assassinat d'un député basque.

Le 20, alors qu'il dîne dans un restaurant madrilène, le groupe parlementaire (quatre députés et trois sénateurs) de la coalition basque Herri Batasuna, proche de l'E.T.A., est victime d'un attentat qui coûte la vie au député Josu Muguruza et blesse grièvement Inaki Esnaola, également député. La consternation est d'autant plus grande dans les milieux politiques que les élus basques, rompant avec l […] Lire la suite

29 octobre 1989
Espagne. Courte victoire de Felipe González aux élections législatives.

Lors des élections législatives anticipées, les électeurs espagnols sont appelés à renouveler les 350 sièges des Cortes au terme d'une campagne qui a mis en lumière la division de la droite et le dynamisme du Parti communiste. La participation est de près de 70 p. 100, et le Parti socialiste (P.S.O.E.), au pouvoir depuis 1982, conserve de justesse la majorité absolue avec 176 élus (— 8) et 39,5 p. […] Lire la suite

19-21 août 1989
Vatican – Espagne. Visite du pape Jean-Paul II à Saint-Jacques-de-Compostelle.

Les 19 et 20, Jean-Paul II se rend à Saint-Jacques-de-Compostelle (Galice), où il est accueilli par cinq cent mille jeunes venus, par les moyens les plus divers, d'Europe entière, ainsi que par cent cinquante cardinaux et évêques, dont vingt Français, conduits par les cardinaux Jean-Marie Lustiger et Albert Decourtray. Consacrant le regain de faveur dont jouissent les pélerinages, cette visite don […] Lire la suite

20 mai 1989
Espagne. Indulgence des juges dans le scandale des huiles frelatées.

Le tribunal de Madrid rend son verdict dans le procès, ouvert en mars 1987, des trente-sept accusés impliqués dans l'« épidémie » causée, en 1981, par la vente et la consommation d'huile de colza à usage industriel. Le drame avait provoqué la mort de six cent cinquante personnes, et rendu infirmes ou diminués vingt-cinq mille consommateurs. Tout en reconnaissant que l'« épidémie » a bien eu son or […] Lire la suite

4-20 avril 1989
Espagne. Fin de la trêve des attentats.

Le 4, l'organisation séparatiste basque E.T.A. annonce la fin de la trêve proclamée le 8 janvier. On attribue cette décision subite à des luttes au sein de l'E.T.A. entre fractions rivales alors que des négociations étaient en cours à Alger entre personnalités gouvernementales et membres de l'organisation.Le 7, un attentat fait un blessé grave à Irún et, le lendemain, sept bombes explosent le long […] Lire la suite

8-28 janvier 1989
Espagne. Trêve de l'E.T.A. et arrestation de certains de ses membres en France.

Le 8, l'E.T.A.-militaire annonce une « trêve officielle et unilatérale » de quinze jours, qui est accueillie avec prudence par Madrid.Le 11, les policiers français procèdent à une série d'interpellations parmi les réfugiés ou les clandestins basques espagnols membres présumés de l'E.T.A. À Bayonne est arrêté José Antonio Urrutikoetxea, alias Josu Ternera, considéré comme l'un des principaux dirige […] Lire la suite

1988

23 décembre 1988
Espagne – France. Rôle principal pour Alsthom dans la rénovation du réseau ferroviaire espagnol

Madrid décide de partager la modernisation du réseau ferroviaire national entre les deux candidats européens, préférés au japonais Mitsubishi. Un consortium allemand, conduit par Siemens, reçoit la commande de soixante-quinze locomotives. Mais c'est le français Alsthom qui prend le contrôle des deux entreprises publiques espagnoles chargées de construire la plupart de ces locomotives ainsi que les […] Lire la suite

23-24 novembre 1988
France – Espagne. Sommet annuel franco-espagnol à Montpellier

Les 23 et 24, Felipe Gonzáles se rend à Montpellier, où il est reçu par François Mitterrand pour le sommet annuel franco-espagnol. Un attentat à l'explosif commis la veille à Madrid par l'E.T.A. ayant fait deux morts et plus de quarante blessés, la lutte antiterroriste est au centre des entretiens. François Mitterrand insiste, le 24, sur la solidarité « sans faille » entre les deux pays dans ce do […] Lire la suite

30 octobre 1988
Espagne. Libération d'un homme d'affaires enlevé par l'E.T.A.

