5-29 octobre 2004Union européenne. Retrait de la Commission pressentie

 

Le 5, lors de son audition devant les parlementaires européens, l'ancien ministre italien Rocco Buttiglione, proche de Jean-Paul II, qui est pressenti pour occuper le poste de commissaire à la Justice et aux Affaires intérieures au sein de la future Commission, qualifie l'homosexualité de « péché » et affirme que « la famille est faite pour permettre à la femme d'avoir des enfants et d'être protégée par son mari ». Ces propos suscitent un tollé dans les rangs du Parlement. En plus de Rocco Buttiglione, cinq autres commissaires pressentis font l'objet de réserves de la part des parlementaires.

Le 27, José Manuel Durão Barroso, menacé d'un vote de censure, annonce le retrait de son équipe et le report d'un mois du vote d'investiture. Seuls les conservateurs et une partie des libéraux et des souverainistes étaient disposés à le soutenir. Cet événement illustre l'accroissement du poids du Parlement au sein des institutions européennes, face à la Commission.

Le 29, les chefs d'État et de gouvernement des Vingt-Cinq signent solennellement, à Rome, le traité établissant la Constitution européenne adoptée en juin, qui doit être à présent ratifié par chaque État membre.

—  Universalis



Tous les événements concernant :

Tous les événements :

Pour citer l’article

«  5-29 octobre 2004 - Union européenne. Retrait de la Commission pressentie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 septembre 2020. URL : http://www.universalis.fr/evenement/5-29-octobre-2004-retrait-de-la-commission-pressentie/