VITTORINO DA FELTRE VITTORINO DEI RAMBOLDONI dit (1378-1446)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Comme Guido da Verona à Ferrare, Vittorino da Feltre fut, à la tête de sa célèbre école de Mantoue, un des grands pédagogues du Quattrocento. Il avait étudié puis enseigné de nombreuses années à Padoue lorsque le marquis Jean François II de Gonzague, protecteur des lettres classiques, fit venir en 1425 à sa cour de Mantoue cet humaniste laïque afin d'y créer une école pour l'instruction et la formation des jeunes nobles. Déjà plusieurs princes italiens, soucieux d'éducation, avaient fondé de semblables écoles de palais ; l'une d'elles, à Padoue, était dirigée depuis une vingtaine d'années par Gasparino de Barzizza, dont Vittorino précisément avait été l'élève. Mais ce dernier allait faire de sa « Maison heureuse » (Casa giocosa) de Mantoue l'un des grands centres pédagogiques européens — avec ceux de Deventer aux Pays-Bas et des collèges de Winchester et d'Eton en Angleterre — qui se sont développés sans liens directs avec des universités.

L'originalité de Vittorino da Feltre fut d'étendre le programme des études classiques et de faire de la rhétorique et des belles-lettres les moyens essentiels de la formation du citoyen. L'homme cultivé de la fin du Moyen Âge était d'abord curieux de mathématiques, de physique, de cosmologie et cherchait à harmoniser ses connaissances avec l'enseignement de l'Église. Dans le programme de Mantoue, l'importance de cette formation professionnelle et religieuse s'atténua au profit d'une éducation morale, intellectuelle et corporelle soucieuse de former des personnalités vivantes et équilibrées : « Toute la gloire de l'homme, disait Vittorino citant Cicéron, réside dans l'action. » Les traités du maître de la Casa giocosa adoptent une visée résolument morale : « Tout le monde, écrit-il, n'est pas appelé à faire un légiste, un physicien ou un philosophe et à vivre sur le devant de la scène. Tout le monde n'a pas été doté par la nature de dons exceptionnels. Mais tous, autant que nous sommes, avons été créés pour la vie en société et les devoirs qu'elle i [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  VITTORINO DA FELTRE VITTORINO DEI RAMBOLDONI dit (1378-1446)  » est également traité dans :

HUMANISME

  • Écrit par 
  • André GODIN, 
  • Jean-Claude MARGOLIN
  •  • 11 427 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Humanisme et pédagogie nouvelle »  : […] On conçoit dès lors quelle importance théorique et pratique revêt la pédagogie pour les humanistes du xv e et du xvi e siècle : puisqu'il s'agit de réaliser un modèle humain, il faut que l'enfant soit formé d'une manière continue et progressive, de sa naissance à l'âge adulte, et même au-delà, par un maître qualifié. Ainsi pourra-t-on faire en so […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/humanisme/#i_34494

Pour citer l’article

Charles BALADIER, « VITTORINO DA FELTRE VITTORINO DEI RAMBOLDONI dit (1378-1446) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/vittorino-da-feltre/