BACON HENRY (1866-1924)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Architecte nord-américain. Bacon est sans contredit le meilleur représentant du courant néo-classique ayant resurgi aux États-Unis à la fin du xixe et au début du xxe siècle. La pureté de son style néo-grec renoue avec la tradition architecturale des premières années de l'indépendance et s'inscrit dans la ligne des créations de Jefferson. C'est donc très logiquement à Washington, ville entièrement marquée dans son plan et son architecture par l'empreinte du néo-classicisme, que Bacon a donné toute sa mesure avec un temple écossais inspiré du mausolée d'Halicarnasse et surtout avec son chef-d'œuvre, le monument à la gloire de Lincoln (Lincoln Memorial), élevé de 1914 à 1922 sur les bords du Potomac, à l'extrémité d'une des principales perspectives de la capitale.

—  Yves BRUAND

Écrit par :

  • : professeur d'histoire de l'art à l'université de Toulouse-Le-Mirail, archiviste-paléographe, docteur ès lettres

Classification


Autres références

«  BACON HENRY (1866-1924)  » est également traité dans :

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - L'architecture

  • Écrit par 
  • Claude MASSU
  •  • 12 010 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le monumentalisme de l'agence McKim, Mead & White »  : […] Arts » est restée présente jusqu'à la Seconde Guerre mondiale, en particulier pour les monuments publics de Washington. Il en est ainsi du Lincoln Memorial (1911-1922) de Henry Bacon, de la National Gallery of Art (1937-1941) et du Jefferson Memorial (1937-1943) par John Russell Pope. Quant à Paul Philippe Cret (1876-1945), architecte d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etats-unis-d-amerique-arts-et-culture-l-architecture/#i_15646

Pour citer l’article

Yves BRUAND, « BACON HENRY - (1866-1924) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/henry-bacon/