Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

3-23 mars 2004

France. Démission des directeurs d'unité de recherche

Le 3, plusieurs milliers de chercheurs participent à une journée de mobilisation et de sensibilisation du public aux problèmes de la recherche, à l'appel du collectif de chercheurs Sauvons la recherche (S.L.R.). Les jours suivants, de nombreux responsables universitaires se joignent au mouvement.

Le 6, le Premier ministre Jean-Pierre Raffarin propose de débloquer 3 milliards d'euros sur trois ans, à compter de 2005, en faveur de la recherche. Le collectif des chercheurs dénonce le caractère imprécis du financement de cette mesure et déplore l'absence d'engagement du gouvernement sur l'emploi des jeunes chercheurs.

Le 9, des centaines de directeurs d'unité de recherche démissionnent de leurs fonctions administratives, comme ils avaient menacé de le faire en l'absence de réponse satisfaisante du gouvernement à leurs revendications. Le collectif S.L.R. adresse le même jour une lettre à Jacques Chirac pour lui rappeler sa promesse de faire de la recherche l'une des priorités de son quinquennat.

Le 17, le chef de l'État, répondant aux chercheurs, évoque l'adoption prochaine d'une « nouvelle loi d'orientation et de programmation » et la mise en place, par le gouvernement, d'une « discussion nationale sur l'emploi scientifique et les métiers de la recherche ». Le collectif des chercheurs estime ces propositions insuffisantes.

Le 19, deux jours avant le premier tour des élections régionales et cantonales, des milliers de chercheurs manifestent, à Paris et en province, à l'appel du collectif S.L.R., soutenus par de nombreux syndicats de l'enseignement supérieur.

Le 23, la direction du C.N.R.S. rejette les démissions administratives des responsables de laboratoire.

— Universalis

Événements précédents