Emiliano Revilla, âgé de soixante ans, est libéré à proximité de son domicile madrilène. L'enlèvement par l'E.T.A., le 24 février, de ce milliardaire, un des hommes les plus riches d'Espagne, avait entraîné la rupture des conversations entamées à Alger entre le gouvernement et l'E.T.A. Cette libération est probablement consécutive au versement d'une somme importante – on parle d'un milliard de pes […] Lire la suite

29 mai 1988
Espagne. Victoire de Jordi Pujol aux élections régionales en Catalogne

Les électeurs catalans renouvellent, pour la troisième fois depuis l'autonomie de la province en 1979, les 135 sièges du Parlement régional. La coalition nationaliste modérée Convergencia i Unio (centre droit) conserve, malgré un léger recul, la majorité absolue en obtenant, avec 45,9 p. 100 des voix, 69 sièges (— 3), contre 42 aux socialistes (+ 1). Les communistes obtiennent 9 sièges (+ 3), tand […] Lire la suite

24 mars 1988
Espagne – Royaume-Uni. Succès du Parti socialiste aux élections législatives à Gibraltar

Le 23, les dix-sept mille électeurs du territoire britannique sont appelés à élire les quinze membres du Parlement local. Ce vote intervient après la démission, en décembre 1987, de Joshua Hassan, leader de l'Association pour le progrès des droits de l'homme (A.A.C.R., formation centriste) et Premier ministre presque sans interruption depuis près de quarante ans. Les relations avec Madrid et les c […] Lire la suite

14-19 mars 1988
France – République fédérale d'Allemagne – Espagne. Courtes visites du président François Mitterrand en R.F.A. et en Espagne

Le 14, François Mitterrand se rend à Durbach (Bade-Würtemberg), où il évoque la situation internationale avec Helmut Kohl au cours d'une rencontre informelle et amicale.Le 19, près de Séville, en Andalousie, le président de la République s'entretient pendant six heures avec le chef du gouvernement espagnol. Dans la conférence de presse commune qui clôt le dernier déplacement à l'étranger du septen […] Lire la suite

28 janvier 1988
Espagne. Proposition de trêve par l'E.T.A.

L'organisation séparatiste basque E.T.A.-militaire propose, dans un communiqué adressé aux autorités espagnoles, une trêve immédiate des violences de soixante jours, en échange de la fin des « hostilités policières » et de la reprise, à Alger, des négociations interrompues depuis l'attentat de Saragosse qui avait fait onze morts en décembre 1987. C'est la première fois que l'organisation basque se […] Lire la suite

15 janvier 1988
Espagne – États-Unis. Accord sur le départ des F-16 américains de la base de Torrejon

Les représentants de Madrid et de Washington réussissent à débloquer la négociation sur le renouvellement du traité bilatéral sur les bases américaines en Espagne, qui expire en mai 1988. Intervenant après dix-huit mois de difficiles pourparlers, l'accord prévoit le retrait, d'ici à trois-ans, de la base de Torrejon près de Madrid, des soixante-douze chasseurs-bombardiers F-16 américains qui y son […] Lire la suite

1987

11-28 décembre 1987
Espagne. Attentat à Saragosse, arrestation du nouveau chef présumé de l'E.T.A.

Le 11, à Saragosse, une voiture piégée explose devant une caserne de la garde civile, tuant onze personnes, dont cinq enfants, et faisant des dizaines de blessés.Le 23, deux Basques espagnols sont arrêtés à Angoulême. Selon Madrid, l'un deux, Ignacio Pujana Alberdi, serait le successeur, à la tête de l'E.T.A. militaire, de Santiago Arrospide (dit Santi Potros), arrêté le 30 septembre à Bayonne.Le  […] Lire la suite

3-5 octobre 1987
France – Espagne. Rafle au Pays basque français dans les milieux proches de l'E.T.A.-militaire

Le 3, une vaste opération de police est engagée, essentiellement dans les départements du Sud-Ouest, contre les milieux nationalistes basques proches de l'E.T.A.-militaire. Cette action est la conséquence de l'arrestation, le 30 septembre, de Santiago Arrospide, dit Potros, considéré comme l'un des dirigeants de l'E.T.A.-militaire, et de la découverte d'une importante quantité de documents entrepr […] Lire la suite

25 août 1987
Espagne – France. Visite privée de Felipe González chez le président François Mitterrand

François Mitterrand reçoit à déjeuner Felipe González, dans sa propriété de Latche, dans les Landes. Cette visite privée permet au président français et au Premier ministre espagnol d'évoquer la coopération anti-terroriste entre les deux pays, ainsi que les problèmes communautaires et les problèmes de défense. Sur ce dernier point, Felipe González exprime la volonté de l'Espagne de participer à la […] Lire la suite

19-22 juin 1987
Espagne. Attentat de l'E.T.A. dans un supermarché à Barcelone

Le 19, l'explosion d'une voiture piégée dans le sous-sol d'un supermarché de la banlieue populaire de Barcelone fait dix-huit morts et une trentaine de blessés. Immédiatement averti de cet attentat sans précédent en Espagne, Felipe Gonzalez interrompt le voyage officiel qu'il effectue au Brésil et déclare que « le gouvernement ne reculera pas » face au terrorisme. L'émotion et l'indignation sont c […] Lire la suite

