WITTGENSTEIN LUDWIG, en bref

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Wittgenstein n'a publié de son vivant qu'une mince plaquette, le Tractatus logico-philosophicus (1921). Il est l'auteur d'un seul autre livre, les Recherches philosophiques qui ne paraîtront qu'en 1953, deux ans après sa mort. Entre-temps il aura énormément travaillé, approfondi ses recherches, tout en conservant la même volonté : guérir « le philosophe qui est en nous », c'est-à-dire le débarrasser de ses illusions par un examen rigoureux du langage à travers lequel nous nous rapportons au monde. À la recherche de l'essence du langage et de sa logique cachée, Wittgenstein substitue donc une description minutieuse de ses usages et de ses jeux multiples, du plus ordinaire au plus spécialisé. Il n'y a pas d'essence de la signification, seulement des façons de dire une même réalité qui échappe à nos prises. L'influence de Wittgenstein s'est d'abord exercée par le biais de l'enseignement et des contacts personnels, avec Russell et Frege notamment. Essentielle pour les développements de la philosophie analytique anglo-saxonne, son importance a été tardivement prise en compte par ceux que l'on appelle les « philosophes continentaux ».

Ludwig Wittgenstein

Ludwig Wittgenstein

photographie

Du Tractatus logico-philosophicus (1921) aux Investigations philosophiques (1953), le langage devient, pour Ludwig Wittgenstein (1889-1951), le véritable objet de la pensée. Le langage, mais aussi ses limites, et les apories logiques qu'il en vient à produire. D'où la... 

Crédits : Erich Lessing/ AKG

Afficher

—  Francis WYBRANDS

Écrit par :

Classification


Autres références

«  WITTGENSTEIN LUDWIG (1889-1951)  » est également traité dans :

WITTGENSTEIN LUDWIG

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI, 
  • Gilles Gaston GRANGER
  •  • 4 203 mots
  •  • 3 médias

Étudiant puis ami de Russell, Wittgenstein publie en 1921 son Tractatus logico-philosophicus (Traité logico-philosophique). Il y expose, en soixante-quinze pages d'aphorismes, que le seul usage correct du langage est d'exprimer les faits du monde, que les règles a priori de ce langage constituent la logique […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ludwig-wittgenstein/

WITTGENSTEIN LUDWIG - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 376 mots

26 avril 1889 Naissance de Ludwig Wittgenstein, à Vienne. Il appartient à une riche famille d'industriels. 1906-1907 Études à la Technische Hochschule de Berlin-Charlottenburg. 1908 Premier séjour en Angleterre, et inscription à l'université de Manchester. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/wittgenstein-reperes-chronologiques/

INVESTIGATIONS PHILOSOPHIQUES, Ludwig Wittgenstein - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI
  •  • 1 011 mots
  •  • 1 média

Les Investigations philosophiques ont été publiées en 1953, peu après la mort de Ludwig Wittgenstein (1889-1951), à partir de deux manuscrits que l'auteur avait laissés dans un état inégal d'élaboration, et qui en forment les deux parties. À la différence du Tractatus logico-philosophicus , le seul ouvrage […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/investigations-philosophiques/#i_33909

TRACTATUS LOGICO-PHILOSOPHICUS, Ludwig Wittgenstein - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI
  •  • 919 mots
  •  • 1 média

Le Tractatus logico-philosophicus de Ludwig Wittgenstein (1880-1951) a été publié pour la première fois sous le titre « Logisch-philosophischen Abhandlung » en 1921, dans les Annalen der Naturphilosophie. Il a été suivi, en 1922, d’une édition en anglais, sous le titre suggéré par G. E. Moore. Rédigé dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tractatus-logico-philosophicus/#i_33909

ANSCOMBE ELIZABETH (1919-2001)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 434 mots

La philosophe britannique Elizabeth Anscombe, proche de Ludwig Wittgenstein, fut, avec Georg Henrik von Wright, l'exécutrice testamentaire de son œuvre. Ses idées personnelles exercèrent par ailleurs une certaine influence dans les cercles philosophiques […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/elizabeth-anscombe/#i_33909

BOUVERESSE JACQUES (1940-    )

