Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

1er-10 janvier 2023

Brésil. Assaut de milliers de militants bolsonaristes contre le siège des institutions à Brasília

Le 1er, Luiz Inácio Lula Da Silva, élu président en octobre 2022, prête serment, entouré de membres de la société civile, dont le chef indigène Raoni Metuktire, mais en l’absence de son prédécesseur Jair Bolsonaro.

Manifestation bolsonariste à Brasília, 2023

Manifestation bolsonariste à Brasília, 2023

Le 8, des milliers de partisans de Jair Bolsonaro, qui contestent toujours la victoire électorale de Lula, prennent d’assaut et vandalisent les bâtiments du Congrès, du Tribunal suprême fédéral et du Planalto, le siège de la présidence, sur la place des Trois-Pouvoirs, à Brasília. Le calme est rétabli dans la soirée. Lula place par décret la sécurité de Brasília sous l’autorité du gouvernement fédéral, tandis que le gouverneur de la capitale Ibaneis Rocha, proche de Jair Bolsonaro, est suspendu de ses fonctions par le juge au Tribunal suprême Alexandre de Moraes. Exilé en Floride, Jair Bolsonaro affirme que les « manifestations pacifiques […] font partie de la démocratie », mais que « les pillages et les invasions de bâtiments publics […] sont contraires à la règle ».

Le 9, les campements installés à Brasília par les bolsonaristes, notamment devant le quartier général de l’armée, sont démantelés. Au moins mille cinq cents militants d’extrême droite sont arrêtés.

Le 10, Alexandre de Moraes ordonne l’arrestation du commandant de la police militaire de Brasília, Fábio Augusto Vieira, et de l’adjoint à la sécurité du gouverneur de la capitale, Anderson Torres. La police militaire est accusée de s’être montrée conciliante avec les émeutiers. Un nouveau directeur général de la police fédérale, Andrei Rodrigues, est nommé, qui décide aussitôt le remplacement de vingt des vingt-sept responsables régionaux de l’institution. Des dizaines de militaires travaillant à la présidence seront démis de leurs fonctions.

— Universalis

Événements précédents