10 juin 1987
Espagne. Élections européennes, régionales et municipales

Les électeurs espagnols sont appelés à renouveler les conseils municipaux, treize parlements régionaux sur dix-sept, ainsi que les soixante députés au Parlement européen, l'actuelle représentation ayant été désignée à titre provisoire par les Cortes au lendemain de l'adhésion de Madrid à la C.E.E., le 1er janvier 1986. Cette consultation prend valeur de test pour le Parti so […] Lire la suite

30 mars 1987
Espagne. Ouverture du procès des huiles frelatées

À Madrid s'ouvre le procès de trente-huit industriels (deux autres sont en fuite) accusés d'avoir mis sur le marché, en 1981, une huile industrielle recyclée qui provoqua la mort d'au moins trois cent quatre-vingt-quatre personnes, et des lésions souvent irréversibles chez vingt-cinq mille autres. Le ministère public réclame de lourdes peines de prison, dépassant cent mille ans pour les huit princ […] Lire la suite

11-12 mars 1987
France – Espagne. Sommet franco-espagnol et polémique entre François Mitterrand et Jacques Chirac

Le 11, François Mitterrand et Jacques Chirac, accompagnés de six ministres et secrétaires d'État, participent à Madrid au premier sommet « institutionnel » franco-espagnol. Les entretiens entre le président de la République et les deux Premiers ministres ne font que consacrer l'amélioration des relations entre les deux pays, résultant principalement du durcissement de l'attitude française vis-à-vi […] Lire la suite

3-18 février 1987
Espagne. Agitation étudiante et lycéenne

Le 3, pour la première fois depuis le début du mouvement d'agitation lycéenne, commencé à la mi-décembre, le ministre de l'Éducation, José Maria Maravall, défend sa politique devant les Cortès à Madrid. Il donne des précisions sur l'état des négociations avec le Syndicat des étudiants et la Coordination des étudiants de l'enseignement secondaire et des universités, qui réclament la gratuité de l'e […] Lire la suite

1986

30 novembre 1986
Espagne. Élections régionales au Pays basque

Les Basques espagnols élisent les 75 membres de leur Parlement régional, pour la troisième fois depuis l'instauration de l'autonomie en 1980. Au terme d'une campagne que, pour la première fois, aucun attentat de l'E.T.A. militaire n'est venu troubler, les résultats donnent satisfaction à presque toutes les forces en présence : au Parti socialiste (P.S.O.E.), mené, dans la région, par José Maria Be […] Lire la suite

5-30 novembre 1986
France – Espagne. Visite du Premier ministre Jacques Chirac à Madrid et nouvelles expulsions de Basques espagnols

Le 5, une importante cache d'armes, probablement destinées à l'E.T.A., est découverte dans une entreprise d'Hendaye, à la suite d'une perquisition. Sept personnes sont interpellées.Le 6, à 0 h 30, ces sept personnes (quatre réfugiés basques espagnols et trois travailleurs frontaliers) sont remises à la police espagnole. Cette opération précède de peu la visite officielle qu'effectue, le même jour, […] Lire la suite

12-31 juillet 1986
Espagne – France. Terrorisme basque et durcissement de Paris à l'égard des réfugiés

Le 12, la France expulse vers le Gabon Domingo Iturbe Abasolo, alias « Txomin », considéré comme un des chefs historiques de l'E.T.A. militaire. Réfugié en France depuis 1968, le nationaliste basque avait été arrêté le 27 avril et condamné, le 24 juin, pour port d'armes prohibé, à un an de prison ferme. Cette expulsion, la première d'un Basque espagnol ayant le statut de réfugié politique, marque  […] Lire la suite

17-22 juin 1986
Espagne. Attentat à Madrid et élections législatives

Le 17, trois militaires sont victimes d'un attentat à Madrid. Tout porte à croire que l'E.T.A. militaire a ainsi voulu lancer un avertissement sanglant, à cinq jours des élections législatives.Le 22, le Parti socialiste (P.S.O.E.), conduit par Felipe González, Premier ministre depuis 1982, remporte, avec 44,06 p. 100 des voix (contre 46 p. 100 en 1982), 184 (— 18) des 350 sièges, conservant ainsi, […] Lire la suite

9-12 juin 1986
France – Espagne. Vive tension au sujet des zones de pêche

Le 9, le port d'Hendaye est bloqué par des chalutiers basques espagnols qui protestent contre l'interdiction, en vigueur depuis le 1er janvier, de pêcher dans une zone C8, située au large des côtes landaises. Cet espace de 24 kilomètres carrés n'est pas mentionné comme zone communautaire par le traité espagnol d'adhésion à la C.E.E.Le 10, plus de trois cents bâtiments espagn […] Lire la suite

