16-20 septembre 1993

France. Mesures contre le recours systématique aux licenciements

Le 16, trois jours après l'adoption par le Conseil des ministres du projet de plan quinquennal sur l'emploi et au lendemain de l'annonce de milliers de suppressions d'emplois par diverses entreprises privées mais aussi publiques – Air France, Thomson-C.S.F., Bull, G.I.A.T.-Industries, S.N.E.C.M.A. –, le Premier ministre Édouard Balladur exhorte les dirigeants d'entreprise à n'envisager des réductions d'effectifs qu'en tout dernier recours.

Le 17, le secrétaire général de Force ouvrière Marc Blondel demande officiellement au Premier ministre d'imposer un gel des licenciements pendant six mois.

Le 20, le gouvernement décide qu'aucune entreprise publique ne sera autorisée, d'ici au 31 mars 1994, à présenter un plan social qui ne comprendrait pas toutes les mesures prévues dans le plan quinquennal sur l'emploi, destinées à éviter les licenciements, notamment le chômage partiel de longue durée et l'annualisation du temps de travail. Il exclut un quelconque gel des licenciements.

— Universalis

Événements précédents