  • Écrit par 
  • Christiane CHAUVIRÉ
  •  • 711 mots

un village des hauts plateaux du Doubs, Jacques Bouveresse est une figure majeure de la philosophie française. On lui doit une œuvre abondante – quinze ouvrages en dix-huit ans –, surtout consacrée au grand philosophe austro-anglais Ludwig Wittgenstein, mais aussi à des philosophes logiciens épris de science comme Gottlob Frege, Bertrand Russell […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-bouveresse/#i_33909

CAVELL STANLEY (1926-2018)

  • Écrit par 
  • Sandra LAUGIER
  •  • 1 176 mots

La philosophie de Cavell n'est cependant pas étrangère à la philosophie analytique. Elle est enracinée dans une œuvre fondamentale et problématique pour cette tradition, celle du « second » Wittgenstein, et dans sa philosophie du langage ordinaire. Cavell a été également le disciple de John Langshaw Austin, et considère que […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stanley-cavell/#i_33909

COMETTI JEAN-PIERRE (1944-2016)

  • Écrit par 
  • Jacques MORIZOT
  •  • 908 mots

La référence philosophique majeure est toutefois celle de Ludwig Wittgenstein, auquel Jean-Pierre Cometti a consacré deux essais importants (Philosopher avec Wittgenstein, 1996 et 2001, et Ludwig Wittgenstein et la philosophie de la psychologie, 2004), d’innombrables articles et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cometti-jean-pierre-1944-2016/#i_33909

DÉJEUNER CHEZ WITTGENSTEIN (T. Bernhard)

  • Écrit par 
  • Raymonde TEMKINE
  •  • 936 mots

Si Déjeuner avec Wittgenstein est une de ses pièces les plus violentes, c'est que le protagoniste, du fait de ses séjours dans un hôpital psychiatrique – fou ou simulateur, qui sait ? – acquiert le droit de se débonder sans retenue. À travers le personnage de Ludwig Wittgenstein, tout ce que Thomas Bernhard a envie de cracher […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dejeuner-chez-wittgenstein/#i_33909

DIALOGUE

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD, 
  • Robert MISRAHI
  •  • 4 421 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le paradoxe des philosophies non dialogiques du dialogue »  : […] symbolique et dialogique dans sa forme. Quant au premier, il stigmatise l'idée selon laquelle on comprend une proposition si et si seulement on accède de façon indirecte à la pensée de l'autre, en décodant le message précédemment encodé, et selon la même vieille hypothèse : parole et pensée seraient deux, l'une privée et latente, l'autre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dialogue/#i_33909

EMPIRISME

  • Écrit par 
  • Edmond ORTIGUES
  •  • 13 316 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Carnap et la conception linguistique de la logique »  : […] Un premier argument, qui avait été avancé par Wittgenstein, affirmait que la logique est tautologique. Cette affirmation n'est valable que pour une partie de celle-ci. Un énoncé est dit tautologique lorsque les tables de vérité, définissant les connecteurs propositionnels, donnent la valeur « vrai » pour toutes les combinaisons. Or la logique ne se […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/empirisme/#i_33909

ESTHÉTIQUE - Histoire

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES
  •  • 11 894 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Jeux de langage et formes de vie »  : […] n'existe plus rien de tel que « l' » expérience esthétique ou « l' » attitude esthétique. La conséquence d'une telle pluralisation a été tirée par Wittgenstein : l'esthétique n'est pas une science « qui nous dit ce qui est beau », pas plus qu'elle ne nous suggère ce qui est agréable. « Je suppose, ajoute-t-il ironiquement, qu'elle devrait également […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/esthetique-histoire/#i_33909

ETHNOCENTRISME

  • Écrit par 
  • Yves SUAUDEAU
  •  • 1 744 mots

Dans le chapitre « Réductionnisme scientifique »  : […] culturels autres aux catégories d'intellection produites dans la culture du locuteur. Dans ses Remarques sur « Le Rameau d'or », Wittgenstein dénonce l'ethnocentrisme de Frazer : l'ethnologue britannique se proposait dans son ouvrage d'« expliquer les usages primitifs », présentait les pratiques étranges, « au bout du compte [ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ethnocentrisme/#i_33909