10-25 avril 1986
Espagne. Ébauche de négociations au Pays basque et attentat meurtrier à Madrid

Le 10, la coalition radicale Herri Batasuna, proche de l'E.T.A., demande l'ouverture de conversations entre les forces politiques basques pour « discuter du problème de la violence ». Reçue avec intérêt par le Parti national basque (P.N.V.) et le gouvernement autonome basque, cette proposition se concrétise par un premier rendez-vous, prévu pour le 25.Le 25, une voiture piégée explose dans le quar […] Lire la suite

12 mars 1986
Espagne. Victoire de Felipe González au référendum sur l'O.T.A.N.

Les électeurs espagnols se prononcent par voie de référendum sur le maintien de leur pays au sein de l'O.T.A.N. Felipe González, le Premier ministre socialiste, prône le « oui », après s'être converti à l'atlantisme : il était en effet opposé à l'appartenance de l'Espagne à l'O.T.A.N. avant son accession au pouvoir. Le « non » rassemble les pacifistes, les écologistes, les communistes et les natio […] Lire la suite

17-31 janvier 1986
Israël – Espagne – Égypte. Reconnaissance d'Israël par l'Espagne, et voyage de Shimon Peres puis de Hosni Moubarak en Europe

Le 17, Felipe González, Premier ministre espagnol, annonce l'établissement de relations diplomatiques entre l'Espagne et Israël que l'Espagne était le seul État d'Europe occidentale à ne pas avoir reconnu. L'entrée de cette dernière dans la C.E.E., depuis le 1er janvier, rendait indispensable une mesure qui figurait dans le programme du Parti socialiste espagnol, au pouvoir  […] Lire la suite

1985

8-10 juillet 1985
Espagne – France. Visite officielle du roi Juan Carlos en France

Le 8, le roi Juan Carlos d'Espagne, accompagné de la reine Sophie, commence à Paris une visite officielle de trois jours en France. Reçu le soir même à dîner par François Mitterrand, le roi souligne l'« ère nouvelle » qui s'ouvre pour les relations entre Madrid et Paris.Le 9, les ministres des Affaires étrangères des deux pays signent une déclaration commune instituant un sommet annuel entre le pr […] Lire la suite

4 juillet 1985
Espagne. Premier remaniement du gouvernement González

Felipe González procède au premier remaniement de son cabinet depuis son accession au pouvoir, en décembre 1982. Six portefeuilles sur seize changent de titulaire, la grande surprise étant le remplacement du ministre de l'Économie et des Finances, Miguel Boyer, par Carlos Solchaga, précédemment à l'Industrie. Aux Affaires étrangères, Fernando Morán est remplacé par Francisco Fernandez Ordoñez. […] Lire la suite

1er-10 mai 1985
États-Unis – République fédérale d'Allemagne – Espagne – Portugal. Tournée du président Ronald Reagan en Europe

Le 1er, Ronald Reagan entame par l'Allemagne fédérale une tournée de dix jours à travers l'Europe. Du 2 au 4, il assiste à Bonn au onzième sommet des pays industrialisés, le 5, après avoir visité le camp de concentration de Bergen-Belsen, le président américain se rend, pour une visite éclair, au cimetière militaire de Bitburg, petite ville de l'Eifel où se trouve une import […] Lire la suite

12-14 avril 1985
Espagne. Attentat anti-américain revendiqué par le Djihad islamique

Dans la nuit du 12 au 13, une explosion ravage un restaurant aux environs de Madrid, à proximité de la base militaire américaine de Torrejon. Dix-huit personnes sont tuées et plus de quatre-vingts blessées. Parmi les blessés se trouvent de nombreux soldats américains.Le 14, le ministre espagnol de l'Intérieur, José Barrio-Nuevo, confirme que l'explosion est due à un attentat. Parmi les revendicati […] Lire la suite

5 février 1985
Espagne – Royaume-Uni. Rétablissement des communications entre l'Espagne et Gibraltar

La grille séparant le rocher de Gibraltar du territoire espagnol est symboliquement rouverte, à 0 heure, par le gouverneur de la province de Cadix. En vigueur depuis le 9 juin 1969, le blocus avait déjà été assoupli en 1982, le gouvernement socialiste de Felipe González ayant autorisé l'accès du rocher aux piétons. Le même jour, à Genève, Fernando Moran, ministre espagnol des Affaires étrangères,  […] Lire la suite

1984

20-22 novembre 1984
Espagne. Manifestation de nationalisme basque après l'assassinat de Santiago Brouard à Bilbao

