Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

17-29 décembre 1996

Pérou. Prise d'otages à l'ambassade du Japon à Lima

Le 17, un commando d'une vingtaine d'hommes appartenant au Mouvement révolutionnaire Tupac Amaru (M.R.T.A.), d'obédience guévariste, fait irruption dans l'ambassade du Japon à Lima lors d'une réception réunissant six cents personnes, dont plusieurs ministres ainsi que des parents du président Fujimori, qui est d'origine japonaise. Les rebelles, dirigés par Nestor Cerpa Cartolini, exigent l'abandon de la politique néo-libérale du gouvernement « appuyé par le Japon », la libération des quatre cents à cinq cents militants du M.R.T.A. emprisonnés, dont le chef du mouvement, Victor Polay Campos, et le versement d'un « impôt révolutionnaire ». Le commando libère de nombreux otages – femmes, enfants et malades –, retenant encore plusieurs centaines d'hommes à l'intérieur du bâtiment.

Le 21, dans une allocution, Alberto Fujimori annonce son intention de « parvenir à une issue qui respecte le droit des otages et ceux des assaillants », tout en affichant une fermeté approuvée par la classe politique ainsi que par Washington et Tōkyō.

Le 22, le commando libère deux cent vingt-cinq otages.

Le 24, les rebelles relâchent l'ambassadeur d'Uruguay en échange de l'élargissement de deux militants du M.R.T.A. détenus dans ce pays.

Le 26, c'est au tour de l'ambassadeur du Guatemala d'être libéré.

Le 29, le ministre de l'Éducation, Domingo Palermo, désigné comme médiateur le 18, engage le dialogue avec le commando. Mais le pouvoir comme les rebelles modèrent et durcissent tour à tour leur position. À la fin de l'année, quatre-vingt-une personnes sont encore retenues en otages.

— Universalis

Événements précédents

  • 14 juin 1995 Pérou. Amnistie pour les forces de l'ordre

    Le 14, le Parlement amnistie les militaires accusés de violation des droits de l'homme dans le cadre de la lutte contre la guérilla depuis 1980. Sont également amnistiés les responsables de la tentative de coup d'État militaire contre le président Alberto Fujimori, en septembre 1992. Cette mesure, critiquée...

  • 9 avril 1995 Pérou. Réélection du président Alberto Fujimori

    Le président populiste Alberto Fujimori remporte une large victoire dès le premier tour de l'élection présidentielle, obtenant 64,42 p. 100 des suffrages. Son principal adversaire, l'ancien secrétaire général de l'O.N.U. Javier Pérez de Cuéllar, qui faisait campagne en faveur d'une « démocratie pleine...

  • 13-28 février 1995 Équateur - Pérou. Conclusion d'un accord de paix

    Le 13, à l'issue de vingt jours de combats dans la zone frontalière contestée, le Pérou annonce un succès militaire décisif et décrète un cessez-le-feu unilatéral que l'Équateur s'engage aussitôt à respecter, tout en contestant la réalité de la victoire péruvienne.

    Le 17,...

  • 27 janvier 1995 Équateur - Pérou. Renaissance du conflit frontalier

    Le président équatorien Sixto Durán Ballen décrète l'état d'urgence à la suite d'incidents survenus la veille entre des troupes équatoriennes et péruviennes dans la cordillère du Cóndor, une zone frontalière contestée qui renfermerait de l'or et du pétrole. Le litige entre Lima et Quito remonte à janvier...

  • 31 octobre 1993 Pérou. Référendum sur la révision de la Constitution

    La révision de la Constitution proposée par le président Alberto Fujimori est adoptée par référendum par moins de 55 p. 100 des suffrages. Élaborée par l'Assemblée constituante élue en novembre 1992, elle permet principalement au président sortant de se représenter immédiatement pour un nouveau mandat...

  • 13-22 novembre 1992 Pérou. Tentative de putsch et élection de l'Assemblée constituante

    Le 13, le président Alberto Fujimori déjoue une tentative de coup d'État organisée par un groupe d'officiers dirigés par le général Jaime Salinas Sedo. Ceux-ci affirment qu'ils voulaient restaurer l'ordre constitutionnel et empêcher la fraude organisée, selon eux, en vue de l'élection de l'Assemblée...

  • 12 septembre-7 octobre 1992 Pérou. Arrestation du chef du Sentier lumineux

    Le 12, la police arrête Abimaël Guzman, chef du Sentier lumineux, ainsi que sept autres dirigeants du mouvement de guérilla maoïste, à Surco, au sud de Lima. Ancien professeur de philosophie, Abimaël Guzman avait fondé en 1970 le Parti communiste du Pérou-Sentier lumineux (P.C.P.-S.L., prochinois), qui...

  • 5-21 avril 1992 Pérou. Coup de force du président Alberto Fujimori

    Le 5, le président Alberto Fujimori dissout illégalement le Parlement, annonce la réorganisation du pouvoir judiciaire et suspend les garanties constitutionnelles. Le 17, il dissoudra aussi les assemblées régionales. L'armée qui le soutient prend position dans le centre-ville de Lima. Plusieurs opposants...

  • 8-27 février 1991 Pérou. Grave épidémie de choléra

    Le 8, l'état d'urgence sanitaire est instauré sur une grande partie du territoire, alors qu'une épidémie de choléra, qui a pris naissance à la fin de janvier ou au début de février dans le port de Chimbote, à trois cent soixante kilomètres au nord-ouest de Lima, la capitale, s'étend rapidement. Plusieurs...

  • 7-9 août 1990 Pérou. Émeutes après l'annonce d'un plan économique draconien

    Le 7, le gouvernement péruvien étend à Lima et à une dizaine de provinces l'état d'urgence déjà en vigueur dans la « zone rouge » où sévit la guérilla maoïste du Sentier lumineux. Cette décision précède l'annonce du plan économique du président Alberto Fujimori, qui a pris ses fonctions le 28 juillet....