Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

21-26 décembre 2017

Espagne. Élections régionales en Catalogne

Le 21 se déroulent des élections régionales anticipées en Catalogne, organisées à la suite de la proclamation unilatérale de l’indépendance par le Parlement catalan en octobre, suivie de la dissolution de celui-ci par le gouvernement de Madrid et du placement de la région sous la tutelle de l’État. Pour la première fois depuis le retour de la démocratie dans le pays, une formation non nationaliste, le parti libéral unioniste Ciutadans – version catalane de Ciudadanos – conduit par Inés Arrimadas, arrive en tête d’un scrutin en Catalogne. Ciutadans progresse fortement avec 25,4 p. 100 des suffrages et 36 sièges sur 135. En léger progrès, les deux listes nationalistes Ensemble pour la Catalogne (droite), du président destitué Carles Puigdemont, et la Gauche républicaine-Catalunya Sí, de Marta Rovira, obtiennent respectivement 21,7 p. 100 des voix et 34 élus, et 21,4 p. 100 des suffrages et 32 députés. Les indépendantistes les plus radicaux de la Candidature d’unité populaire (extrême gauche), menés par Carles Riera, sont en forte baisse avec 4,5 p. 100 des voix et 4 élus. Le Parti socialiste de Catalogne se maintient avec 13,9 p. 100 des suffrages et 17 sièges ; Catalogne en commun-Podem (gauche radicale) régresse avec 7,5 p. 100 des voix et 8 élus ; le Parti populaire catalan (conservateur) subit un grave revers avec 4,2 p. 100 des suffrages et 4 députés. Le taux de participation est très élevé : 81,9 p. 100. Les listes nationalistes totalisent 47,5 p. 100 des voix et conservent la majorité absolue au Parlement avec 70 sièges. Huit des députés nationalistes élus sont en exil en Belgique ou en détention préventive en Espagne.

Le 22, Carles Puigdemont proclame la victoire de la « République catalane » et demande « une restauration du gouvernement légitime », « la libération des prisonniers politiques » et « le retrait de la police » nationale de la région. Il propose au Premier ministre Mariano Rajoy de le rencontrer pour « parler, sans conditions préalables » et redemande à l’Union européenne d’« écouter le peuple catalan et pas seulement l’État espagnol ». Mariano Rajoy se dit prêt à « entamer un dialogue constructif » avec « le prochain gouvernement catalan », sans citer l’ancien président de la Généralité.

Le 26, Madrid annonce le retrait, avant le 30, des forces nationales de police qui avaient été déployées en Catalogne pour empêcher la tenue du référendum d’octobre.

— Universalis

Événements précédents

  • 5 décembre 2017 Espagne. Retrait du mandat d’arrêt européen contre Carles Puigdemont

    Le Tribunal suprême annule le mandat d’arrêt européen émis en novembre à l’encontre de l’ex-chef de l’exécutif catalan Carles Puigdemont et de ses quatre ministres réfugiés en Belgique en octobre. La justice belge devait se prononcer sur leur extradition le 14. Le Tribunal craint que la justice belge...

  • 18 novembre 2017 Venezuela - Espagne. Fuite de l’opposant Antonio Ledezma

    L’opposant vénézuélien Antonio Ledezma, ancien maire de Caracas, arrive en Espagne via la Colombie. Il a fui son pays où il avait été assigné à résidence après avoir été arrêté pour conspiration en février 2015. Il dénonce la « dictature » du président Nicolás Maduro et appelle l’opposition de la Table...

  • 2-12 novembre 2017 Espagne. Placement en détention d’ex-ministres catalans

    Le 2, l’Audience nationale ordonne le placement en détention provisoire de huit ex-ministres de l’exécutif catalan, dont l’ancien vice-président Oriol Junqueras, qui sont accusés de « rébellion, sédition et détournement de fonds publics » depuis la destitution de la Généralité consécutive au vote par...

  • 1er-30 octobre 2017 Espagne. Référendum d’autodétermination en Catalogne

    Le 1er, l’exécutif catalan organise un référendum relatif à l’instauration d’un « État indépendant sous la forme d’une république », consultation qui est interdite par le gouvernement de Madrid. Tandis que les Mossos d’Esquadra – la police catalane – se montrent passives, la police nationale tente violemment...

  • 6-25 septembre 2017 Espagne. Montée des tensions en Catalogne avant le référendum d’autodétermination

    Le 6, le Parlement régional catalan adopte, selon une procédure d’urgence dénoncée par l’opposition, le projet de loi approuvant l’organisation, le 1er octobre, d’un référendum d’autodétermination en Catalogne, que Madrid et la Cour constitutionnelle jugent illégal. Le texte, qui définit le...

  • 17-26 août 2017 Espagne. Attentats terroristes à Barcelone et Cambrils

    Le 17, à Barcelone, un homme au volant d’une camionnette fauche des passants sur l’artère touristique des Ramblas, tuant ou blessant mortellement treize personnes. Le chauffeur prend la fuite. Les victimes – tués ou blessés – présentent une trentaine de nationalités. L’organisation État islamique (EI)...

  • 4-14 juillet 2017 Espagne. Publication du projet de loi de référendum d’autodétermination en Catalogne

    Le 4, le gouvernement catalan de Carles Puigdemont publie le texte du projet de loi devant être soumis au Parlement catalan, qui prévoit les modalités d’organisation du référendum d’autodétermination annoncé en juin. La question qui doit être posée est : « Voulez-vous que la Catalogne soit un État indépendant...

  • 21 mai 2017 Espagne. Réélection de Pedro Sánchez à la tête du PSOE

    Pedro Sánchez est réélu à la direction du Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) à l’issue de primaires internes. Il l’emporte largement sur sa principale rivale, la présidente de l’Andalousie Susana Díaz. Pedro Sánchez avait été poussé à la démission en octobre 2016 par l’appareil du parti qui contestait...

  • 13 mars 2017 Espagne. Condamnation d’Artur Mas

    Le tribunal supérieur de justice de Catalogne condamne l’ancien président de la province Artur Mas (Convergence démocratique de Catalogne) à deux ans d’interdiction d’exercice d’une fonction publique élective et à une amende pour « désobéissance ». Celui-ci avait organisé, en novembre 2014, une « consultation...

  • 23 février 2017 Espagne. Condamnation du banquier Rodrigo Rato

    Le tribunal de l’Audience nationale condamne à quatre ans et demi de prison, pour détournements de fonds, l’ancien directeur général du FMI Rodrigo Rato. Ancien ministre de l’Économie et ancien vice-président du gouvernement, celui-ci était poursuivi dans l’affaire des cartes bancaires de complaisance,...