Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

1er-24 septembre 1990

France. Intensification de l'engagement français dans le Golfe

Le 3, Roland Dumas, ministre des Affaires étrangères, annonce que la France est favorable à un renforcement de l'embargo contre l'Irak et qu'elle n'exclut pas de participer à un conflit armé dans le Golfe. Cette attitude est approuvée par l'ensemble des responsables politiques français reçus à l'Élysée les 1er et 3, à l'exception de Jean-Marie Le Pen.

Le 6, dans la troisième conférence de presse qu'il donne depuis le 2 août, date de l'invasion du Koweït par les troupes irakiennes, le président de la République déclare qu'« il faut être implacable dans l'exécution de l'embargo » et que la France interviendrait sans hésitation en cas de nouvelle agression irakienne ; mais il réserve sa position en cas d'action américaine soudaine.

Le 15, François Mitterrand convoque un conseil restreint à l'Élysée à la suite de la violation, la veille, de la résidence de l'ambassadeur de France à Koweït, où quatre Français, dont un diplomate relâché le jour même, ont été enlevés. Répondant à cette « nouvelle agression », la France saisit le conseil de sécurité de l'O.N.U., demande l'extension de l'embargo au trafic aérien, expulse une quarantaine d'Irakiens, dont onze diplomates, et, surtout, renforce son dispositif militaire dans le Golfe, en décidant l'envoi de plus de quatre mille hommes, de chars, d'hélicoptères et d'une trentaine d'avions de combat en Arabie Saoudite. Cette opération, baptisée Daguet, la plus importante depuis la guerre d'Algérie, et dont le commandement est confié au général de corps d'armée Michel Roquejeoffre, place désormais la France dans une position plus offensive que défensive. De Saint-Maximin (Var), où ils participent à la première réunion du bureau politique de l'Union pour la France (U.P.F.), Valéry Giscard d'Estaing et Jacques Chirac approuvent, dans une déclaration commune, l'ensemble de ces décisions, tandis que le P.C.F. exprime ses réserves, et que le F.N., les Verts et l'extrême gauche les critiquent.

À partir du 21, les onze navires civils affrétés par le ministère de la Défense pour le transport des troupes et des matériels commencent à quitter le port de Toulon à destination de Yanbu, port saoudien de la mer Rouge. Ils y arrivent à partir du 29, pour ensuite gagner l'intérieur du désert arabe, à une centaine de kilomètres de la frontière koweïtienne.

Le 23, le porte-avions Clemenceau commence à débarquer à Yanbu cinq cents soldats, quarante-deux hélicoptères et soixante-dix véhicules ; après quoi il regagne la France.

Le 24, devant l'Assemblée générale de l'O.N.U. à New York, François Mitterrand, rappelant que sa « logique est celle de la paix », propose à Bagdad un plan en quatre étapes, dont les premières supposent le retrait des troupes d'occupation du Koweït et la libération des otages. L'Irak, tout en soulignant le « ton non agressif » de ces propositions, ne fait pourtant aucun pas dans le sens de leur application.

— Universalis

Événements précédents

  • 21-25 août 1990 France. Violents incendies dans le Midi

    Le 21, le feu prend aux portes mêmes de Marseille et, en raison du mistral, se propage rapidement vers Cassis, où deux mille personnes doivent être évacuées, dont quatre cents par la mer. Une quinzaine de maisons sont détruites, et les célèbres calanques calcaires sont atteintes par le sinistre, qui...

  • 21-31 août 1990 France. Agitation paysanne

    Le 21, Henri Nallet, ministre de l'Agriculture, annonce à Nantes que des mesures de soutien vont être adoptées pour venir en aide aux agriculteurs, victimes de la sécheresse pour la seconde année consécutive, ainsi qu'aux éleveurs qui se plaignent de la chute des cours des viandes ovines et bovines,...

  • 7-25 août 1990 France. Réglementation du prix de l'essence

    Le 7, Pierre Bérégovoy, ministre de l'Économie et Premier ministre par intérim, décide de réglementer le prix de l'essence. À partir du 9 août jusqu'au 15 septembre, des prix plafonds sont fixés pour chaque région, afin de contenir les dérapages observés depuis le début de la remontée des cours du pétrole,...

  • 2 août 1990 France. Bataille autour du tracé du futur T.G.V.-Méditerranée

    Michel Delebarre, ministre de l'Équipement, prend position sur le tracé du futur T.G.V.-Méditerranée, qui doit prolonger, à la fois vers la Provence et vers le Roussillon, la ligne Paris-Lyon qui existe déjà. Il exclut plusieurs projets et charge le conseiller d'État Max Querrien d'examiner, à la tête...

  • 2-27 août 1990 France. Fermeté face à la crise du Golfe

    Le 2, dès l'annonce de l'invasion du Koweït par l'Irak, la France la condamne sans réserve. Le gouvernement demande « le retrait immédiat » des troupes de Bagdad, et notifie aux fournisseurs d'armes, dont l'Irak était un fidèle client, l'embargo sur l'ensemble des équipements militaires commandé par...

  • 1er août 1990 France. Rachat de Pathé Cinéma par Jérôme Seydoux

    Le groupe Chargeurs, que dirige Jérôme Seydoux, prend le contrôle de Pathé Cinéma en rachetant, pour 1,1 milliard de francs, les parts détenues par le groupe Rivaud (52,36 p. 100) et par l'homme d'affaires italien Giancarlo Parretti (46,5 p. 100), qui tentait vainement depuis deux ans d'acquérir la majorité...

  • 27 juillet-1er août 1990 France. Libération d'Anis Naccache et agitation dans les prisons

    Le 27, François Mitterrand gracie Anis Naccache et les quatre autres membres du commando qui avait tenté d'assassiner, le 18 juillet 1980, Chapour Bakhtiar, ancien Premier ministre d'Iran, tuant deux personnes et en blessant trois autres. Condamnés en 1982, sauf un, à la réclusion criminelle à perpétuité,...

  • 19-21 juillet 1990 France - Japon. Visite officielle de Michel Rocard au Japon

    Le 19, Michel Rocard arrive à Tōkyō, pour une visite officielle de trois jours. Il s'agit, tout d'abord, au cours de ses entretiens avec son homologue, Toshiki Kaifu, de tenter de lever le climat de méfiance qui s'est installé entre les deux pays.

    Les 20 et 21, après la « décrispation...

  • 18 juillet 1990 France. Découverte d'un trafic d'armes avec le Liban

    Le 18, le brigadier Jean-Claude Labourdette, policier chargé de la sécurité de l'ambassade de France à Beyrouth, est rapatrié à Marseille pour être entendu dans le cadre d'une enquête sur un trafic d'armes en provenance du Liban. Révélé par un policier membre du réseau, ce trafic aurait permis, depuis...

  • 13-14 juillet 1990 France. Préconisation de réformes par François Mitterrand

    Le 13, François Mitterrand procède à l'installation officielle du Conseil scientifique de l'évaluation, chargé d'évaluer les politiques publiques. C'est l'occasion, pour le président de la République, de préconiser, en la matière, « objectivité et transparence », et de se demander, exemples à l'appui...