HANDY WILLIAM CHRISTOPHER (1873-1958)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le compositeur afro-américain W. C. Handy a véritablement changé le cours de la musique populaire en intégrant, au tout début du xxe siècle, le langage du blues dans le ragtime, alors fort en faveur. Parmi ses œuvres les plus connues figurent les classiques Memphis Blues, St. Louis Blues et Beale Street Blues.

Fils et petit-fils de pasteurs, William Christopher Handy naît le 16 novembre 1873 à Florence, en Alabama. Il quitte sa ville natale en 1892, devient cornettiste et arrangeur dans diverses formations musicales, comme les Mahara's Minstrels. À partir de 1903, il dirige son propre orchestre, les Knights of Pythias.

Quelque peu abusivement autoproclamé « père du blues », Handy a eu la chance de travailler durant la période où s'opère la transition du ragtime au jazz. Il commence par harmoniser pour orchestre les mélodies vocales du blues afro-américain. Son action va contribuer à émanciper le blues, conçu comme une structure harmonique au sein de laquelle les interprètes improvisent. Avec Memphis Blues (1912) et, surtout, St. Louis Blues (1914), il introduit un élément nostalgique spécifique à la musique des Noirs du Sud, à savoir une altération des troisième et septième degrés de la gamme diatonique (« blue notes »).

Parmi les nombreux blues qu'il a composés ou publiés au sein de la maison d'édition qu'il avait fondé avec Charles Henry Pace, il faut mentionner Joe Turner Blues (1915), Beale Street Blues (1916), Loveless Love (1921), Harlem Blues (1923), Atlanta Blues (1924). Handy est également l'auteur de marches et d'œuvres symphoniques. Il a publié des anthologies de blues (Blues : an Anthology, New York, 1926) et de negro spirituals (W. C. Handy's Collection of Negro Spirituals, New York, 1938), ainsi que des études sur des musiciens afro-américains. Son autobiographie, Father of the Blues, est parue à New York en 1941. W. C. Handy meurt le 28 mars 1958 à New York.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  HANDY WILLIAM CHRISTOPHER (1873-1958)  » est également traité dans :

BLUES, en bref

  • Écrit par 
  • Stéphane KŒCHLIN
  •  • 639 mots

Né du contact entre les différentes musiques des esclaves noirs du sud des États-Unis d'Amérique dans la seconde moitié du xix e siècle et la culture occidentale, le blues va exercer une influence majeure sur de nombreux courants musicaux du xx e siècle. Il est caractérisé par une structure de douze mesures comportant trois phrases de quatre mesu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/blues-en-bref/#i_26208

Pour citer l’article

« HANDY WILLIAM CHRISTOPHER - (1873-1958) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/william-christopher-handy/