15-30 novembre 2000France. Mouvement de revendication institutionnelle en Guyane

 

Le 15, l'Assemblée nationale adopte définitivement le projet de loi d'orientation pour l'outre-mer qui institue un congrès dans les départements d'outre-mer. Ce congrès, composé des conseillers régionaux et généraux, est chargé de discuter de propositions institutionnelles. Il n'a toutefois pas de caractère permanent et ses propositions doivent être soumises aux assemblées régionales et départementales. En Guyane, une majorité d'élus de gauche réunis, avec des représentants d'associations, au sein du Komité Pou Nou Démaré la Gwyane, défend, contre cette loi d'orientation, le « pacte de développement » adopté par les conseillers généraux et régionaux en février 1999. Ce pacte préconise un transfert de compétences de l'État vers une assemblée unique.

Le 27, le Komité, relayé par l'Union des travailleurs guyanais, syndicat indépendantiste majoritaire, organise une journée de protestation en vue de réclamer l'ouverture de négociations avec les autorités sur la base du « pacte de développement ». Dans la nuit, à Cayenne, des incidents violents, qui font six blessés graves par balles, opposent les forces de l'ordre à de jeunes casseurs. De nouveaux incidents se produisent le 29. Le calme revient le 30.

—  Universalis



Tous les événements concernant :

Tous les événements :

Pour citer l’article

«  15-30 novembre 2000 - France. Mouvement de revendication institutionnelle en Guyane », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 mai 2021. URL : http://www.universalis.fr/evenement/15-30-novembre-2000-mouvement-de-revendication-institutionnelle-en-guyane/