SEGALEN VICTOR (1878-1919)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De l'Empire de Chine à l'empire de soi-même

Un extrait d'Équipée (1929) pourrait être un raccourci symbolique du combat qu'a livré Segalen : « Deux bêtes opposées museau à museau, mais se disputant une pièce de monnaie d'un règne illisible. La bête de gauche est un dragon frémissant, non pas contourné en spires chinoises décadentes mais vibrant dans ses ailes courtes et toutes ses écailles jusqu'aux griffes : c'est l'Imaginaire dans son style discret. La bête de droite est un long tigre souple et cambré, bien membré dans sa sensualité puissante : le Réel toujours sûr de lui. » Et Segalen ajoute plus loin : « L'objet que ces deux bêtes se disputent – l'être en un mot – reste fièrement inconnu. » Ce vide qui n'est pas néant, mais plutôt la vacuité telle que la pense Lao-tseu, c'est l'espace où se déroulent nos jours, si nous acceptons loyalement que se confrontent en nous le réel et l'imaginaire ; or Segalen est un esprit sans illusion bien que visionnaire, d'une terrible et merveilleuse lucidité, refusant de donner aussi bien dans le réalisme trivial que dans l'idéalisme éthéré. Il est un des rares poètes à avoir osé mettre la poésie à l'épreuve du réel, après Rimbaud.

Équipée en est la meilleure preuve : immobilisé en 1915 à Brest, Segalen rêve la dernière expédition en Chine, la décrit avec minutie, sachant que l'expérience, ensuite, enrichira ou détruira cet épisode imaginaire. Et le livre est admirablement sous-titré : Voyage au pays du réel. Le même problème est autrement posé dans René Leys (1921), récit étonnant d'un personnage dont l'auteur, comme le lecteur, se demande s'il affabule ou s'il dit vrai (et l'énigme n'est pas résolue). Cette hésitation est le sujet même du livre, qui dénonce ainsi les conventions romanesques, et le marché que passent habituellement l'auteur et le lecteur, le second « croyant » à l'histoire que lui raconte le premier. Et puis, pénétrer la Cité Violette Interdite, le Dedans du Palais et le cœur de l'être, en même temps que la Mère-Impératrice, n'est-ce [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : agrégé de lettres classiques, chargé de cours à l'université de Nanterre, écrivain

Classification


Autres références

«  SEGALEN VICTOR (1878-1919)  » est également traité dans :

RENÉ LEYS, Victor Segalen - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Yves KIRCHNER
  •  • 1 333 mots

René Leys nous surprend à plus d'un titre. Publié en 1921, après la mort de Victor Segalen (1878-1919), ce texte se veut résolument moderne, en affichant son dégoût pour le roman d'inspiration naturaliste, sa « haine de l'auteur » et son « mépris du sujet » (projet d'article intitulé « Sur une f […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rene-leys/#i_39583

STÈLES, Victor Segalen - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Yves KIRCHNER
  •  • 914 mots

En 1912 paraît, à Pékin, Stèles, un recueil de poèmes relié à la chinoise, « non commis à la vente » mais offert à un cercle restreint d'amis. Son auteur, Victor Segalen (1878-1919), médecin de la marine, expose ainsi son projet dans une lettre à Debussy du 6 janvier 1911 : « un recueil de pro […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/steles/#i_39583

RÉCIT DE VOYAGE

  • Écrit par 
  • Jean ROUDAUT
  •  • 7 143 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Passages obligés »  : […] Ce ne sont pas seulement des besoins collectifs et matériels – ceux des épices ou de la soie – qui déterminent, à une époque précise, la prédominance d'un certain type de voyage. Au Moyen Âge, le voyage de pèlerinage se change en croisade. À la Renaissance, ce n'est plus vers Jérusalem qu'il convient d'aller mais vers Rome, et dès lors se découvre l'Italie. Le voyage que fait Montaigne (1580-1581) […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/recit-de-voyage/#i_39583

Pour citer l’article

Gérard MACÉ, « SEGALEN VICTOR - (1878-1919) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/victor-segalen/