EXPÉRIENCE

  • Écrit par 
  • Pascal ENGEL
  •  • 7 133 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La subjectivité de l'expérience »  : […] ou « idées » qu'il produit. C'est cette conception cartésienne de l'expérience que Wittgenstein attaque quand il critique l'idée d'un « langage privé ». Un tel langage, s'il se limitait à des noms de sensations ou d'expériences (« douleur », « rouge ») dont la signification serait fixée exclusivement par des expériences privées, serait, selon […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/experience/#i_33909

FORMALISME

  • Écrit par 
  • Étienne BALIBAR, 
  • Pierre MACHEREY
  •  • 5 003 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Formalisation et connaissance »  : […] dans la science contemporaine, et à démontrer le rôle constitutif, générateur de connaissances nouvelles, de la formalisation. À la même époque, L. Wittgenstein, dont le Tractatus logico-philosophicus avait été interprété par le positivisme logique comme la fondation d'une technique « rigoureuse » de réduction des concepts scientifiques à la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/formalisme/#i_33909

INTUITIONNISME

  • Écrit par 
  • Jacques-Paul DUBUCS
  •  • 1 654 mots

Dans le chapitre « Antiréalisme et autres interprétations contemporaines de l'intuitionnisme »  : […] l'idée que la vérité ne saurait transcender sa reconnaissance comme telle et sur un principe de « manifestabilité » dû à Ludwig Wittgenstein (1889-1951), selon lequel la maîtrise de la signification d'un énoncé par un locuteur doit être une capacité publiquement manifestable dans le comportement. Ce dernier trait exclut, selon Dummett, que la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/intuitionnisme/#i_33909

LANGAGE PHILOSOPHIES DU

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI, 
  • Paul RICŒUR
  •  • 23 534 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le recours au langage ordinaire »  : […] Les fondations de ce mouvement de pensée ont été posées par Ludwig Wittgenstein (1889-1951). Les Investigations philosophiques ont paru en 1953 ; mais la connaissance, l'interprétation et la discussion de l'œuvre de Wittgenstein n'ont cessé de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philosophies-du-langage/#i_33909

LES COULEURS ET LES MOTS (J. Le Rider)

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO
  •  • 1 061 mots

Meinong, Anton Marty), avec, en point de mire, la pensée de Wittgenstein. La prépondérance de l'Autriche en cette fin de volume donne à la démarche de Jacques Le Rider une assise qui non seulement ne méconnaît pas la prétention à l'universalité mais en constitue le meilleur garant. Les remarques de Wittgenstein s' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-couleurs-et-les-mots/#i_33909

MITTELEUROPA

  • Écrit par 
  • Jacques LE RIDER
  •  • 8 387 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La modernité, une pensée du chaos ? »  : […] monologique, dont on ne peut sortir que dans les instants silencieux d'union mystique. Wittgenstein évoquera Mauthner dans son Tractatus logico-philosophicus, pour expliquer que, pour sa part, il ne cède pas au « scepticisme linguistique », mais cherche à faire coïncider l'ordre logique et l'ordre linguistique. Dans la deuxième […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mitteleuropa/#i_33909

MODÈLE

  • Écrit par 
  • Raymond BOUDON, 
  • Hubert DAMISCH, 
  • Jean GOGUEL, 
  • Sylvanie GUINAND, 
  • Bernard JAULIN, 
  • Noël MOULOUD, 
  • Jean-François RICHARD, 
  • Bernard VICTORRI
  •  • 24 440 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le statut des modèles comme problème métalinguistique »  : […] Les travaux de L. Wittgenstein posaient la question et ouvraient déjà plusieurs voies. S'interrogeant sur le rapport du figurant au figuré, du signe au signifié, il nous en donne deux versions successives. L'inspiration du Tractatus logico-philosophicus est logicienne et empiriste à la fois : le mot clé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/modele/#i_33909

MOORE GEORGE EDWARD (1873-1958)

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 1 564 mots

Dans le chapitre « Amitiés et influences »  : […] Wittgenstein fut l'élève de Moore en 1912. Il partage son attitude face au paradoxe philosophique et cherche à savoir pourquoi le paradoxe le plus criant caractérise l'argumentation philosophique ; Moore se contentait de s'étonner, Wittgenstein en fera une symptomatologie spécifique. Tous deux assignent encore une même tâche de clarification à la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/george-edward-moore/#i_33909

MURDOCH IRIS (1919-1999)

