WASHINGTON, ville

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le 21 février 1787, la convention de Philadelphie, pour éviter d'exacerber la sourde rivalité qui opposait les nouveaux États du Nord-Est et du Sud, décide d'implanter symboliquement la capitale fédérale au contact de la Virginie et du Maryland, au sein du district de Columbia (D.C.). Cette capitale, baptisée Washington en l'honneur du premier président des États-Unis, est aujourd'hui géographiquement intégrée à une mégalopolis multiforme et gigantesque, qui s'étend sur plus de 1 000 kilomètres le long des rivages atlantiques. Mais elle demeure, de toute évidence, la plus originale des agglomérations de la mégalopolis.

États-Unis : carte administrative

États-Unis : carte administrative

carte

Carte administrative des États-Unis. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Créée de toutes pièces, Washington (D.C.) fut dotée d'un plan géométrique « à la française », tracé par l'architecte Pierre L'Enfant. Ce plan, soigneusement conservé, s'accompagne d'une morphologie de « ville basse » exceptionnelle aux États-Unis. Washington est située le long du Potomac, sur l'emplacement d'anciens marais. Les rues parallèles et perpendiculaires sont coupées par des avenues obliques qui donnent sur des places rondes (circles). Le Capitole, la Maison-Blanche, à un bout de Pennsylvania Avenue, et le monument de George Washington forment les trois pointes du « triangle fédéral ». Le long des côtes de cette figure géométrique sont situés les ministères, les agences fédérales, tous les bâtiments officiels.

L'originalité de la ville tient à ses fonctions, presque exclusivement administratives, à l'importance des centres de recherche, des activités culturelles (bibliothèques, centres culturels, universités) et au rôle du tourisme, suscité par les perspectives sans cesse embellies, les parcs et les espaces verts innombrables, les musées, le Capitole, siège des assemblées du Congrès américain, la Maison-Blanche, résidence du président des États-Unis, ou l'aspect extérieur du célèbre Pentagone (à Arlington), symbole de la puissance militaire des États-Unis.

Après avoir connu dans la première moitié du xxe siècle un remarquable essor démographique (plus de 800 000 hab. en 1950), Washington a vu sa population décliner pendant cinquante ans (572 059 hab. au recensement de 2000), au profit de ses banlieues. La tendance semble s'être récemment inversée (588 292 hab., estimation de 2007), parallèlement à un embourgeoisement de quartiers auparavant sujets à des problèmes sociaux et à une sensible diminution de la criminalité, très élevée au début des années 1990.

—  Jacques SOPPELSA

Écrit par :

Classification


Autres références

«  WASHINGTON, ville  » est également traité dans :

BACON HENRY (1866-1924)

  • Écrit par 
  • Yves BRUAND
  •  • 142 mots

Architecte nord-américain. Bacon est sans contredit le meilleur représentant du courant néo-classique ayant resurgi aux États-Unis à la fin du xix e et au début du xx e siècle. La pureté de son style néo-grec renoue avec la tradition architecturale des premières années de l'indépendance et s'ins […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henry-bacon/#i_25552

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Le territoire et les hommes) - Géographie

  • Écrit par 
  • Jacqueline BEAUJEU-GARNIER, 
  • Catherine LEFORT, 
  • Laurent VERMEERSCH
  •  • 19 932 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « L'Amérique de la maturité : mégalopole et Nouvelle-Angleterre »  : […] Un premier ensemble régional se distingue autour de la mégalopole atlantique. Véritable cœur des États-Unis, il trouve sa cohérence dans le rôle qu'il a joué dans la formation de la nation et dans son histoire, notamment celle d'une Amérique essentiellement tournée vers l'Europe. Souvent qualifié de puritain en raison de l'austérité religieuse des premiers colons, le Nord-Est est aujourd'hui une d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etats-unis-d-amerique-le-territoire-et-les-hommes-geographie/#i_25552

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Claude FOHLEN, 
  • Annick FOUCRIER, 
  • Marie-France TOINET
  •  • 33 175 mots
  •  • 55 médias

Dans le chapitre « L'application de la Constitution et les partis politiques »  : […] Dans l'euphorie de l'Indépendance et oublieux de l'expérience britannique, les Pères de la patrie avaient songé à un développement harmonieux de la Constitution dans l'unanimité des citoyens. Rapidement apparut un clivage et se formèrent deux partis qui, sous des noms et des programmes différents, n'ont pas cessé de dominer la vie politique américaine. La Constitution de 1787 était un compromis en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etats-unis-d-amerique-le-territoire-et-les-hommes-histoire/#i_25552

L'ENFANT PIERRE CHARLES, dit LE MAJOR (1754-1825)

  • Écrit par 
  • Yve-Alain BOIS
  •  • 239 mots

Peut-être a-t-on voulu récompenser le civisme de Pierre Charles L'Enfant, cet ingénieur français assez obscur qui fut volontaire dans les troupes de La Fayette pendant la guerre d'Indépendance, en lui commandant de nombreux bâtiments publics, dont l'ancien City Hall de New York et la Federal House de Philadelphie. La célébrité de L'Enfant repose assez […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-charles-l-enfant/#i_25552

THORNTON WILLIAM (1759-1828)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 392 mots

Architecte et inventeur américain d'origine britannique, né le 20 mai 1759 à Jost Van Dyke près de l'île de Tortola, dans les îles Vierges britanniques, mort le 28 mars 1828 à Washington. William Thornton se rend en Écosse où il étudie la médecine à l'université d'Édimbourg de 1781 à 1784 et obtient son diplôme de docteur à université d'Aberdeen cette même année. Après avoir voyagé dans le reste d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/william-thornton/#i_25552

WHITE GEORGE M. (1920-2011)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 311 mots

L' architecte américain George M. White dirigea les travaux de conservation, de modernisation et d'extension des bâtiments et terrains fédéraux à Washington en tant qu'architecte du Capitole de 1971 à 1995. George Malcolm White naît le 1 er  novembre 1920 à Cleveland, dans l'Ohio. En 1942, il obtient simultanément une licence et une maîtrise de génie électrique du M.I.T. ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/george-m-white/#i_25552

Pour citer l’article

Jacques SOPPELSA, « WASHINGTON, ville », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/washington-ville/