24 mai-7 juin 2021

Mali. Coup d’État contre les organes de transition

Le 24, le président de la transition Bah N’Daw et le Premier ministre Moctar Ouane sont arrêtés sur ordre du colonel Assimi Goïta, qui avait participé au renversement du président Ibrahim Boubacar Keïta en août 2020 et qui occupe le poste de vice-président de la transition. Ce second putsch en moins d’un an intervient à la suite de l’annonce de la nomination d’un nouveau gouvernement au sein duquel deux des auteurs du coup d’État d’août 2020 n’avaient pas été reconduits à leur poste de ministre de la Défense et de ministre de la Sécurité. L’arrestation des dirigeants civils de la transition sera dénoncée par le Conseil de sécurité de l’ONU, l’Union africaine, la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (Minusma), les États-Unis et l’Union européenne.

Le 27, Bah N’Daw et Moctar Ouane, qui ont démissionné, sont libérés.

Le 28, la Cour constitutionnelle proclame Assimi Goïta président de la transition jusqu’à la fin de cette période, en février 2022.

Le 30, dans un entretien au Journal du dimanche, le président français Emmanuel Macron menace de retirer les troupes de l’opération Barkhane déployées dans le pays si les nouveaux dirigeants maliens cédaient à la « tentation » de l’« islam radical ».

Le 30 également, la CEDEAO suspend le Mali de ses rangs et demande la nomination d’un Premier ministre civil.

Le 7 juin, Assimi Goïta est investi à la tête de l’État par la Cour suprême. Il nomme au poste de Premier ministre Choguel Kokalla Maïga, le président du comité stratégique du Mouvement du 5 juin-Rassemblement des forces patriotiques (M5-RFP). Le M5-RFP regroupe des organisations et des partis d’opposition à l’origine du mouvement de contestation de juin 2020 qui a abouti à la chute d’Ibrahim Boubacar Keïta.

— Universalis

Événements précédents

  • 5 mai 2021 Mali - France. Enlèvement du journaliste français Olivier Dubois

    La diffusion d’une vidéo sur les réseaux sociaux confirme l’enlèvement à Gao, en avril, par le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM) affilié à Al-Qaida, du journaliste français indépendant Olivier Dubois, installé dans le pays depuis six ans. C’est le GSIM qui détenait l’humanitaire française...

  • 2 janvier-19 février 2021 Mali - Niger - France. Pertes françaises et opération djihadiste

    Le 2, deux soldats français de la force Barkhane sont tués par un engin explosif improvisé à Ménaka, au Mali, près de la frontière nigérienne. Fin décembre 2020, trois autres soldats français avaient été tués dans des circonstances similaires à Hombori, plus à l’ouest. Le seuil des cinquante soldats...

  • 2-13 novembre 2020 Mali - France. Opérations antidjihadistes au Mali

    Le 2, l’état-major des armées annonce la « neutralisation », fin octobre, par la force Barkhane et ses alliés africains et européens, d’une centaine de combattants du mouvement djihadiste Ansarul Islam, rattaché au Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM) proche d’Al-Qaida, et de l’organisation...

  • 4-9 octobre 2020 Mali - France - Suisse. Libération d’otages par le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans

    Le 4, la junte au pouvoir depuis le putsch d’août libère environ deux cents prisonniers djihadistes, dont plusieurs cadres responsables d’attentats meurtriers dans la région.

    Le 8, le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM), lié à Al-Qaida, libère la travailleuse humanitaire française...

  • 10-27 septembre 2020 Mali. Désignation d’un exécutif par la junte

    Du 10 au 12, le Comité national pour le salut du peuple (CNSP), qui a renversé le président Ibrahim Boubacar Keïta en août, organise des « journées de concertation nationale » réunissant des responsables politiques, syndicalistes, associatifs et religieux, afin de déterminer une « architecture de la...

  • 18-28 août 2020 Mali. Coup d’État

    Le 18, des militaires arrêtent le président Ibrahim Boubacar Keïta, au pouvoir depuis septembre 2013. Il est transféré dans le camp militaire Soundiata-Keïta de Kati, proche de Bamako, où la mutinerie a débuté, et le chef de l’État annonce sa démission quelques heures plus tard, ainsi que la dissolution...

  • 10-27 juillet 2020 Mali. Durcissement du mouvement de contestation

    Le 10, une manifestation de « désobéissance civile pacifique » organisée par l’opposition tourne à l’émeute. Mobilisés depuis juin, les opposants au régime du président Ibrahim Boubacar Keïta – dit « IBK » – accusent la Cour constitutionnelle d’avoir révisé les résultats en faveur du Rassemblement pour...

  • 3 juin 2020 Mali - France. Élimination par l’armée française du chef d’Al-Qaida au Maghreb islamique

    Les forces spéciales françaises éliminent l’émir d’Al-Qaida au Maghreb islamique (AQMI), l’Algérien Abdelmalek Droukdel, lors d’une opération dans l’Adrar des Ifoghas, dans le nord-est du pays. L’état-major français reconnaît toutefois que « l’ennemi principal […], c’est l’État islamique au Grand Sahara,...

  • 11-13 mai 2020 Mali. Flambée de violences à Kayes

    Le 11, un policier abat un jeune homme lors d’une interpellation qui dégénère, dans la banlieue de Kayes, dans l’ouest du pays. Des émeutes s’ensuivent. Depuis plusieurs semaines, la ville est le théâtre de manifestations alimentées par les soupçons de fraude lors des élections législatives d’avril et...

  • 19 avril 2020 Mali. Élections législatives

    Le second tour des élections législatives est marqué, comme le premier en mars, par des violences djihadistes qui perturbent le déroulement du scrutin dans le centre et le nord du pays. Les élections, qui devaient se tenir au cours de l’automne 2018, après le scrutin présidentiel, ont été reportées à...