NIBALI VINCENZO (1984- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Coureur cycliste italien, Vincenzo Nibali fait partie des rares champions qui ont réussi à remporter les trois grands Tours (Giro, Tour de France, Vuelta).

Podium du Tour de France 2014

Podium du Tour de France 2014

Photographie

L'Italien Vincenzo Nibali, maillot jaune, a remporté de belle manière le cent unième Tour de France. Sur le podium, aux Champs-Élysées, il est entouré de deux Français : Jean-Christophe Peraud (à gauche), deuxième, et Thibaut Pinot (maillot blanc de meilleur jeune du Tour), troisième.... 

Crédits : E. Laurent/ epa/ Corbis

Afficher

Vincenzo Nibali est né le 14 novembre 1984 à Messine (Sicile), dans une famille modeste – ses parents tiennent un magasin de photos et de location de cassettes vidéo dans le centre de Messine. Vincenzo, tout gamin, a décidé qu’il deviendrait un champion cycliste. Aussi son père fera-il des milliers de kilomètres en voiture pour le conduire à Palerme, à Catane, plus tard en Toscane, afin que le jeune garçon puisse participer à diverses compétitions cyclistes. À quinze ans, Vincenzo Nibali doit néanmoins quitter le cocon familial pour s’installer en Toscane : il intègre une équipe cycliste d’espoirs, G.S. Mastromarco. La séparation est douloureuse, mais il dira que sa peine d’adolescent s’est atténuée grâce à Carlo Franceschi ; ce dernier, qui avait détecté ses qualités, va non seulement le former au métier de coureur cycliste, mais aussi l’héberger, devenant une sorte de père de substitution.

Vincenzo Nibali passe professionnel en 2005, au sein de la formation Fassa Bortolo. Le directeur sportif de cette équipe, Giancarlo Ferretti, lui propose de s’entraîner avec Luigi Cecchini, un médecin et préparateur sulfureux dont le nom sera cité en marge d’affaires de dopage. Nibali, qui prendra souvent et très fermement position contre le dopage et les dopés, met rapidement un terme à cette collaboration. Il travaille dès lors avec Paolo Slongo, un entraîneur qui fonde ses méthodes sur le dialogue et l’écoute. L’équipe Fassa Bortolo disparaît à la fin de 2005, et Nibali rejoint une des meilleures formations italiennes, Liquigas. Il restera fidèle jusqu’en 2012 à cette équipe (baptisée Liquigas-Doimo en 2010, Liquigas-Cannondale en 2011-2012), dans laquelle il dit trouver une « ambiance familiale ».

Vincenzo Nibali progresse, obtient quelques bons résultats, se classe septième du Tour de France en 2009. Mais c’est en 2010 que celui qu’on surnomme le « Requin de Messine » apparaît au premier plan. Déjà, lors du Giro, il est l [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : historien du sport, membre de l'Association des écrivains sportifs

Classification


Autres références

«  NIBALI VINCENZO (1984- )  » est également traité dans :

SPORT - L'année 2014

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 6 335 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Cyclisme : nouvelle donne ou trompe-l’œil ? »  : […] L’ analyse de la saison 2014 –  notamment les résultats du Tour de France et l’approche de certains coureurs vis-à-vis de celui-ci – peut laisser penser qu’on assiste à une nouvelle donne pour le sport cycliste. Déjà, sur la Grande Boucle, aucun contrôle antidopage ne s’est révélé positif : sachons néanmoins raison garder, un passé récent et douloureux venant prouver que cela ne signifie nullement […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sport-l-annee-2014/#i_55916

Pour citer l’article

Pierre LAGRUE, « NIBALI VINCENZO (1984- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/vincenzo-nibali/