Le 20, le docteur Santiago Brouard, président du Parti populaire socialiste révolutionnaire (H.A.S.I.), principale composante de la coalition indépendandiste Herri Batasüna, proche de l'E.T.A. militaire, est assassiné à Bilbao. L'attentat est revendiqué par un mouvement d'extrême droite, le Groupe antiterroriste de libération (G.A.L.).Le 21, à Madrid, le général Luis Rosón est abattu dans sa voitu […] Lire la suite

23-29 septembre 1984
France – Espagne. Extradition de trois séparatistes basques de la France vers l'Espagne

Le 23, le gouvernement français fait connaître sa décision concernant le sort des sept séparatistes basques détenus en France : trois d'entre eux seront extradés vers l'Espagne, les quatre autres étant expulsés vers le Togo. Selon Paris, des contacts ont été pris à un « haut niveau » pour garantir aux trois extradés des garanties juridiques précises, conformes aux garanties demandées par Amnesty I […] Lire la suite

6-24 août 1984
France – Espagne. Durcissement de la lutte contre le terrorisme basque

Le 6, pour son premier déplacement à l'étranger, Pierre Joxe, nouveau ministre de l'Intérieur, se rend à Madrid, où il rencontre son homologue espagnol. Il s'agit pour les deux gouvernements de trouver une parade au terrorisme des indépendantistes basques qui, pour protester contre le durcissement de l'attitude des autorités françaises à leur égard, répliquent depuis plusieurs semaines en s'attaqu […] Lire la suite

29 avril 1984
Espagne. Victoire des nationalistes aux élections de Catalogne

Les Catalans élisent leur parlement régional, le deuxième depuis l'entrée en vigueur du statut d'autonomie en 1980, à l'issue d'une campagne ayant essentiellement porté sur la situation préoccupante de l'emploi : le taux de chômage de la région (environ 20 p. 100 de la population active) est supérieur à la moyenne nationale. La formation nationaliste de centre droit Convergencia I Unio (C.I.U.) re […] Lire la suite

7-10 mars 1984
France – Espagne. Conflit de la pêche et tension franco-espagnole

Le 7, deux chalutiers espagnols, qui pêchaient illégalement dans la zone économique française du golfe de Gascogne, sont arraisonnés par des bâtiments de la marine nationale qui, après plusieurs sommations et coups de semonce, tirent sur eux au canon, blessant neuf marins dont deux grièvement. Ces chalutiers n'en étaient pas à leur première infraction, malgré les accords de pêche signés par Madrid […] Lire la suite

1er-28 mars 1984
France – Espagne. Regain du terrorisme au Pays basque

Le 1er, un jeune employé français des chemins de fer est tué en gare d'Hendaye. Il semble qu'il ait été victime d'une méprise, se trouvant, au moment de l'attentat, en compagnie de trois réfugiés basques espagnols. Son agresseur ainsi que ses trois complices qui sont parvenus à regagner l'Espagne, sont arrêtés par la police espagnole. Le même jour, un militant basque, sympat […] Lire la suite

8-26 février 1984
Espagne. Attentats terroristes et élections au Pays basque

Le 8, deux réfugiés basques espagnols, membres présumés de l'E.T.A. militaire, sont tués à Hendaye (Pays basque français) par un commando antiséparatiste. Le lendemain, une violente manifestation de protestation contre cet attentat réunit plusieurs centaines d'autonomistes dans les rues de la ville.Le 18, un sabotage de la voie ferrée Paris-Madrid fait dérailler le train Talgo dans les Pyrénées-At […] Lire la suite

13-20 janvier 1984
Espagne. Dissidence au sein du P.C.E.

Du 13 au 15, huit cents dissidents du Parti communiste espagnol, hostiles à la stratégie eurocommuniste suivie depuis 1977 par Santiago Carrillo, puis par son successeur Gerardo Iglesias, se réunissent à Madrid pour fonder un parti prosoviétique, qui s'appellera simplement « parti communiste ». Ignacio Gallego en est élu secrétaire général.Le 20, dans une déclaration à FR 3, Georges Marchais conda […] Lire la suite

10-29 janvier 1984
Espagne – France. Durcissement de la lutte contre les séparatistes basques

Le 10, une opération policière d'envergure permet d'interpeller, dans la région de Bayonne, une quinzaine de Basques espagnols réfugiés en France. Six d'entre eux sont expulsés, les autres sont assignés à résidence.Le 19, Felipe Gonzalez, chef du gouvernement espagnol, reconnaît, dans une déclaration au Monde, que l'affaire basque menace gravement la démocratie, et relance son  […] Lire la suite

1983

5-22 octobre 1983
Espagne. Assassinat d'un officier par les indépendantistes basques