  • Écrit par 
  • Christine JORDIS
  •  • 1 022 mots
  •  • 1 média

En 1954, cependant, paraît son premier roman, Sous le filet, titre emprunté à celui qui fut son maître, le philosophe Ludwig Wittgenstein. Dans une conférence donnée en 1978 à l'université de Caen, après avoir examiné l'œuvre de Wittgenstein et des formalistes, citant au passage Kant et Hume à propos de l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/iris-murdoch/#i_33909

NÉO-POSITIVISME ou POSITIVISME LOGIQUE

  • Écrit par 
  • Gilles Gaston GRANGER
  •  • 3 401 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'héritage wittgensteinien »  : […] C'est avant tout du Wittgenstein du Tractatus logico-philosophicus (1921) qu'ils reçoivent sur ce point l'héritage. Pour ce philosophe, le langage est l'image du monde, et la science n'est rien d'autre que l'ensemble des propositions qui le décrivent. Chacune de ces […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/neo-positivisme-positivisme-logique/#i_33909

NOM

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 7 082 mots

Dans le chapitre « Au-delà du nom »  : […] la communication qu'il prend sa portée. À qui serait tenté de majorer son importance, Wittgenstein rappelle dans les Investigations que dénommer quelque chose n'est pas davantage qu'« attacher l'étiquette d'un nom à une chose ». Ce n'est là que la « préparation à l'usage d'un mot ». Le fait de dénommer ne constitue pas encore […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nom/#i_33909

OBJET

  • Écrit par 
  • Gilles Gaston GRANGER
  •  • 8 222 mots

Dans le chapitre « Les objets, le langage et la pensée »  : […] transparents des opérations du système. Et il faut comprendre en ce sens la thèse de Wittgenstein dans le Tractatus, qu'« il n'y a pas d'objets logiques ». On peut bien alors parler avec F. Gonseth d'« objets quelconques », susceptibles d'interprétations variées : « propositions », mais aussi « classes », à condition bien […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/objet/#i_33909

ONTOLOGIE

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 15 647 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une nouvelle problématique ontologique »  : […] des objets (répondants des noms) et des faits (répondants des phrases) élaborée par Russell, avant qu'il ait rencontré Wittgenstein, se retrouve dans le Tractatus logico-philosophicus de ce dernier, sans que l'un ait emprunté à l'autre. Ludwig Wittgenstein pousse la théorie de la référence au point extrême où elle postule une relation en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ontologie/#i_33909

PENSÉE

  • Écrit par 
  • Pascal ENGEL
  •  • 8 283 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Critique de la conception cartésienne : Peirce, Wittgenstein et Ryle »  : […] La conception cartésienne promeut une image de la pensée que des philosophes comme Peirce, Wittgenstein et Ryle considèrent comme un mythe pur et simple. Bien que distincts, leurs arguments ont de nombreuses affinités. Tous trois insistent, à des degrés divers, sur le fait que les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pensee/#i_33909

PHILOSOPHIE

  • Écrit par 
  • Jacques BILLARD, 
  • Jean LEFRANC, 
  • Jean-Jacques WUNENBURGER
  •  • 21 040 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Réduction linguistique »  : […] et, s'il admet que la métaphysique puisse répondre à un besoin d'ordre sentimental comme le fait la musique, il conclut ironiquement que le métaphysicien n'est qu'un mauvais musicien. De son côté, Ludwig Wittgenstein, à la dernière page de son célèbre Tractatus logico-philosophicus, reconnaît que, en dehors de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philosophie/#i_33909

PHILOSOPHIE ANALYTIQUE

  • Écrit par 
  • Francis JACQUES, 
  • Denis ZASLAWSKY
  •  • 13 432 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'analyse dite thérapeutique »  : […] Ce troisième groupe s'est constitué à partir d'un refus de la théorie du langage et de la signification qui sous-tend les deux formes précédentes d'analyse classique. Un changement de métaphore chez Wittgenstein signale le tournant. Dans les Investigations, les mots ne sont plus traités comme des tableaux mais comme des outils. Au lieu de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/philosophie-analytique/#i_33909

PROTOCOLAIRES ÉNONCÉS

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 649 mots

Notion d'épistémologie contemporaine, d'origine anglo-saxonne, qui traduit l'anglais protocol sentences et l'allemand Protokoll Sätze. Avant toute spécialisation philosophique, le terme allemand Protokoll désignait un compte rendu, un procès-verbal, notamment des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/enonces-protocolaires/#i_33909

