YOKOMITSU TOSHIKAZU ou RIICHI (1898-1947)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un express fonce à travers la plaine. La foule court. Des mouvements rapides sillonnent le champ du regard. La conscience traverse tour à tour des états de stagnation et des états de crise : les marais de la fatigue, les obsessions imaginaires, les pièges de la jalousie, de l'orgueil ou de la timidité. Des gros plans alternent avec des avalanches de métaphores.

Yokomitsu Toshikazu (dont le nom personnel se lit communément Riichi) commence à publier en 1923 et conquiert aussitôt la gloire. Chaque nouvelle ou récit (Monnaie de l'affliction, Kanashimi no daika, composé vers 1921 ; La Mouche, Hae ; Cercle solaire, Nichirin, 1923 ; Napoléon et la teigne, Naporeon to tamushi, 1925 ; Machine, Kikai, 1930) est un feu d'artifice d'audaces formelles. Il défie la langue de son propre pays. Souvent ont été rappelés depuis les noms des auteurs occidentaux, de Joyce à Paul Morand, dont les artistes dévorent alors les premières traductions. Mais il ne les connaît que de manière fragmentaire : tout au plus sont-elles pour lui des signaux de reconnaissance. Dans ses livres se reflète, comme en un jeu de miroirs mouvants, une sensibilité à fleur de peau. C'est pour Yokomitsu que semble avoir été créée l'appellation du groupe, Shinkankakuha (Sensations nouvelles, néo-sensationnisme), qu'il anime à partir de 1924 avec Kawabata Yasunari. L'histoire est emportée par une accélération croissante : il ne lui reste que la rage d'écrire.

Il entreprend en 1928 un roman plus long, Shanghai (1928-1931). Dans la ville immense se côtoient des Chinois, des Japonais en quête d'affaires ou d'aventures, des Européens. La révolution gronde. Le récit n'évite ni l'artifice ni l'outrance, mais il s'impose aujourd'hui, rumeur puissante où se fondent des voix multiples. Les constructions insolites, les audaces de langage auxquelles il se complaisait sont maintenant moins nombreuses. L'écrivain semble avoir trouvé la forme qui s'accorde le mieux à son souffle. Alors s'ouvre la suite de ses œuvres les plus remarquables : Jardin de sommeil (Shin-en, 1930) ; Les Armoirie [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, professeur à l'Institut national des langues et civilisations orientales de l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification


Autres références

«  YOKOMITSU TOSHIKAZU ou RIICHI (1898-1947)  » est également traité dans :

JAPON (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques ORIGAS, 
  • Cécile SAKAI, 
  • René SIEFFERT
  •  • 20 416 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La tourmente (1924-1954) »  : […] Le pays tout entier était en crise. Le jazz, le scintillement des lumières électriques dans la nuit, les difficultés économiques, les luttes politiques créaient une atmosphère survoltée. Les formes et les habitudes se brisaient. En 1923 paraissent des poésies dadaïstes. Un groupe surréaliste se constitue. Ceux qui avaient la conscience la plus aiguë de leur art fondèrent, vers 1925, le mouvement « […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/japon-arts-et-culture-la-litterature/#i_24646

Pour citer l’article

Jean-Jacques ORIGAS, « YOKOMITSU TOSHIKAZU ou RIICHI (1898-1947) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/yokomitsu-riichi/