CHAUVIRÉ YVETTE (1917-2016)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une carrière internationale pour une artiste multiple

En désaccord avec le fonctionnement de l'Opéra de Paris et soucieuse de répondre aux sollicitations internationales, Yvette Chauviré quitte plusieurs fois cette institution (entre 1946 et 1947 puis entre 1949 et 1953, avant d'obtenir un contrat d'étoile invitée en 1957) pour se produire sur les scènes du monde entier, avec diverses compagnies. C’est ainsi qu’en 1946 elle rejoint Serge Lifar aux Nouveaux Ballets de Monte-Carlo, qui sont alors programmés dans de nombreux théâtres européens. De Lifar toujours, elle crée notamment Chota Roustaveli (1946), avec des décors du peintre Constantin Nepo (son compagnon), et Nautéos (1947). Revenue avec Lifar à l'Opéra de Paris en septembre 1947, Yvette Chauviré contribue grandement aux triomphes des premières tournées de l'Opéra aux États-Unis en 1948 et en Union soviétique en 1958. Une fois libérée des contraintes de l'Opéra, elle danse aussi bien à Rio de Janeiro, Le Caire, Stockholm, Johannesburg ou Berlin. Mais elle est surtout plébiscitée par le Ballet du Théâtre Bolchoï de Moscou, le London Festival Ballet et le Royal Ballet de Londres, ainsi que la Scala de Milan, autant de compagnies qui lui offrent la possibilité de danser de grands ballets classiques (Le Lac des cygnes, Coppélia, Sylvia, La Belle au bois dormant) qui ne figurent pas à cette époque au répertoire de l'Opéra de Paris. Dans le cadre des Ballets des Champs-Élysées, Victor Gsovsky règle pour elle le Grand Pas classique (1949). À Berlin, Tatiana Gsovsky lui crée La Dame aux camélias (1957) sur une musique originale de Henri Sauguet.

En tant que chorégraphe, elle donne sa version de Giselle (1950), de Roméo et Juliette (1951), du Cygne (1953) et de La Péri (1955).

Parallèlement à son métier de danseuse et chorégraphe, Yvette Chauviré a connu le succès à l’âge de vingt ans avec un premier film, La Mort du cygne, du réalisateur Jean Benoît-Lévy. Deux autres longs-métrages ont suivi : Péchés de jeunesse de Maurice Tourneur en 1941 et Carrousel fantastique d’Ettori [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages






Écrit par :

Classification


Autres références

«  CHAUVIRÉ YVETTE (1917-2016)  » est également traité dans :

LIFAR SERGE (1905-1986)

  • Écrit par 
  • Marie-Françoise CHRISTOUT
  •  • 2 829 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Maître de ballet »  : […] Une rencontre va soudain orienter le destin de Lifar. Directeur de l'Opéra de Paris, Jacques Rouché fait appel au danseur puis lui demande de remplacer le chorégraphe Balanchine, alors souffrant, pour régler en hâte Les Créatures de Prométhée (1929) de Ludwig van Beethoven. Développant le rôle mythique du Titan qu'il incarne en mêlant d'instinct danse et sentiment, Lifar imprime à l'œuvre un car […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Ariane DOLLFUS, « CHAUVIRÉ YVETTE - (1917-2016) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/yvette-chauvire/