RAISON

  • Écrit par 
  • Éric WEIL
  •  • 13 167 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le débat contemporain »  : […] de la connaissance scientifique, maintient que seul un discours cohérent peut être reconnu comme scientifique : Wittgenstein, développant (dans sa première façon de penser, telle qu'elle s'exprime dans le Tractatus logico-philosophicus) la structure idéale d'un discours à la fois cohérent et vérifiable, reconnaît l'existence d'une pensée […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/raison/#i_33909

RÈGLE, sociologie

  • Écrit par 
  • Michel LALLEMENT
  •  • 985 mots
  •  • 1 média

Dans l’esprit de la seconde philosophie de Ludwig Wittgenstein, une dernière façon d’aborder la règle consiste à partir de la manière de lui obéir. Une règle n’est jamais univoque. Elle ressemble, suggère Wittgenstein, à un panneau qui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/regle-sociologie/#i_33909

SCIENCES - Science et philosophie

  • Écrit par 
  • Alain BOUTOT
  •  • 17 644 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le cercle de Vienne »  : […] Moritz Schlick, titulaire de la chaire de « philosophie des sciences inductives » à l'université de Vienne. Prenant appui sur les thèses développées par Wittgenstein dans son Tractatus logico-philosophicus, les membres du cercle de Vienne conçoivent la philosophie comme une entreprise de clarification du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sciences-science-et-philosophie/#i_33909

SIGNE ET SENS

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 7 769 mots

Dans le chapitre « Sémantique philosophique »  : […] Les Investigations philosophiques de Wittgenstein ont donné naissance à un puissant mouvement aux publications nombreuses ; le fameux aphorisme meaning is use (la signification est l'emploi) a lui-même plus d'un sens. Dirigé à l'origine contre toute hypostase du sens en essence, par conséquent contre tout retour sournois d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/signe-et-sens/#i_33909

SOCIOLOGIE - La démarche sociologique

  • Écrit par 
  • Louis PINTO
  •  • 5 426 mots

Dans le chapitre « L'objectivité du social »  : […] de statut du social, de la nature de la causalité sociologique. Comme le soulignait Ludwig Wittgenstein, il y a une différence profonde entre la mise en évidence de lois en vue de rendre compte de régularités déterminées et l'attribution à ces lois d'un effet caché de contrainte qui s'exercerait sur la nature en la forçant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sociologie-la-demarche-sociologique/#i_33909

THÉOLOGIE NÉGATIVE

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 3 863 mots

Dans le chapitre « Apophatisme, langage et mystique »  : […] Nous retrouvons dans le Tractatus logico-philosophicus de Wittgenstein des problèmes analogues à ceux que Damascius avait posés. Mais l'opposition n'est plus cette fois entre le tout et le principe, mais entre le langage ou le monde et son sens : « La proposition est capable de représenter la réalité, écrit-il, mais elle n'est pas capable de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theologie-negative/#i_33909

VALEURS, philosophie

  • Écrit par 
  • Pierre LIVET
  •  • 10 285 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La valeur comme pratique »  : […] On peut rester sensible à cette indépendance des valeurs sociales par rapport aux individus sans insister si lourdement sur la pression de la société, si l'on repense la notion d'institution à partir des positions de Wittgenstein. Celui-ci soutenait que c'est en vivant nos pratiques que nous savons quel est le sens de nos règles d'usage, celles qui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/valeurs-philosophie/#i_33909

VÉRITÉ

  • Écrit par 
  • Robert BLANCHÉ, 
  • Antonia SOULEZ
  •  • 10 663 mots

Dans le chapitre « La vérité-correspondance »  : […] La priorité du sens sur la vérité ou la fausseté, d'ailleurs notée à plusieurs reprises par Wittgenstein et à des époques différentes de son œuvre, montre qu'on aurait tort de considérer que « la logique est une science empirique » (c'est-à-dire que toutes les propositions vraies sont vérifiables), même si, parce que l'expérience est un fait, dit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/verite/#i_33909

Pour citer l’article

Francis WYBRANDS, « WITTGENSTEIN LUDWIG, en bref », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/wittgenstein-l-en-bref/