5-8 juillet 2022

Syrie - France. Rapatriement de femmes et d’enfants détenus en Syrie

Le 5, seize femmes et trente-cinq enfants de djihadistes partis combattre en Syrie sont rapatriés des camps de détention contrôlés par les forces kurdes dans le nord-est du pays. Les femmes sont aussitôt placées en garde à vue et les enfants pris en charge par l’aide sociale à l’enfance. Le gouvernement privilégiait jusque-là le rapatriement « au cas par cas » des seuls enfants, que ceux-ci soient orphelins ou que leurs mères restées en Syrie aient accepté de s’en séparer. Trente-cinq enfants avaient ainsi déjà été rapatriés. En décembre 2021, la mort dans un camp syrien d’une jeune mère française diabétique avait ému l’opinion. En février, le Comité des droits de l’enfant de l’ONU a estimé que la France violait les droits des enfants détenus en ne les rapatriant pas. Plusieurs familles françaises ont déposé plainte devant la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) pour obtenir le retour de mères et d’enfants détenus en Syrie.

Le 8, huit des femmes rapatriées sont mises en examen pour « association de malfaiteurs terroristes criminelle ». Un mineur rapatrié est placé sous contrôle judiciaire pour le même chef d’accusation.

— Universalis

Événements précédents