WU TIANMING (1939-2014)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le producteur et réalisateur chinois Wu Tianming fut l’audacieux directeur (1983-1990) du studio (contrôlé par l’État) de Xian, encourageant les films novateurs et contestataires tournés dans les années 1980 par des cinéastes dits de la « cinquième génération », tels Zhang Yimou et Chen Kaige. Il réalisa également plusieurs films qui faisaient une peinture sans concession des événements de l’histoire de son pays, comme on le voit dans La Rivière sauvage (1983), évocation des lendemains de la révolution culturelle (1966-1976).

Wu Tianming naît le 19 octobre 1939 dans le district de Sanyuan (province du Shaanxi). Il commence par travailler pour le studio de Xian en tant qu’acteur, puis s’apprête à entrer à l’Académie du cinéma de Pékin (1966). Mais son père, un haut fonctionnaire, est victime d’une purge la même année et son admission est annulée. Au cours des années 1970, il finit par intégrer l’académie, où il étudie la réalisation. Une fois diplômé, il retourne à Xian comme assistant du réalisateur influent Cui Wei. Il réalise ensuite plusieurs films, dont La Vie (Rensheng, 1984), à propos d’un professeur qui délaisse sa bien-aimée, une paysanne, pour aller vivre en ville, et Le Vieux Puits (Laojing, 1986), qui remporte le grand prix du festival international du film de Tōkyō. Nombre d’œuvres de Wu Tianming et des réalisateurs de la « cinquième génération » sont censurées et ne connaissent qu’une distribution restreinte en Chine. Lors des répressions contre les manifestants de la place Tiananmen en 1989, Wu Tianming est professeur invité aux États-Unis, où il décide de rester. Revenu en Chine en 1994, il réalise Le Roi des masques (Bian Lian, 1996), C.E.O (Shouxi zhixingguan, 2002), et Le Chant du phénix (Bainiao chaofeng, 2013), portrait d’un musicien traditionnel incapable de trouver un public pour son art dans la Chine urbaine moderne. Il meurt le 4 mars 2014 à Pékin.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  WU TIANMING (1939-2014)  » est également traité dans :

CHINOIS CINÉMA

  • Écrit par 
  • Régis BERGERON, 
  • Adrien GOMBEAUD, 
  • Charles TESSON
  •  • 6 415 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La révolution culturelle et ses échos »  : […] L’initiative du cinéaste déborde pourtant parfois ce cadre étroit, à la faveur d’une conjoncture politique qui permet davantage d’audace : en 1956, quand les créateurs sont incités à faire s’épanouir « cent fleurs » ; dans les trois ou quatre premières années soixante, avant que Mao Zedong ne réagisse vivement en rappelant (1962) qu’il « ne faut jamais oublier la lutte de classes » ; en 1978-1987, […] Lire la suite

Pour citer l’article

« WU TIANMING (1939-2014) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/wu-tianming/