15 avril 1993

France. Création de la F.S.U

La nouvelle Fédération syndicale unitaire de l'enseignement, de l'éducation, de la recherche et de la culture (F.S.U.) dépose officiellement ses statuts. Rompant l'unité syndicale du monde enseignant qui existait depuis 1947, la F.S.U. est née de la crise traversée par la Fédération de l'éducation nationale (F.E.N.) en 1992. La F.E.N. est passée de cinq cent cinquante mille à trois cent cinquante mille adhérents dans les années 1980. Le pouvoir du syndicat des instituteurs (S.N.I.-P.E.C.G.), d'obédience socialiste, s'est peu à peu effrité au profit de celui des enseignants de second degré (S.N.E.S.), proches du Parti communiste. La tentative de reprise en main de la F.E.N. par le S.N.I. a abouti à la scission de la Fédération par l'exclusion de ses rangs, le 6 mai 1992 – décision entérinée le 6 octobre 1992 – du S.N.E.S. et du S.N.E.P. (éducation physique), puis, le 4 décembre 1992, du S.N.E.T.A.A. (enseignement technique) et d'autres syndicats minoritaires. La F.S.U. regroupe quatorze syndicats d'enseignants et de personnels de l'éducation et compte près de cent cinquante mille adhérents, contre moins de cent quatre-vingt mille pour la F.E.N. Ses statuts visent à empêcher un syndicat ou un courant d'acquérir une position dominante. Le premier secrétaire général de la F.S.U. est Michel Deschamps, secrétaire général du Syndicat national de l'enseignement technique agricole public.

— Universalis

Événements précédents