Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

2-19 septembre 1990

France. Préparation du budget et débat sur la « rigueur »

Le 2, clôturant l'université d'été du Parti socialiste, réunie depuis le 30 août à La Garde-Freinet (Var), Michel Rocard évoque la manière dont le gouvernement entend gérer les conséquences économiques de la crise du Golfe. Prônant « la justice dans la répartition de l'effort », le Premier ministre, sans renoncer à une « nouvelle étape sociale », insiste sur la nécessité de soutenir les capacités d'investissement des entreprises et rappelle le caractère prioritaire de la lutte contre l'inflation. Il intervient ainsi dans un débat interne au P.S. sur le retour éventuel à une politique de rigueur, qui a suscité une levée de boucliers.

Le 3, en Conseil des ministres, le président de la République soutient la ligne définie par le Premier ministre.

Le 12, l'adoption par le Conseil des ministres de la loi de finances pour 1991 relève du même exercice consistant à tenir compte tout à la fois des incertitudes internationales et des exigences sociales du P.S. Prévoyant 1 278 milliards de francs de dépenses (+ 4,8 p. 100) pour 1 197,8 milliards de francs de recettes, le budget 1991 ramène le déficit de 90 à 80 milliards de francs (1,2 p. 100 du P.I.B.) et donne la priorité au logement social, à l'éducation, à l'emploi, à la recherche, à l'environnement et à la justice. L'allégement fiscal global de 15,3 milliards de francs est réparti entre les entreprises (7,4 milliards), pour favoriser la lutte contre l'inflation et le chômage, et les consommateurs (7,9 milliards), grâce à une réduction du taux majoré de la T.V.A. de 25 à 22 p. 100. En revanche, des mesures dites « d'équité fiscale » doivent rapporter 6,7 milliards de francs supplémentaires à l'État : la réduction du plafonnement de l'impôt de solidarité sur la fortune (I.S.F.) et l'alourdissement de la taxation des plus-values mobilières en particulier plus-values sont décidés.

Le 19, Michel Rocard présente au Conseil des ministres son troisième plan pour l'emploi, destiné à lutter contre la pénurie de main-d'œuvre qualifiée et à abaisser le coût du travail. Ces mesures, dont certaines s'intègrent au projet du budget et dont le coût global peut être estimé à environ 8 milliards de francs, concernent essentiellement les petites et moyennes entreprises.

— Universalis

Événements précédents

  • 1er-24 septembre 1990 France. Intensification de l'engagement français dans le Golfe

    Le 3, Roland Dumas, ministre des Affaires étrangères, annonce que la France est favorable à un renforcement de l'embargo contre l'Irak et qu'elle n'exclut pas de participer à un conflit armé dans le Golfe. Cette attitude est approuvée par l'ensemble des responsables politiques français reçus à l'Élysée...

  • 21-25 août 1990 France. Violents incendies dans le Midi

    Le 21, le feu prend aux portes mêmes de Marseille et, en raison du mistral, se propage rapidement vers Cassis, où deux mille personnes doivent être évacuées, dont quatre cents par la mer. Une quinzaine de maisons sont détruites, et les célèbres calanques calcaires sont atteintes par le sinistre, qui...

  • 21-31 août 1990 France. Agitation paysanne

    Le 21, Henri Nallet, ministre de l'Agriculture, annonce à Nantes que des mesures de soutien vont être adoptées pour venir en aide aux agriculteurs, victimes de la sécheresse pour la seconde année consécutive, ainsi qu'aux éleveurs qui se plaignent de la chute des cours des viandes ovines et bovines,...

  • 7-25 août 1990 France. Réglementation du prix de l'essence

    Le 7, Pierre Bérégovoy, ministre de l'Économie et Premier ministre par intérim, décide de réglementer le prix de l'essence. À partir du 9 août jusqu'au 15 septembre, des prix plafonds sont fixés pour chaque région, afin de contenir les dérapages observés depuis le début de la remontée des cours du pétrole,...

  • 2 août 1990 France. Bataille autour du tracé du futur T.G.V.-Méditerranée

    Michel Delebarre, ministre de l'Équipement, prend position sur le tracé du futur T.G.V.-Méditerranée, qui doit prolonger, à la fois vers la Provence et vers le Roussillon, la ligne Paris-Lyon qui existe déjà. Il exclut plusieurs projets et charge le conseiller d'État Max Querrien d'examiner, à la tête...

  • 2-27 août 1990 France. Fermeté face à la crise du Golfe

    Le 2, dès l'annonce de l'invasion du Koweït par l'Irak, la France la condamne sans réserve. Le gouvernement demande « le retrait immédiat » des troupes de Bagdad, et notifie aux fournisseurs d'armes, dont l'Irak était un fidèle client, l'embargo sur l'ensemble des équipements militaires commandé par...

  • 1er août 1990 France. Rachat de Pathé Cinéma par Jérôme Seydoux

    Le groupe Chargeurs, que dirige Jérôme Seydoux, prend le contrôle de Pathé Cinéma en rachetant, pour 1,1 milliard de francs, les parts détenues par le groupe Rivaud (52,36 p. 100) et par l'homme d'affaires italien Giancarlo Parretti (46,5 p. 100), qui tentait vainement depuis deux ans d'acquérir la majorité...

  • 27 juillet-1er août 1990 France. Libération d'Anis Naccache et agitation dans les prisons

    Le 27, François Mitterrand gracie Anis Naccache et les quatre autres membres du commando qui avait tenté d'assassiner, le 18 juillet 1980, Chapour Bakhtiar, ancien Premier ministre d'Iran, tuant deux personnes et en blessant trois autres. Condamnés en 1982, sauf un, à la réclusion criminelle à perpétuité,...

  • 19-21 juillet 1990 France - Japon. Visite officielle de Michel Rocard au Japon

    Le 19, Michel Rocard arrive à Tōkyō, pour une visite officielle de trois jours. Il s'agit, tout d'abord, au cours de ses entretiens avec son homologue, Toshiki Kaifu, de tenter de lever le climat de méfiance qui s'est installé entre les deux pays.

    Les 20 et 21, après la « décrispation...

  • 18 juillet 1990 France. Découverte d'un trafic d'armes avec le Liban

    Le 18, le brigadier Jean-Claude Labourdette, policier chargé de la sécurité de l'ambassade de France à Beyrouth, est rapatrié à Marseille pour être entendu dans le cadre d'une enquête sur un trafic d'armes en provenance du Liban. Révélé par un policier membre du réseau, ce trafic aurait permis, depuis...