Le 5, l'E.T.A. politico-militaire enlève à Bilbao un officier de l'armée de terre, le capitaine Alberto Martin Barrios.Le 19, son corps est retrouvé dans les environs de la ville. Cet assassinat apparaît comme un défi des indépendantistes au gouvernement socialiste de Felipe Gonzalez et risque de relancer le malaise au sein de l'armée.Le 21, se déroule à Madrid une grande manifestation unitaire co […] Lire la suite

28 avril 1983
Espagne. Aggravation des peines contre les putschistes de février 1981

Le 28, le Tribunal suprême aggrave les peines prononcées contre les putschistes du 23 février 1981. La sentence la plus lourde est celle qui frappe le général Alfonso Armada, dont la peine passe de six à trente ans de prison. Celles du lieutenant-général Jaime Milans Del Bosch et du lieutenant-colonel Antonio Tejero sont confirmées : trente ans de prison. C'est donc un avertissement sévère que lan […] Lire la suite

23-24 février 1983
Espagne. Nationalisation du groupe Rumasa

Le 23, au terme d'un Conseil des ministres de onze heures, le gouvernement espagnol promulgue un décret d'expropriation concernant les dix-huit banques et les quatre cents entreprises du puissant holding industriel Rumasa.Le 24, Miguel Boyer, ministre de l'Économie, explique cette décision inattendue par la « situation insoutenable » du groupe, au bord de l'écroulement. […] Lire la suite

1982

2-15 décembre 1982
Espagne. Entrée en fonctions du gouvernement socialiste

Le 2, Felipe González, dirigeant du Parti socialiste ouvrier espagnol, vainqueur des élections du 28 octobre, est investi comme chef du nouveau gouvernement espagnol par le Congrès des députés, par 207 voix contre 116 et 21 abstentions, le vice-président du P.S.O.E., Alfonso Guerra, devenant vice-président du gouvernement. Miguel Boyer se voit confier la triple responsabilité de l'Économie, des Fi […] Lire la suite

4-7 novembre 1982
Espagne. Assassinat du général Lago Roman, démission de Santiago Carrillo

Le 4, le général Victor Lago Roman, commandant de la division blindée Brunete, est assassiné à Madrid. Cet attentat intervenant pendant la visite du pape, et alors que les socialistes doivent entrer en fonctions au début de décembre, cause une vive émotion dans la capitale espagnole. Le lendemain, il est revendiqué par l'E.T.A. militaire.Le 6, Santiago Carrillo, secrétaire général du Parti communi […] Lire la suite

31 octobre-9 novembre 1982
Vatican – Espagne. Voyage du pape Jean-Paul II en Espagne

Le 31 octobre, le pape Jean-Paul II entame, à Madrid, une visite de dix jours en Espagne. Initialement prévue pour la mi-octobre, sa date avait été retardée afin de ne pas faire coïncider ce séjour avec la campagne électorale. Accueilli à l'aéroport par le roi Juan Carlos et les autorités ecclésiastiques et politiques, le pape insiste, dans son discours d'arrivée, sur « le caractère exclusivement  […] Lire la suite

28 octobre 1982
Espagne. Victoire socialiste aux élections législatives

Le 28, après une campagne électorale marquée par des rumeurs persistantes de coup d'État militaire, le Parti socialiste (P.S.O.E.) de Felipe González emporte la majorité absolue aux Cortès en obtenant 201 sièges (+ 83) sur 350, avec 46 p. 100 des suffrages. L'Union du centre démocratique (U.C.D.), au pouvoir depuis 1976, ne conserve que 11 sièges (— 138) ; le Parti communiste subit également un re […] Lire la suite

27 août 1982
Espagne. Dissolution des Cortes

Le 27, le Premier ministre, Leopoldo Calvo Sotelo, annonce la dissolution du Parlement et l'organisation d'élections législatives anticipées pour le 28 octobre. Cet épisode est la conséquence de la crise qui secoue le parti gouvernemental, l'Union du centre démocratique (U.C.D.), depuis les échecs successifs qu'il a subis aux élections régionales. Une quarantaine de députés en désaccord avec la li […] Lire la suite

22-24 juin 1982
France – Espagne. Visite du président François Mitterrand à Madrid

Le 22, François Mitterrand arrive à Madrid pour une visite officielle de trois jours, qui s'annonce délicate en raison du double contentieux franco-espagnol portant sur la répression du terrorisme basque et sur l'entrée de l'Espagne dans la C.E.E. Abordant ces points dans ses entretiens avec Leopoldo Calvo Sotelo, Premier ministre, et avec le roi Juan Carlos, le président de la République essaie d […] Lire la suite

3 juin 1982
Espagne. Verdict dans le procès des putschistes

Le procès ouvert le 19 février devant le Conseil suprême de justice militaire contre les trente-trois accusés du putsch manqué du 23 février 1981 s'achève le 3 juin.Tandis que trente et un d'entre eux se voient infliger des peines inférieures à celles qui avaient été requises, les deux principaux inculpés, le général Jaime Milans del Bosch et le lieutenant-colonel Antonio Tejero Molina, sont conda […] Lire la suite

30 mai 1982
Espagne. Entrée de l'Espagne dans l'O.T.A.N.

