W OU LE SOUVENIR D'ENFANCE, Georges PerecFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« Les fils rompus de l'enfance »

Comme la plupart des livres de Perec, W est construit sur un dispositif initial dont le texte découle presque mécaniquement. En l’occurrence ici le tressage de deux récits appartenant à des genres opposés : l'autobiographie, caractérisée par son principe d'exactitude et de véracité ; l'utopie qui se révèle être en réalité une dystopie (ici la description d’une société totalitaire), entièrement tournée vers l'imaginaire. Ces deux récits se dédoublent à leur tour : à l'entrelacement de l'autobiographie (en romain) et de la fiction (en italique) s'ajoute la succession, au sein de chacun des deux genres, de deux récits à la tonalité et au contenu bien distincts. C’est ainsi que l'enquête mémorielle laisse la place aux souvenirs personnels et l'histoire de Gaspard Winckler à une description désincarnée de l'île. Si l'on peut percevoir dans cette structure complexe un écho de la participation de l'auteur à l'Oulipo (Ouvroir de littérature potentielle, groupe littéraire connu pour son goût des jeux textuels et des contraintes formelles), la force de l'œuvre de Perec est d'associer en permanence construction savante et quête personnelle, et cela sans hiérarchie.

En infraction avec les codes de chacun des deux genres, l’écriture de W se veut neutre et objective, dépourvue de l'expressivité des souvenirs tendres ou tragiques comme de la dimension axiologique propre à la dystopie qui ne se contente pas de décrire, mais porte un jugement, une condamnation en l’occurrence, Georges Perec engage le lecteur à trouver lui-même son chemin dans un labyrinthe où l'hétérogénéité semble dominer – réel-imaginaire, structure-chaos, clarté-flou, proximité-distance. C'est à lui de percevoir, en s'aidant des indices savamment semés par l'auteur, ce qui, par-delà les différences, unit les deux récits et donne au livre sa cohérence.

La conclusion explicitera en partie ce lien : au camp de concentration, où a disparu la mère de l'a [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  W OU LE SOUVENIR D'ENFANCE, Georges Perec  » est également traité dans :

SHOAH LITTÉRATURE DE LA

  • Écrit par 
  • Rachel ERTEL
  •  • 12 495 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « L'imaginaire et le mémoriel : mémoire sidérée, mémoire greffée »  : […] Œuvre inaugurale, Le Dernier des Justes d'André Schwarz-Bart (1959) est un raccourci symbolique du martyrologe juif depuis les meurtres de York en 1185 jusqu'à Auschwitz. Ernie est le dernier maillon de la chaîne des Justes qui avaient assuré la perpétuation du peuple par la « sanctification du Nom » sur tous les bûchers du monde. Au seuil de la chambre à gaz, dans une ultime envolée mystique, qu […] Lire la suite

PEREC GEORGES (1936-1982)

  • Écrit par 
  • Harry MATHEWS
  •  • 3 753 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « « W ou Le souvenir d'enfance » »  : […] Entre-temps Perec abandonna le roman (à l'exception des Revenentes , complément de La Disparition , où l' e est la seule voyelle présente) pour produire une série d'ouvrages à caractère autobiographique : La Boutique obscure , transcription de ses rêves durant trois ans ; Espèces d'espaces , essai sur la notion d'espace, qui commence par celui de la page, puis passe du lit au monde entier  ; W o […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Guy BELZANE, « W OU LE SOUVENIR D'ENFANCE, Georges Perec - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/w-ou-le-souvenir-d-enfance/