L'Espagne fait officiellement son entrée dans l'Alliance atlantique, dont elle devient le seizième membre. C'est ainsi une armée de trois cent cinquante mille hommes qui s'ajoute aux forces de l'O.T.A.N. Le Premier ministre, Leopoldo Calvo Sotelo, rappelle à cette occasion qu'il s'agit là du premier pas vers une intégration complète au monde occidental, dont l'aboutissement devra être l'adhésion à […] Lire la suite

23 mai 1982
Espagne. Victoire électorale des socialistes en Andalousie

Les premières élections régionales se déroulent en Andalousie. Il s'agit d'élire le Parlement de cette région nouvellement autonome, qui est aussi la plus pauvre du pays. Comme le laissait supposer les sondages, le Parti socialiste (P.S.O.E.) conquiert la majorité absolue avec 52,59 p. 100 des voix, devant les conservateurs de l'Alliance populaire (A.P.), qui obtiennent 17,7 p. 100. Les centristes […] Lire la suite

14-18 avril 1982
Espagne. Participation de l'armée à la lutte antiterroriste

Du 14 au 18, six attentats perpétrés au Pays basque, en Catalogne et à Madrid, et revendiqués par l'E.T.A. militaire, font un mort et quatorze blessés, dont deux grièvement. À quatre reprises, les commandos ont utilisé un lance-grenades. Dans la capitale, un central téléphonique est totalement détruit. Un ultimatum est lancé au pouvoir : le gouvernement doit retirer, avant un mois, tous les polici […] Lire la suite

17-20 janvier 1982
Espagne. Succès de la police dans sa lutte contre le terrorisme basque

Dans la nuit du 16 au 17, près de Saragosse, la police délivre le docteur Julio Iglesias. Le père du chanteur Julio Iglesias avait été enlevé le 29 décembre 1981 par des membres de la branche politico-militaire de l'E.T.A. qui avaient réclamé une rançon de deux millions de dollars.Le 20, les services de la lutte antiterroriste découvrent un stock d'armes de près de cinq tonnes, près de Bilbao, grâ […] Lire la suite

6-15 janvier 1982
Espagne. Reprise en main de l'armée

Le 6, dans son discours de l'Épiphanie, le roi Juan Carlos dénonce, devant la hiérarchie militaire, les « calomnies » lancées contre lui dans les milieux d'extrême droite et de l'armée.Le 14, le gouvernement annonce le limogeage des quatre membres du haut état-major de l'armée et leur remplacement, le 15, par de nouveaux officiers. La junte des chefs d'état-major était considérée comme fidèle à la […] Lire la suite

4-31 janvier 1982
États-Unis – U.R.S.S. Tension accrue dans les rapports Est-Ouest et remise en question du modèle soviétique par les P.C. italien et espagnol

Le 4, les ministres des Affaires étrangères des dix pays membres de la Communauté européenne, réunis à Bruxelles, « lancent un appel pressant pour que les autorités polonaises lèvent la loi martiale, libèrent les personnes arrêtées et restaurent un dialogue réel avec l'Église et Solidarité ». Le passage de la déclaration des Dix dénonçant « l'incapacité des systèmes totalitaires, tels que ceux de  […] Lire la suite

1981

1er-25 décembre 1981
Espagne. Remaniement ministériel et manifeste militaire

Le 1er, Leopoldo Calvo Sotelo, président du Conseil, remanie son cabinet. Quatre nouveaux ministres entrent au gouvernement. L'équilibre entre les tendances de la coalition au pouvoir (Union du centre démocratique, U.C.D.) n'est pas modifié.Le 6, une centaine d'officiers et de sous-officiers expriment publiquement par un manifeste leur soutien aux putschistes du 23 février.  […] Lire la suite

12-22 novembre 1981
Espagne. Crise au sein des partis et tension politique

Le 12, le comité central du Parti communiste espagnol (P.C.E.) décide d'expulser de son sein – mais non du parti – six représentants du courant « rénovateur » qui avaient organisé à Madrid une réunion publique en faveur de Roberto Lertxundi, ex-secrétaire général du Parti communiste basque, en conflit avec Santiago Carrillo, secrétaire général du P.C.E.Le 16, le comité provincial de Madrid exclut  […] Lire la suite

20 octobre 1981
Espagne. Élections en Galice et en Andalousie

Des élections ont lieu pour le Parlement autonome de la Galice. L'Alliance populaire, parti de Manuel Fraga, en est le grand vainqueur, alors que l'Union du centre démocratique, parti gouvernemental, perd pour la première fois la majorité dans cette province. Le même jour, l'Andalousie se prononce, par 89 p. 100 des votants, pour un statut d'autonomie. Mais la participation électorale n'a été que  […] Lire la suite

7-19 octobre 1981
Espagne. Scandale des huiles frelatées

Le 7, le gouvernement espagnol crée une commission d'enquête sur la « pneumonie toxique » (ou atypique) résultant d'intoxications dues à l'absorption d'huile frelatée, qui ont causé la mort de près de cent cinquante personnes depuis le mois de mai.Le 19, la France suspend pour trois mois l'importation d'huile et de produits préparés à l'huile en provenance d'Espagne. […] Lire la suite

10 septembre 1981
Espagne. Arrivée du « Guernica » de Picasso à Madrid

Le célèbre tableau de Picasso commémorant le bombardement par l'aviation allemande, le 27 avril 1937, de Guernica, ville basque de la province de Biscaye, arrive à Madrid. L'immense toile (7,80 m X 3,50 m), peinte à Paris par l'artiste à la demande du gouvernement républicain, avait été confiée, en 1939, au Museum of Modern Art de New York, où elle devait rester pour ne venir en Espagne qu'au mome […] Lire la suite

2-29 juillet 1981
France – Espagne. Entretiens franco-espagnols sur la lutte contre le terrorisme au Pays basque

Le 2, Leopoldo Calvo Sotelo, chef du gouvernement espagnol, se rend à Paris où il est reçu par le président François Mitterrand, Pierre Mauroy, Premier ministre, et Claude Cheysson, ministre des Relations extérieures. La lutte contre le terrorisme au Pays basque est à l'ordre du jour de ces entretiens. Le principe d'une visite à Madrid du ministre de l'Intérieur, Gaston Defferre, est retenu.Le 8,  […] Lire la suite

22 juin 1981
Espagne. Adoption de la loi sur le divorce

Le 22, les Cortes (Chambre des députés) approuvent définitivement la loi autorisant le divorce, qui devrait entrer en vigueur dès juillet. Le vote de cette loi constitue une victoire pour Francisco Fernández Ordóñez, ministre de la Justice, l'Église et les tendances conservatrices du parti gouvernemental, l'Union du centre démocratique ayant fait campagne contre le rétablissement du divorce, qui a […] Lire la suite

4-26 mai 1981
Espagne. Terrorisme et agitation

Le 4, le général Andrés González Suso et un policier sont tués à Madrid, tandis que, le même jour, deux gardes civils sont assassinés à Barcelone. Le ministère de l'Intérieur attribue ces deux attentats aux groupes révolutionnaires antifascistes du 1er Octobre (G.R.A.P.O.).Le 7, le général Joaquín de Valenzuela, chef de la maison du roi d'Espagne, est grièvement blessé par u […] Lire la suite

19-23 mars 1981
Espagne. Plan antiterroriste au Pays basque

Les 19 et 21, deux officiers supérieurs sont victimes d'attentats, l'un à Bilbao, l'autre à Pampelune. Ces meurtres, qui portent à douze en trois ans le nombre d'officiers tués par la branche de l'E.T.A. militaire, provoquent la colère des militaires qui manifestent au cri de « l'armée au pouvoir » au cours des obsèques des deux officiers.Le 23, après deux jours de réunion d'un Conseil ministériel […] Lire la suite

3-28 février 1981
Espagne. Tentative de coup d'État militaire et nouveau gouvernement

Du 3 au 5, le roi Juan Carlos effectue son premier voyage officiel dans les trois provinces autonomes du Pays basque, alors que se prolonge la crise politique ouverte, le 29 janvier, par la démission du Premier ministre Adolfo Suárez, chef du gouvernement constitué par l'Union du centre démocratique (U.C.D.) en juillet 1976.Le 4, à Guernica, une vingtaine de députés de la coalition séparatiste Hen […] Lire la suite

29 janvier 1981
Espagne. Démission du gouvernement Suárez

Le 29, Adolfo Suárez annonce la démission du gouvernement qu'il dirige depuis le 8 juillet 1976.Le 30, le roi Juan Carlos commence ses consultations, tandis que l'Union du centre démocratique (U.C.D.), parti d'Adolfo Suárez, décide de désigner Leopoldo Calvo Sotelo comme candidat à la direction du gouvernement. […] Lire la suite

— Universalis